Culture

Terres du Son 2016 : bénévoles de leurs propres ailes #tds2016

Ils sont 1200 bénévoles pendant ces trois jours, amoureux de la musique et des festivals. Le temps pour eux ne compte pas quand il s’agit d’être au service des autres et de leur passion. Alors ils traversent la France entière pour venir donner le coup de main nécessaire à l’organisation de « Terres du Son » … Hommage doit être rendu à ceux sans qui rien ne serait possible…

Léa bénévole

Quand on aborde un bénévole, c’est toujours la même musique : la banane sur les lèvres, l’écoute et la joie de vivre. Ils sont comme ça les bénévoles de « Terres du Son », comme Léa, 28 ans, qui vient de la région parisienne. Cette originaire du Val d’Oise est dans la vie animatrice culturelle. Ce petit bout de bonne femme au sourire ravageur est bénévole au contrôle d’accès et de sécurité. Elle est responsable d’une équipe. « Il fallait quelqu’un… » dit-elle timidement. Et quand on lui pose la question : « pourquoi bénévole ici ? », elle nous répond avec engouement qu’elle « avait envie de venir ici ! ». « J’ai cherché sur internet, on nous répond assez vite, on donne ses dispos et hop !!! » lance-t-elle avec toujours le même sourire. « Je vais revenir c’est sûr ! ». Pour elle, son trip ultime, c’est « l’ambiance entre les bénévoles et festivaliers. Ici c’est un festival tranquille… ! ». Léa est aussi coutumière de la Fête de l’Humanité qu’elle ne rate jamais depuis qu’elle est toute petite. Quand on interroge cette francilienne sur un mot qui pourrait résumer « Terres du Son », il lui échappe tout de go « AMBIANCE ! ». Avec le sourire aux lèvres….

Léa bénévole 2

A quelques mètres de Léa, Chloé attend le chaland à son comptoir. Ici on sert des burgers. A 20 ans, cette étudiante en faculté d’économie à Paris a fait le déplacement, elle aussi. « J’ai beaucoup d’amis à Tours. Ils sont festivaliers ». Chloé n’est pas à son coup d’essai sur le festival tourangeau. « C’est la deuxième fois que je viens. Je suis aussi bénévole à Rock en Seine et aux Francofolies… ». Ce qui motive la jeune parisienne, « c’est l’ambiance bien sûr, mais surtout la musique, les gens cools et les rencontres que l’on peut faire ». Pour elle, le mot qui convient le mieux à « Terres du Son », c’est « GENIAL ».

Corentin

Pour accompagner Chloé, Corentin est son cadet. A 18 ans, ce jeune apprenti en mécanique est un « local » de l’étape. Il habite à Neuillé-Pont-Pierre. « Mais je dors au camping du festival, c’est plus cool pour l’ambiance ! ». Corentin est devenu bénévole pour « voir l’autre côté du décor. J’ai été festivalier avant et j’ai plein de potes ici… ! ».

Avec Léa, Corentin et Chloé, c’est plus d’un millier de bénévoles au service de festivaliers qui viennent toujours plus nombreux. Des bénévoles qui portent avec leur t-shirt bleu marine ou rouge, les couleurs d’un événement unique en Touraine.

Print Friendly, PDF & Email