Culture

Le clip de la semaine «Je bêle avec les moutons» de Patrick Chamblas

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux talentueux et nous en extirpons un clip rien que pour vous.

«Je bêle avec les moutons» de Patrick Chamblas

Le bonheur est dans le troupeau

Autant l’avouer d’emblée : on n’a jamais été fan de Patrick Chamblas. Il faut pourtant bien reconnaître qu’avec cet hilarant «Je bêle avec les moutons», il éclaire ce mois d’août et, avec ce clip, réduit en un clin d’œil vos pauvres diaporamas de photos de vacances à néant.

Il crée le suspens dès l’intro avec une incrustation qui nous raconte que «toute ressemblance avec des personnes existantes est non intentionêêêlle», ce qui évidemment ne fait qu’attiser notre curiosité de moutons curieux.

S’ensuit une succession d’images de moutons plus ou moins farfelues glanées sur le net : gros plans, troupeaux, l’incontournable Shaun de Nick Park, moutons déguisés… Mais aussi quelques photos d’un autre animal souvent très proche du premier : l’Homme. Car au cas où vous n’auriez pas déjà compris l’idée, cette chanson est une allégorie, dans la droite lignée des fables de la Fontaine.

Même s’il est éculé, le thème est d’après Chamblas toujours éminemment d’actualité et il le ressert à sa sauce pour rigoler un peu et/ou régler des comptes personnels avec des… Mais non ! Nous n’allons pas spoiler ! Car vous ne saurez de qui il s’agit qu’à la fin, alors que le morceau décline et que vous vous apprêterez à cliquer pour aller voir ailleurs : une belle image qui reste à l’écran une belle poignée de secondes et qui nous dit qui était principalement visé par cette ritournelle estivale…

Côté musique, c’est très basique, une espèce de reggae (que les amateurs de reggae nous/lui pardonnent) synthétique. C’est plutôt du côté du chant et des paroles qu’on va y trouver son compte, Chamblas jouant comme toujours avec son timbre particulier et ses capacités à jongler avec les phonèmes, qui lui permettent notamment de bêler en chantant et de chanter en bêlant.

L’écriture est simple est efficace, avec pas mal de références manipulées avec beaucoup d’humour. On en ressortira un seul vers sublime qui résume la vie de troupeau au quotidien avec une cruelle lucidité : «L’horizon qui s’offre à nous/C’est l’arrière-train d’un quadripède».

1708-photo Chamblas

Un degré en plus

> La page Facebook de Patrick Chamblas, à noter la sortie de son nouvel album en octobre 2017.

> Retrouvez toute la collec des clips de la semaine en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email