PolitiqueA la une

2ème ligne de tram : impatience et hésitations à Tours Métropole

Ce lundi soir le conseil métropolitain de l’agglomération tourangelle a étudié le bilan de la concertation publique sur le projet de 2ème ligne de tramway entre La Riche et Chambray. Actuellement annoncée pour 2025, sa mise en service prend du retard ce qui commence à agacer…

Au printemps, 1 414 personnes se sont exprimées pour donner leur avis sur le projet d’une seconde ligne de tramway dans l’agglomération tourangelle. Cette étape essentielle dans le processus de construction a été utile, populaire… mais pas déterminante. En particulier parce qu’elle n’a pas permis de déterminer la préférence des Tourangelles et des Tourangeaux pour le tracé en centre-ville de Tours (via le Boulevard Béranger ou le Boulevard Jean Royer). Résultat : ce sont les élus de la ville de Tours qui auront le dernier mot, et le débat municipal promet déjà d’être houleux.

Voir le bilan de la concertation publique sur Info Tours.

Du côté de la métropole, en revanche, on entend majoritairement des voix en faveur de Béranger… « On se tire une balle avec ce débat sur les boulevards. Il faut le clore car tous les arguments sont en faveur de Béranger » estime l’écologiste de Tours Emmanuel Denis qui les liste : « on sait qu’un passage pour Jean Royer ça fera l’Avenue Maginot en pire avec en plus une rupture de charge pour les trajets La Riche-Gare de Tours ou Chambray-Gare de Tours. Ça ne marchera pas, tous les techniciens le disent. On sait aussi que les arbres seront conservés sur le tracé via Béranger qui permettra par ailleurs de désengorger les Halles. Et surtout, l’objectif d’un tramway c’est de virer les voitures. Il faut qu’on prenne la place des voitures en centre-ville ! »

Ne se prononçant pas directement pour Béranger, le vice-président de la métropole en charge des transports Frédéric Augis a néanmoins cité une « anecdote » suite à une rencontre avec un haut dirgeant de la SNCF… favorable au passage par l’hyper-centre de Tours pour améliorer la desserte de la gare. A St-Pierre-des-Corps, pareil : la maire Marie-France Beaufils vote Béranger qu’elle voit comme un choix « essentiel ».

Des délais qui s’allongent…

Seule opinion discordante, celle du tourangeau Yves Massot : « j’entends les arguments en faveur de Béranger… Mais qui dit passage sur le Boulevard Béranger dit tram sur le Boulevard Heurteloup avec des incidences sur la gare routière, le parking souterrain du Vinci, les hôtels aux abords de la place… Il faudra travailler très sérieusement si ce tracé est retenu car il y aura des écueils techniques. » De leur côté, le président Philippe Briand et le maire de Tours Christophe Bouchet se sont bien gardés de s’exprimer sur leur préférence en séance publique.

A l’écart des débats, Christophe Bouchet donne néanmoins son analyse de la situation : « les personnes qui se sont exprimées pour l’un ou l’autre des tracés sont souvent celles qui y habitent. C’est logique mais il faut réfléchir à l’intérêt de la Métropole et même du Département, aux interconnexions possibles, aux ouvertures. » Quelle que soit la décision finale, l’élu sait déjà qu’il faudra faire preuve de beaucoup de pédagogie pour faire accepter ce choix au plus grand nombre. Un débat doit prochainement avoir lieu entre les élus tourangeaux avant l’annonce du choix municipal prévu d’ici décembre, et certainement pas avant novembre.

Un chantier qui avance à vitesse d’escargot…

Cet atermoiement semble agacer un tant soit peu le patron de l’agglomération… Aujourd’hui, les premiers voyages du tram B sont annoncés pour 2025 au lieu de 2023 à l’origine : « on est englué dans les procédures administratives qui prennent deux fois plus de temps qu’il y a une dizaine d’années » dit Philippe Briand qui plaide du coup pour l’avancée rapide des études pour des branches de tramway vers St-Pierre-des-Corps et St-Cyr-sur-Loire : « il faut faire deux branches et en même temps préparer les deux suivantes. Comme ça si on s’aperçoit qu’il y a un blocage sur une branche à cause d’un contentieux, on pourra démarrer ailleurs. »

Sachant que la métropole n’exclut pas de ne construire qu’une demi-ligne de tram dans un premier temps si les moyens financiers lui manquent, peut-être que St-Pierre-des-Corps n’attendra pas si longtemps avant d’être desservie. La maire de la commune a d’ailleurs saisi l’opportunité en pensant à la Rabaterie : « il faut se signaler au ministère des transports qui a lancé un appel à projets pour la desserte des quartiers prioritaires. »

L’élue communiste pensait au tram… mais pourquoi pas aussi à un Bus à Haut Niveau de Service. D’ailleurs, la métropole ne fait du tram un objectif absolu, se disant prête à étudier les autres modes de transport et les nouvelles technologies (comme l’hydrogène), surtout si elles permettent de réduire la facture. Les écologistes plaident enfin pour l’urgence d’un plan vélo très ambitieux en complément.

Print Friendly, PDF & Email