Culture

Une nouvelle direction pour Le Temps Machine

Hasard du calendrier, en ce début d’année 2015, il y a du nouveau au Temps Machine. L’association Travaux Publics, association qui gère la salle en DSP (Délégation de Service Public) s’est en effet dotée d’un nouveau bureau et d’un nouveau président en la personne de Xavier Selva. Le premier avril prochain, le nouveau directeur de la salle, Sébastien Chevrier prendra également officiellement ses fonctions. Nous avons rencontré ce nouveau binôme directionnel pour discuter de leurs envies et de leurs projets pour la salle jocondienne.

Xavier Selva et Sébastien ChevrierXavier Selva et Sébastien Chevrier

Qui sont-ils ?

Xavier Selva : Xavier Selva a un parcours étroitement lié aux milieux culturels tourangeaux. Passé par Radio Béton à la fin des années 1980, début des années 1990, il a également co-fondé l’association audiovisuelle Sans Canal Fixe. Salarié chez TGA Production, il est le rédacteur en chef de l’émission Culturz diffusée sur TV Tours.

Sébastien Chevrier : Le nouveau directeur du Temps Machine arrive de Niort où il travaillait pour une entreprise d’ingénierie culturelle qui gère une salle de musiques actuelles. Par l’intermédiaire de cet emploi il a déjà eu l’occasion de découvrir la Touraine il y a quelques années en participant à l’organisation du festival du Conseil Général, « Jour de Loire ».

Auparavant, il s’est occupé de la direction artistique d’un théâtre en régie municipale. Depuis 2010, il dirige également le festival Nouvelles Scènes à Niort. Un festival volontairement tourné vers l’avant-garde et qui prône la création et l’émergence pour investir les lieux de la ville. Il arrivera au Temps Machine le 1er avril, le temps de s’occuper de l’édition 2015 de ce festival qui se tient du 16 au 25 mars (A noter la présence du Tourangeau Pierre Mottron à ce festival cette année).


Le jour où nous rencontrons nos deux interlocuteurs, ces derniers ont également rendez-vous pour la première fois depuis leur arrivée, avec Cédric de Oliveira, vice-président de Tour(s) Plus, en charge notamment des équipements culturels. L’occasion pour eux quand nous abordons le sujet, de clore définitivement les polémiques récentes : « Nous sommes complètement détachés des histoires qu’il y a pu avoir. Nous n’étions pas présents à ce moment-là. Ce qu’on peut dire c’est que nous sommes dans une logique de travail en collaboration, de partenariat. En tant que président mon seul souci c’est le public », nous explique Xavier Selva avant de poursuivre : « Quand ces histoires ressortent cela m’ennuie profondément parce que ce n’est pas le problème du public. Je pense qu’il y a eu une incompréhension de tous les côtés et que manifestement tout le monde ne s’est pas assez parlé. Aujourd’hui un dialogue est installé et c’est d’autant plus important parce que Sébastien arrive au premier avril et c’est important qu’il arrive dans un endroit sain ».

Sébastien Chevrier, le nouveau directeur ne dit pas autre chose d’ailleurs, évoquant lui aussi une « nécessité de dialogue, pour mieux valoriser les actions et les équipes ».

Avec une Délégation de Service Public arrivant à son terme en fin d’année, on comprend aisément le besoin pour Travaux Publics de retrouver une atmosphère de travail apaisée. Car Travaux Public présentera de nouveau sa candidature pour la future DSP du lieu : « L’idée est évidemment d’installer Travaux Publics dans la continuité. Nous allons travailler pour » explique Sébastien Chevrier.

A la charge de ce nouveau binôme d’impulser l’élan nécessaire, tout en se portant garant du travail effectué depuis cinq années : « Il y a eu un renouvellement du bureau de l’association Travaux Publics parce que ceux qui étaient là ne souhaitaient pas se représenter. Le nouveau bureau n’a pas pour objectif de dire faisons table rase du passé, au contraire nous souhaitons nous appuyer sur les très belles choses qui ont été faites depuis l’ouverture pour redonner un nouveau souffle pour la suite. Le fait qu’il y ait en même temps un nouveau bureau et un nouveau directeur facilite cette approche. »

De nouvelles ambitions

Sans s’être beaucoup concertés jusqu’à présent, les deux hommes s’accordent sur beaucoup de points à commencer par le besoin d’aller vers le public ou plutôt « les publics » comme ils le précisent. « L’équipe s’est attribuée une mission d’incitation à la curiosité, ce n’est pas un choix de simplicité ni de  facilité c’est sûr, mais ça ne tient pas de dire que le Temps Machine est élitiste » raconte Xavier Selva en montrant les différentes affiches des soirées organisées pour appuyer son propos. « L’ouverture existe déjà quoiqu’en pensent certains, maintenant il va falloir le faire savoir ».

La communication, voilà une donnée essentielle pour le nouveau directeur également. Ce dernier souhaite prendre son bâton de pèlerin pour aller à la rencontre du public mais aussi des acteurs locaux, « Nous devons être des ambassadeurs et expliquer ce que nous faisons aux personnes de l’extérieur, insister sur le fait que c’est un lieu ouvert. Il faut également réfléchir à multiplier les passerelles avec les acteurs locaux afin de mailler d’avantage le territoire ».

Et la programmation ?

Pour Sébastien Chevrier, le Temps Machine est un très bel outil ayant « deux salles pertinentes ». Pour autant le futur directeur note que si le club est bien exploité, l’occupation de la grande salle peut être améliorée. Bien que n’ayant encore rien fixé, Sébastien Chevrier envisage des pistes de réflexion pour résoudre cette équation : « Tout en gardant le côté militant avant-gardiste fixé dans le cahier des charges, on aura besoin de rendre ce lieu un peu plus populaire », lâche celui qui souhaite « apprendre au contact de l’équipe et essayer d’exercer mon rôle de leadership pour tirer tout le monde vers le haut ».

Des propos qui peuvent surprendre mais clairement assumés par ce dernier, « Les partenaires sont en attente d’évolution vers une ouverture populaire. Il ne faut pas avoir peur de dire les choses, le terme populaire n’est pas un gros mot ». Vantant le désir de qualité extrême qui existe au sein des équipes du Temps Machine, il évoque la volonté « d’aller vers l’excellence pour le plus grand nombre. Pour l’instant rien n’est décidé mais on évoluera peut-être en faisant venir quelques références. C’est dans la suite logique du travail qui a été fait depuis le départ et qui a cette ambition d’ouvrir à la curiosité à tous ».

Une révolution au sein d’une salle réputée pour une programmation pointue ? Sébastien Chevrier, réponds à cette question par la négative : « Il ne va pas y avoir de révolution, mais des signes d’évolution en mettant en avant la mission de service public que l’on a. Ces évolutions seront plus palpables à partir de septembre et la nouvelle programmation ».

Une mission de service public qui doit être mise en avant également par les autres activités du Temps Machine : « La partie concert est celle émergée de l’Iceberg mais il y a autre chose autour à développer ». Sébastien Chevrier souhaite ainsi renforcer la sensibilisation des publics aux actions culturelles ou encore renforcer les ponts entre les studios de répétition et les concerts. Pour faire connaitre ces activités, lui et Xavier Selva envisagent également d’organiser des journées portes ouvertes. Autant d’actions en direction des publics qui doivent permettre aux équipes du Temps Machine de montrer leurs ambitions pour la future DSP. « Je pense que c’est de l’intérêt de personne que cela ne se prolonge pas avec Travaux Publics, l’équipe a une légitimité » avance Xavier Selva à ce sujet.

A LIRE EGALEMENT NOTRE ARTICLE PRECEDENT : Temps Machine une SMAC c’est quoi ?

Print Friendly, PDF & Email