Culture

Temps Machine, avec quatre «n» et quatre «a»

Hier soir à Joué-lès-Tours, c’était soirée thématique alphabétique avec Anna et les Limiñanas. Il ne manquait plus que Bananarama, mais ils n’étaient pas disponibles.

Une bien belle affiche en tout cas, avec d’abord le trio tourangeau Anna dans une espèce de cold-wave / lo-fi / madchester portée par une boîte à rythmes très 80s, un chant intense vraiment très enveloppant, des lignes de basse et des mélodies de guitares qui évoquaient tantôt du Cure période Seventeen Seconds, tantôt du Pavement, tantôt du Inspiral Carpets au ralenti, ou du Happy Mondays première période, entre désenchantement et grande envie de chanter quand même, sur des compositions jamais faciles et toujours pleines de petites surprises. On en reparlera.

Pour les Limiñanas, on a déjà tout dit cette semaine et on n’a pas été déçus : cette fausse pop insouciante régulièrement noyée sous un déluge de distorsion, le sourire félin toujours bien en place chez la chanteuse, semblant tout à fait impassible au milieu du torrent de sons déversé par ses bruyants compères. Ces compagnons de la chanson qui arrache jouent très près les uns des autres, ont chacun une posture et une gueule, qui fait des Limiñanas une galerie de portraits très agréable à regarder, en plus de nous défoncer la tronche à coup de riffs monstrueux et d’une section rythmique à décorner les bœufs.

Bon, il faudrait juste envisager des cours de pogo gratuits pour les spectateurs du Temps Machine (visiblement passionnés, mais trop scotchés pour se bouger les fesses ?) et rappeler aux 26.000 étudiants et 12.000 lycéens tourangeaux qu’il y a une salle de concert sur la ligne de tram, avec une programmation qui pourrait leur convenir beaucoup plus souvent qu’ils ne le pensent : ils devaient être quinze hier soir… heureusement que les 30-50 ans ont largement sauvé l’honneur, hein. Sauf pour le pogo, donc.

The Limiñanas

dsc_2278

dsc_2298

dsc_2352

dsc_2503

    dsc_2504

Anna :

dsc_2245

dsc_2246

dsc_2249

dsc_2260

   Un degré en plus

> Les prochains concerts au Temps Machine

Crédits photos : Laurent Geneix pour 37°

Print Friendly, PDF & Email