• CDNT
  • CDNT

Connard de gauche, connard de droite Saison 1, Episode 3

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Connard de droite : J’imagine que tu vas encore me parler de Frédéric Augis, hein, tout ça parce que j’ai voté pour lui et que je l’assume…

Connard de gauche : Ben disons que si Charlie Hebdo avait une version locale, Augis ferait la une une semaine sur deux, non ? Il cumule les conneries depuis le début de l’année, entre le tract dégueulasse que la justice a décidé de ne pas lui attribuer faute de «preuves» et sa petite sauterie au Temps Machine…

Connard de droite : Ouais donc en gros pour toi, la justice ne fait pas son boulot et est corrompue et boire deux verres entre potes et faire de l’humour potache quinzième degré avec les intellos coincés du cul du Temps Machine, c’est interdit ?

Connard de gauche : Ben disons que le tract il existe quand même et que c’est la copie conforme d’une lettre qu’Augis a reconnu avoir écrite, et que c’est pas la Reine d’Angleterre qui l’a écrit ni imprimé, le tract, quoi… Et puis si un groupe de mecs vient visiter ta boîte en te prévenant quelques heures avant et se foutent à moitié de ta gueule et de ton boulot pendant une heure, pas sûr que t’apprécies !

Connard de droite : Ouais c’est bon, arrête, tout a été grossi de toute façon…

Connard de gauche : Ah on voit bien que t’es abonné à la NR, toi, t’as des putains de bonnes sources !

Connard de droite : Non, mais arrête, je suis pas débile, je connais les limites de la NR, t’es con, mais là ils ont donné la parole aux élus, c’est tout… On est en démocratie, non ?

Connard de gauche : Une démocratie où des élus bourrés pissent sur des affiches dans les chiottes d’une salle de concert communautaire, ça me le fait pas trop.

Connard de droite : Ah ah mort de rire, tu crois vraiment toutes les rumeurs jusqu’au bout dis donc, et toi qui te fous de ma gueule parce que je crois tout ce qu’écrit la NR ! Tu vas bientôt me dire qu’ils ont proposé une partie de chat-bite à Vincent Launay, aussi ? Tu n’y étais pas à la soirée, hein, d’accord, donc ta gueule, non ?

Connard de gauche : Et toi, tu y étais ? Tu vas me dire que la sœur de la voisine de ta mère y était, c’est ça ? Et je te rappelle qu’un élu du PS y était, et que je trouve son attitude aussi minable, donc ce n’est pas un reproche de gauchiste !

Connard de droite : Je pense que c’est beaucoup de bruit pour pas grand-chose cette histoire en tout cas, il y a des sujets plus graves.

Connard de gauche : C’est bien une remarque de merde, ça. On peut aussi se foutre de tout tant qu’on a un boulot, une bonne santé et de la barbaque dans le frigo, hein. Bonjour le niveau !

Connard de droite : Et voilà, je l’attendais le couplet «t’es de droite donc t’es un gros bourrin inculte» ! Et «la culture est à gauche» ! Et «mon cul c’est du poulet bio» ! Et «quand j’entends le mot culture populaire, je sors mon révolver !»

Connard de gauche : Ben t’en as vu beaucoup toi des élus de droite qui font des trucs vraiment bien culturellement ?

Connard de droite : J’ai pas d’exemple mais ton cliché minable me fait gerber, tu crois que tous les gens qui sont assis à côté de toi quand tu vas aux Studio ou au CDRT c’est forcément des gens qui votent à gauche, putain mais atterris, mec, t’es vraiment sur une autre planète ! Et tu crois inversement qu’au concert de Stromae y’avait aucun électeur de gauche ?! Et Mireille Mathieu au Vinci, tu veux mettre un détecteur de sympathisants PS ou Verts à l’entrée pour qu’on se marre un peu ?

Connard de gauche : T’es vraiment qu’un gros connard, putain !

Connard de droite : Ouais c’est ce qu’on me dit chaque fois que j’ai raison et qu’on n’a plus d’argument pour me contrer…

Connard de gauche : Déjà à la fac, y’avait des mecs qui voulaient te baffer, je suis sûr que même ta femme et tes gosses ils doivent avoir envie de te baffer des fois.

Propos volés par El War.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !