• CDNT
  • CDNT

Connard de gauche, connard de droite Saison 1, épisode 5.

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Connard de Droite : Tu vas pas y croire, mais j’ai investi dans une œuvre d’art ce week-end !

Connard de Gauche : Oh putain, attends je m’assois, là, je crains le pire…

Connard de Droite : On est passé plusieurs fois devant la galerie du Vinci, tu sais en bas de la rue Bernard-Palissy…

Connard de Gauche : Ah oui, celle où il y a des espèces de bestioles en céramique, là.

Connard de Droite : Non, tu n’y es pas du tout, mon vieux. La super galerie où il y a des vraies œuvres d’art, pas des trucs d’artisans miteux. On s’est fait plaisir, on s’est payé un Gonzague Saint-Bris. C’était pas donné, mais bon, c’est quand même super bien et puis bon il est connu, ça va prendre de la valeur.

Connard de Gauche : Non, pas toi, putain. T’as pas fait ça ?

Connard de Droite : Bah quoi. Tu voulais pas que j’achète un de ces trucs conceptuels du CCC non plus ?

Connard de Gauche : Je sais pas, tu sais il existe des trucs entre les deux, il faut sortir un peu, hein. Et tu vas la mettre où ta merde, pas dans ton salon j’espère ? Sinon tu me préviens la prochaine fois que vous nous invitez à bouffer je prendrais un aspirine et un sac à vomi.

Connard de Droite : En fait vous les gauchistes, vous êtes jamais contents en fait, vous dites que la culture est à gauche, hein, et dès qu’un mec de droite achète une toile, vous gueulez parce qu’il a choisi un artiste qui ne rentre pas dans vos critères de petits intellos à la con.

Connard de Gauche : Non mais de quel artiste on parle, là ? D’un écrivaillon notable local qui asphyxie le budget événement littéraire du coin depuis des plombes tout ça pour recevoir ses pseudo-écrivains sous des platanes un jour par an ? Un jour par an, putain et pendant ce temps-là la Ville de Tours et le Conseil général et régional resserrent les boulons de tous les côtés sur les subventions culturelles.

Connard de Droite : Et les 7 millions dépensés pour les deux lieux de création des arts de la rue, pour des feignasses qui se lèvent à 11h et pondent un pauvre spectacle tous les deux ans qu’aucun Tourangeau ne verra parce qu’ils tournent à Trifouillis-les-Bains, tu crois que c’est bien ? Et le CCCOD avec son nom débile et son budget colossal pour montrer des conneries qui intéressent un microcosme de 200 personnes, c’est bien, ça, peut-être ?

Connard de Gauche : Allez, vas-y, fais-toi plaisir, parle-moi du CDRT, du Musée des Beaux-Arts et de l’Opéra et dis-moi que ça c’est de l’art et du vrai, tu me l’as déjà faite dix fois celle-là !

Connard de Droite : Bah désolé, mais c’est quoi ton problème avec ça, hein?

Connard de Gauche : Moi l’art officiel et installé, ça me fait gerber, tout ce velours, ces places hors de prix pour voir des trucs convenus, c’est du divertissement de petit-bourgeois !

Connard de Droite : Tu préfères quoi, alors ? Parce que je te croise jamais nulle part, je vais finir par me demander si t’as une vie culturelle, en fait ? T’es tellement underground qu’on ne peut pas te voir à la surface de la ville, c’est ça ?! A part écouter Radio Béton, aller écouter des groupes à deux balles aux 3 Orfèvres ou à La Belle Rouge et lire la Rotative terré comme un rat devant ton ordi, c’est quoi ta vie culturelle, hein ?

Connard de Gauche : Toi c’est sûr, t’es pas underground, t’es juste là où il faut pour ton image, comme ça on peut dire de toi «T’as vu, y avait machin à l’Opéra l’autre soir» et hop, ça te fait ton alibi culturel pour le trimestre, un peu comme ton adjointe à la culture qui poste des des couchers de soleil et des photos de soirées à longueur de semaines sur son mur Facebook mais qui met quand même 3 ou 4 photos de l’expo de Jeff Koons à Beaubourg histoire de justifier un peu son poste. C’est pitoyable !

Connard de Droite : Tu peux poster des couchers de soleil et des photos de soirées sans pour autant être inculte.

Connard de Gauche : Et tu peux aussi poster des appels au retour à la peine de mort sans pour autant être un vieux réac de base ?

Connard de Droite : Et ho, c’est pas parce que j’habite Joué que je suis responsable de toutes les conneries de mes élus, hein ? Et puis regarde, c’est les grands amours maintenant avec tes potes du Temps Machine, tu devrais être rassuré !

Connard de Gauche : Les grands amours mon cul, tout le monde veut que ça se passe le moins mal possible donc il y a consensus, mais quand les élus voudront commencer à imposer leurs merdes dans la programmation, on en reparlera…

Connard de Droite : D’un autre côté, si je peux avoir la prog du Vinci sans avoir besoin de descendre à Tours, je serais content.

Connard de Gauche : Pareil pour moi, remarque, si je peux avoir la prog du Temps Machine à 10 minutes à pied de chez moi à la place du Vinci, je signe tout de suite. Surtout que la mairie a totalement enfumé Ohé du Bato, et qu’on continue à avoir la honte d’être la seule ville de 140.000 habitants au Monde qui n’a pas de salle de concert publique digne de ce nom dans ses murs.

Connard de Droite : Tu vois qu’on peut être d’accord des fois…

Connard de Gauche : ça n’empêche pas que t’as des goûts de nouveau riche et que t’es un gros connard de droite quand même…

Connard de Droite : Un gros connard de droite dont tous les potes seront conseillers départementaux dans pas longtemps… Pas comme tes marrons, là !

Connard de Gauche : Mes marrons ?

Connard de Droite : Ben oui, si tu mélanges le rouge et le vert, ça fait bien du marron, non ? C’est la couleur de la merde, si je ne me trompe.

Connard de Gauche : Et la merde bleue, hein, que tous ces « droitards » en campagne portent en écharpe autour du cou sur les marchés, tu crois qu’elle sent meilleure ?

Propos volés par El War.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !