Culture

Pour sa 10e édition, le festival Imag’In change de formule

Le festival Imag’In Tours, revient les 28 et 29 septembre prochains en format payant et sur l’Ile Aucard.

On avait laissé le festival Imag’in en septembre dernier avec un goût d’inachevé. Pour sa neuvième édition, le festival organisé par Prod’Cité cumulait en effet les coups durs : pluie abondante le vendredi, froid intense le samedi mais surtout soucis techniques suite à des actes de malveillance et enfin échauffourées entraînant l’arrêt du festival en plein concert de Guiz’mo… bref une neuvième édition aux allures de 7 plaies d’Egypte.

On pouvait dès lors se demander comment le festival allait réussir à relever la tête et proposer une 10e édition. La réponse ? Si le festival Imag’In revient bien en 2018, ce sera sur une nouvelle formule. En effet, Imag’In, 10e du nom, n’aura pas lieu place Saint Paul au Sanitas, mais sur l’Ile Aucard. Un choix justifié par Pepiang Toufdy, le fondateur du festival : « Pour pouvoir continuer, il fallait changer le modèle ». En changeant de lieu, le festival veut donc se donner un nouvel air et une nouvelle dimension, symbolisée par la programmation : Le Peuple de l’Herbe, Davodka, Taïwan Mc, Lefa, Remy ou encore Disiz la Peste seront en effet présents les 28 et 29 septembre prochains, jours du festival.

Des têtes d’affiche qui seront accompagnées par des artistes locaux. Parmi ceux annoncés : Chevalien, Imria ou les Vieux Speedouc. « Il y aura deux scènes, dont une découverte axée principalement sur la scène régionale » explique Pepiang.

Pour réunir une telle programmation, le festival a par ailleurs doublé son budget cette année et passe en format payant avec des billets entre 14 et 18 euros par jour ou 26 euros pour le pass 2 jours.

Une volonté de voir plus haut donc. Pour autant, alors que le festival Imag’In s’était fixé comme objectif d’amener la population tourangelle dans ce quartier et dépasser les clichés habituels, ce déménagement marque-t-il un échec ?

« C’est dommage parce que je pense que ça créait du lien social et on a essayé de montrer un autre regard sur le quartier. Malheureusement cela s’est mal passé l’an dernier. C’est dommage de finir un peu comme ça, mais il fallait que l’on évolue. Mais je reste persuadé que le quartier a besoin de ce genre d’événements » témoigne Pépiang qui fait également son auto-critique : « On aurait peut-être plus associer les habitants du quartier, les impliquer plus. On n’a pas malheureusement pas pu faire plus par manque de moyens. »

Malgré tout, Imag’In ne déserte pas totalement le Sanitas puisque les traditionnelles actions culturelles qui précèdent l’événement sont maintenues place Neuve. « C’est important de garder ces actions culturelles » poursuit Pépiang. Au programme des ateliers, un plateau radio, une petite scène sur la place Neuve avec un temps fort le mercredi 26 septembre qui regroupera des expositions et des petits spectacles. De quoi conserver l’esprit familial et ouvert sur le quartier que veut donner Prod Cité à son festival depuis maintenant 10 ans.

Un degré en plus :

Pour plus d’informations sur la 10e édition du festival Imag’In, rendez-vous sur leur page Facebook.

Photo à la Une : Claire Vinson

Print Friendly, PDF & Email