• CDNT
  • CDNT

Le clip de la semaine : Philémone « Les garçons passagers »

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux talentueux et nous en extirpons un clip rien que pour vous.

Philémone « Les garçons passagers »

https://www.youtube.com/watch?v=xrcE9p_7-6o

Philémone et les garçons

Quelques notes de basse agrémentées par un gros plan sur ce même instrument porté par Thomas, un plan sur Nico à la batterie et Jules Jacquet aux machines (l’homme qui compose dans l’ombre de Fanny sur ce projet), ce nouveau clip de Philémone met d’entrée les garçons du groupe en avant, si bien que hormis une apparition furtive sur les premières images, il faut attendre une trentaine de secondes pour retrouver Philémone, micro en main, entamer cette chanson par les paroles « j’ai l’humeur légère, l’humour léger délétère… ». Quelques paroles suffisantes pour ôter tout doute : nous sommes bien en train de regarder un clip de Philémone.

Il suffit de quelques secondes pour comprendre que Philémone n’a rien perdu de son assurance, de sa présence et de son phrasé. Un ensemble qui doit beaucoup au rôle joué par ces garçons, celui de mettre en exergue la chanteuse-lead dans un univers qui est sien.

L’univers de Philémone est rythmé, tourmenté nous écrivions lors de la sortie de l’EP « Invasion », pourtant ici tout est clair et limpide. Le genre de chanson qui percute dès les premières secondes avec cette rythmique affolée qui colle à l’histoire racontée, celle d’un désir assumé, d’une rencontre un peu folle, d’une envie banale. Oui car Philémone est une femme de son époque, racontant ses désirs avec simplicité, sans fausse pudeur. Ici tout est fluide et compréhensible, Philémone assume ses envies et mène le bal, emmenant ses garçons dans une danse sur fond de mélodie où la ligne de basse s’entrechoque avec la batterie et les machines pour mieux nous faire déhancher et bouger notre corps.

« Tu me plais quand le désir est passager, tu me plais si le désir est partagé » clame la chanteuse. Voilà les garçons prévenus, Philémone aime le partage et cela se ressent. Les quatre partenaires s’éclatent sur cette chanson entraînante et vous invite dans la danse avec ce clip en noir et blanc où le groupe paraît à l’étroit sous cet appenti avant de partir se déhancher de manière frénétique. Allégorie certaine du corps cédant au fruit défendu. « Tu me plais si le désir est partagé… » disait-elle, alors partageons cette danse.

Un degré en plus :

> Retrouvez Philémone au festival Imag’in le 10 septembre, place Saint Paul à Tours.

Crédits photos : Romain Durfort pour Les Talentueuses

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !