• CDNT
  • CDNT

Le clip de la semaine : « Avantage aventure » de Drame

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux talentueux et nous en extirpons un clip rien que pour vous.

Cette semaine : « Avantage aventure » de Drame

YouTube video

Ouf ! Qu’on se rassure on n’aura pas perdu la trace de Rubin Steiner bien longtemps. Alors que Fred Landier (son nom à l’Etat civil) quittait la programmation du Temps Machine, son double maléfique Rubin Steiner préparait dans le plus ou moins grand secret son nouveau projet : Drame. Un projet mené à plusieurs. Drame c’est en effet Rubin Steiner mais aussi Olivier Claveau, Sandrine Guillot, Jérémie Morin, Frédéric Vidalot et Quentin Rollet en invité spécial.

On avait bien eu l’écho il y a quelques mois qu’il se tramait quelque chose du côté de la bande à Steiner, un projet qui s’est pendant de longues semaines résumé à un tumblr avec des images de l’enregistrement. Il n’en fallait pas plus pour faire monter l’impatience des plus curieux. Depuis la rentrée le Drame est arrivé, distillant avec parcimonie ce qu’il cachait sous sa hotte. Pour en savoir plus, il faudra attendre la sortie du LP le 06 novembre chez Platinum Records, mais plusieurs éléments aperçus sur le net laissent entrevoir un projet uniquement instrumental, expérimental également, faisant la part belle aux sons organiques.

12074766_1651281738444971_5179665106019793479_n

Un projet « kraut-garage-disco-improvisé », garanti 100 % sans ordinateur. A contre-courant de ce qui se fait actuellement et des multiples projets connectés à grand renforts d’ordinateurs à la pomme, l’artiste surprend une nouvelle fois, lui l’un des pionniers de la MAO (musique assistée par ordinateur) à la fin des années 90 et DJ reconnu, en revenant avec ce projet « à l’ancienne ». Et pourtant, on prend le pari que Drame va séduire, qu’une fois de plus un large public adhèrera à ses thèses musicales, lui l’artiste que l’on pourrait cataloguer comme « underground grand public » tant le succès fut déjà précédemment au rendez-vous malgré son refus de la célébrité. A force on finirait même par se convaincre que la notoriété est sa malédiction, son drame à lui. Pourtant, Rubin Steiner n’a jamais caché que la musique était faite pour être partagée au plus proche du public, et que cette démarche n’avait pas besoin d’artifices. Ce concert sauvage à Nancy en est un nouvel exemple.

Un degré en plus :

La page Facebook de Drame

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !