CultureChroniquesChroniques-Culture

[On aurait pu vous en parler] Le folklore de la Fête de la Musique

 

Nos boîtes mail débordent ! Chaque semaine nous recevons des dizaines d’invitations pour relayer des événements forcément incontournables. Certains reviennent carrément tous les ans, au risque pour nous d’écrire quasiment la même chose d’une fois sur l’autre. En plus de ça, il faut bien dormir. Cette année, c’est décidé : nous ne pourrons pas être partout ! Et tant pis si cela crée des frustrations. Cela dit, nous avons trouvé LA solution : relater une fois par semaine des actualités tourangelles sans bouger du bureau, avec une petite dose de mauvaise foi.

C’est une petite rue de Tours. On entend les bruits de pas sur le sol, une voiture au loin, quelques oiseaux qui chantent et – tout à coup – un refrain de Véronique Sanson chanté très faux. En écho, au loin, le couplet de la même chanson de Véronique Sanson à peine plus juste. Nous sommes dimanche soir. On vient de trouver deux personnes qui ont répondu à l’appel du gouvernement consistant à chanter fort et faux à 20h pour fêter la musique. Il y a sûrement un portrait du ministre de la culture Franck Riester quelque part dans leur salon.

Cette année, pour cause de Covid, le soir du 21 juin ne ressemble pas vraiment aux autres à Tours. Des bars montent le son mais pas de scènes. Pas de saxophones, de tubas et de violons à chaque coin de rue. Les reprises de Nirvana et de Téléphone sont portées disparues tout comme les larsens, les rappels et les accordéons. Pas de doute, pour qu’on en vienne à être nostalgiques des larsens, c’est ce que cette affaire de coronavirus nous a sérieusement atteints.

Il y a du monde mais moins qu’à l’accoutumée. La Fête de la Musique avec injonction de distanciation physique c’est comme un mojito sans citron ou une semaine sans incohérence dans les mesures de déconfinement. La musique est un virus qui se transmet par les oreilles et contre lequel on n’a pas besoin de traitement malgré quelques effets secondaires (les fausses notes, les candidats français à l’Eurovision, les cours de flûte à bec au collège, les acouphènes et les bières renversées sur le jean).

Le folklore de la Fête de la Musique on aurait pu vous en parler mais dimanche soir c’est plutôt cette chanson qu’on voulait entendre avec la voix de Véronique Sanson :

Print Friendly, PDF & Email