• CDNT
  • CDNT

Metropolis lance son incubateur de projets audiovisuels

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

L’audiovisuel connaît depuis quelques années un boom en Touraine. Du côté des professionnels, des associations ou simplement des amateurs, le milieu de la vidéo a bénéficié de la démocratisation du numérique. Une démocratisation qui a favorisé l’émergence d’une multitude d’associations locales. Parmi celles-ci, Metropolis, née en août 2015 et dont l’un des objectifs est de favoriser l’accompagnement de projets audiovisuels.

img_9714

Le projet Metropolis est né en 2015 par des jeunes vingtenaires tourangeaux qui s’étaient fait la main au sein d’une première association : Backstage Prod. « Backstage est née en 2009, c’était une association de copains qui aimaient faire de la vidéo. En créant Metropolis, l’équipe de Backstage a choisi de franchir un cap, de se professionnaliser » explique Charly Chevaillier, salarié chez Metropolis.

Un nouveau projet associatif pensé dans un premier temps comme une WebTV, avant de finalement s’orienter vers une double spécificité : une agence de communication audiovisuelle et surtout un incubateur de projets audiovisuels pour lequel l’association a reçu un soutien financier de la Région.

Après un an de préparation, ce volet axé sur l’accompagnement est depuis quelques semaines sur les rails. « La plateforme web est en ligne, la première compétition s’est d’ailleurs achevée et nous lançons en ce moment la session suivante » explique Charly Chevaillier.

Cette plateforme c’est Metropolis Watch, un site internet permettant à tout porteur de projet audiovisuel de s’inscrire pour poster son projet et le soumettre aux votes du public. « L’idée est que ce soit les internautes qui décident quel projet doit être accompagné. Les sessions seront à intervalles irréguliers, selon le nombre de projets proposés ou la durée d’accompagnement nécessaire des précédents lauréats. Ces sessions de compétitions durent dix jours et à la fin le projet qui a reçu le plus de coups de cœurs remporte l’accompagnement Metropolis pour réaliser son projet ».

Un dispositif d’accompagnement qui vient compléter ceux existants, à commencer par ceux proposés par l’agence régionale Ciclic. Ouvert à tout projet audiovisuel, qu’il soit fiction, reportage ou documentaire à partir du moment où il n’est pas commercial, Metropolis Watch s’adresse en revanche avant tout à des projets amateurs. « Nous nous sommes rapprochés de Ciclic qui soutiennent eux des projets professionnels, nous notre idée est d’être dans le soutien aux petits projets et essentiellement amateurs ».

Un accompagnement à la carte

Après la phase de votes, les vainqueurs d’une session entrent alors en phase d’accompagnement. Un accompagnement qui n’est pas écrit au préalable. En effet, Metropolis a décidé de ne pas faire de package global, mais au contraire de privilégier un accompagnement personnalisé par projet. Et si ce fonctionnement à la carte complique un peu plus la planification des sessions de vote, Metropolis assume son choix : « Certains auront besoin d’être soutenus que sur un apport matériel, d’autres sur des conseils, d’autres sur une aide globale… l’idée était de n’exclure personne ». Un accompagnement ressemblant à une résidence qui est de plus entièrement gratuit et que Metropolis compte financer par les contrats récupérés par son volet agence de communication. « Dans notre projet global, l’un se nourrit de l’autre et inversement puisque Metropolis Watch doit nous permettre de créer de l’audience et une notoriété servant à son tour l’agence pour aller chercher des contrats » explique Charly Chevailler.

Le premier projet à bénéficier de cet accompagnement sera « Soleil d’automne » de Danny Gopnick qui a reçu le plus de votes lors de la première session et qui va bénéficier d’un suivi pendant un an.

Un degré en plus :

> Le site de Metropolis Watch

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !