Politique

Cap sur 2020 pour Xavier Dateu

Si pour beaucoup, l’heure d’annoncer sa candidature n’est pas encore venue, les élections municipales 2020 sont déjà dans beaucoup de têtes chez les élus. Entre petits messages lors des traditionnels voeux ou lancements d’associations et collectifs divers, ces élections sont ainsi déjà bien présentes, souvent de façon couverte, mais parfois également plus ouvertement. A Tours, deux candidats sont déjà déclarés : Christophe Bouchet, maire en place, et qui attendra logiquement avant de se lancer pleinement dans la bataille, et Xavier Dateu, ancien adjoint aux sports et désormais élu de l’opposition municipale.

Il s’est déclaré officiellement candidat à la mairie de Tours en octobre 2018. Un an pile poil après sa défaite face à Christophe Bouchet dans la succession de Serge Babary. En politique, Xavier Dateu aime les symboles. Il ne se prive pas d’ailleurs pour en faire part en Conseil Municipal, en dénonçant régulièrement ce qu’il considère comme des excès dans la politique de Christophe Bouchet. Parmi ses principaux griefs, la hausse des dépenses de communication et de cabinet. « Je me suis abstenu sur le budget 2018 parce que 75% de celui-ci était issu de Serge Babary. Mais il y avait deux points noirs, les hausses de dépenses de communication et le redéploiement de financements sur deux seuls secteurs, la voirie et l’éclairage avec le plan lumières. On voit que ces dérives se poursuivent » accuse-t-il ses anciens camarades de majorité. Homme libre, que certains disent incontrôlable, Xavier Dateu entend continuer à dire tout haut « ce que certains pensent » prévient-il.

« Christophe Bouchet a manqué d’humilité »

Pour lui l’année 2019 sera l’occasion de préparer son propre projet municipal, en vue des élections municipales. Déjà, il fait le tour de la ville, rencontre les Tourangeaux, de façon informelle, et prépare le terrain, non sans dénoncer là-encore les orientations de la majorité dont il a fait partie pendant trois ans. « Ce mandat était là pour régler le problème de la dette et des infrastructures de la ville, sur ce deuxième point on y est pas. Or, agir sur les infrastructures c’est aussi permettre d’agir sur la dépense énergétique et donc le développement durable » explique-t-il.

« Je ne peux pas cautionner la politique menée. Christophe Bouchet a manqué d’humilité. Il n’y a pas de projet politique mais un empilement de projets immobiliers. Je fais le constat que sur un an il n’y a eu que de la communication et il a transformé la ville en une espèce de Monopoly immobilier. Mais qu’en est-il de la concertation, des financements ? On ne sait pas au final qui paye quoi. »

Des propos appuyés que l’élu assume, même si cela conduit à des passes d’armes avec le maire de Tours, comme lors du dernier conseil municipal où après un échange, se sentant attaqué sur le domaine privé il s’est levé et a quitté l’assemblée municipale. « Ce qui s’est passé est honteux, le maire a été méprisant envers plusieurs élus de la République. Envers l’opposition, moi, mais aussi envers une ses adjointes » assène-t-il en évoquant le cas de Barbara Darnet Malaquin qui a depuis quitté elle aussi la majorité après avoir accusé le maire de Tours de l’avoir qualifiée de pourrie pendant cette même séance.

 » Je ne m’attacherai à aucun parti »

Mais au-delà des joutes verbales et des questions de personnes, Xavier Dateu, s’oppose également sur le fond : « Je suis inquiet pour le budget 2019 car la méthode n’est pas bonne ».

Parmi les projets municipaux, l’ancien adjoint aux sports s’oppose notamment à la rénovation du Palais des Sports : « la jauge de 6000-7000 places annoncée pour Grenon ne sert à rien car elle ne permet pas d’attirer de grands événements internationaux. » Et Xavier Dateu de proposer un autre projet :  » La solution aurait été une rénovation du Grand Hall en une Arena. Avec 40 millions d’euros on pouvait le faire tout en réalisant une salle couverte pour l’A3T, l’aménagement de la Chambrerie, une rénovation de Tonnelé ou encore le dojo Van Hauwe et il restait de l’argent pour le centre municipal des sports. On réglait ainsi plusieurs problèmes ».

Autre sujet de préoccupation, le tramway et l’extension du réseau. Xavier Dateu s’est opposé à son passage par le boulevard Béranger et maintient sa position. « Le sujet n’est pas fini et si je suis élu, je reverrai le projet parce que je ne suis pas certain qu’il soit pertinent de déclencher cette deuxième ligne alors qu’il y a encore de l’endettement lié à la première ligne » promet-il. « Pour moi, il faut mettre les moyens sur l’aéroport en intégrant cela à une vraie stratégie de développement économique. L’aéroport est notre meilleur support pour l’économie locale. »

A un an de la campagne pour les municipales, Xavier Dateu livre ainsi quelques éléments de sa vision. Une campagne pour laquelle,  » je ne m’attacherai à aucun parti » prévient-il, « ma liste sera une liste tourangelle avec des personnes de divers horizons ».

Print Friendly, PDF & Email