Culture

Le clip de la semaine : «Tabarnak» de Volo

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux talentueux et nous en extirpons un clip rien que pour vous.

«Tabarnak» de Volo

Testament lacustre

Véritable institution en Angleterre, le concept de «chanson de Noël» a dû se noyer dans la Manche il y a fort longtemps car il n’a jamais pris chez nous. Malgré tout, ce «Tabarnak» des frères Volo joue cette année parfaitement ce rôle, mais à contre-pied, «à la française» : des paroles funèbres sur une musique chaleureuse dans un décor idyllique, des mugs qui fument et des mecs qui gratouillent des cordes bien au chaud.

Evidemment côté texte, on n’est pas dans la niaiserie du genre, mais dans la thématique de la mort, qui reste la métaphore toujours efficace d’une année qui s’achève. Tant pis pour Santa qui, vexé d’être exclu de cette ritournelle, pourrait bien se venger en boudant le poêle à bois du petit chalet et les chaussons en peau de mouton des Volo.

Face aux éléments, la lecture chantée de ce testament finit par défier la chose, le temps passant (nuages en accéléré, vaguelettes, bois qui se consume) et les deux loustics étant toujours vivants à la fin, dans un coin où le soleil ne se couche jamais. A se demander si l’antidote ultime n’est pas tout simplement d’écrire des chansons.

Finir l’année (ou sa vie) une guitare la main, en chantant simplement, dans un décor paradisiaque est la réponse rêvée à l’année de merde qu’on vient (encore) de «vivre». La poésie restant la réponse la plus sûre à la violence du monde. Même s’ils ont toujours l’air aussi souriants, les Volo envoient ici le message d’humains quand même fatigués de tout un tas de choses, montrant avec le plus de légèreté possible l’endroit où ils aimeraient en finir avec tout ce bordel. Plus tard ou maintenant ?

L’histoire ne dit pas s’ils sont rentrés en Touraine depuis.

Un degré en plus

> Suivez la page Facebook de Volo

Print Friendly, PDF & Email