Culture

Natacha-Maria Doberman : encore une donation pour la Ville de Tours !

La polémique de la donation Cligman à peine refroidie, voici une autre collectionneuse, la célèbre écuyère Ecossaise Natacha-Maria Doberman – dont la grand-mère a vécu à Saint-Cyr-sur-Loire – qui veut faire don de son trésor à la cité ligérienne. Au menu : 3890 toiles de maîtres et sculptures et un chèque de 15 millions d’euros pour faire des travaux d’aménagement pour accueillir les œuvres. Une seule ombre aux tableaux : les exigences ubuesques de Madame Doberman.

La ville de Tours semble être décidément destinée à devenir le réceptacle international des collections d’art privées… L’ouverture du CCC OD et la (feue ?) décentralisation d’une partie de la programmation du Jeu de Paume semblent avoir créé un appel d’air et attire les donateurs du monde entier.

Privatisation du Pont Wilson

Avec son gros chèque de 15 millions d’euros, Natacha-Maria Doberman n’y va pas avec le dos de la cuillère quant à ses exigences en contrepartie de la donation. Côté expositions permanentes : réquisition de la Bibliothèque Municipale et de la Fac des Tanneurs, galerie en forme de serre le long du tram sur le Pont Wilson (partie piétonne) ; côté expositions temporaires régulières : salle du Conseil Municipal à l’Hôtel de Ville, salle du conseil communautaire aux Deux Lions, patinoire du Palais des Sports…

Serge Babary réservé

Côté mairie, on aimerait évidemment accueillir ce qui ferait de Tours l’une des capitales européenne de l’art des XVIIIe et XIXe siècles (le plus gros de la donation Doberman datant de cette période), mais face aux demandes exubérantes de la vieille Ecossaise, le maire et quelques adjoints émettent de vives réserves. «La Bibliothèque, la Fac des Tanneurs et le Pont Wilson pourquoi pas, mais les salles de conseils, ce serait un peu pousser Mémé dans les orties» nous a confié un membre de la majorité municipale qui a souhaité rester anonyme. «Elle souhaite en plus que nous changions le logo de la Ville et la couleur de la Statue de Saint-Martin !» nous raconte un autre.

«Mes couilles sur un plateau»

Une autre source proche du dossier aurait même entendu un élu tourangeau de premier plan citer Jacques Chirac : «Mais qu’est-ce qu’elle veut de plus cette mégère ? Mes couilles sur un plateau ?!». Une visite officielle de Natacha Doberman est attendue lors du week-end de VitiLoire fin mai. Ses conseillers sont en train de préparer le protocole, dont celui particulier entourant la visite des éventuels futurs sites d’exposition. Une visite qui crispe l’Etat puisque non seulement nous sommes en plein Brexit et que l’Ecosse envisage l’indépendance plus que jamais, mais aussi parce que fin mai, le président français viendra juste de changer et que, vu comment la campagne se barre en cacahuètes, on se demande s’il y aura vraiment un président.

Quoi qu’il en soit, côté tourangeau on prépare déjà une contre-attaque : des responsables de l’université et de la bibliothèque municipale ont rencontré des producteurs de Vouvray, Chinon, Montlouis et Bourgueil. Objectif : faire boire plus que de raison la délégation écossaise à VitiLoire afin de réussir à leur faire signer la donation et le chèque de 15 millions d’euros sans aucune contrepartie. Un véritable défi quand on connaît la résistance légendaire des Britanniques à l’alcool.

Print Friendly, PDF & Email