L’abécédaire culturel de l’année 2015 en Indre-et-Loire

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

C’est la fin d’année et l’heure des bilans, rétros et autres séquences souvenirs. Premier acte avec cet abécédaire, forcément subjectif de l’année culturelle en Touraine.

A : comme l’ASSO, la structure organisatrice du festival Terres du Son qui a vécu un sans-faute en 2015. Outre une édition de  Terres du Son plus que réussie avec à la clé un record de fréquentation pulvérisé, l’ASSO a obtenu également en fin d’année la délégation du Temps Machine pour les 5 prochaines années.

B : comme le Bateau Ivre, la salle de spectacles de la rue Edouard Vaillant. Année après année, le Bateau reste à quai et l’espoir de le voir rouvrir s’amenuise. Conscients de cette situation, le collectif Ohé du Bateau tente le tout pour le tout en 2016 avec la relance d’une souscription pour racheter le lieu à la SEMIVIT.

C : comme le Choix des âmes, la pièce écrite par Stéphane Titeca qui y interprète avec Alexis Desseaux, le sort de deux soldats pendant la Première Guerre Mondiale. Déjà auréolée du Grand Prix du Théâtre 2015, le Choix des âmes a pris une dimension supérieure avec la mise en scène concoctée par Valérie Lesage. A voir en 2016 pour ceux qui l’ont ratée en 2015. Un de nos gros coups de cœurs de l’année.

D : comme Doulce Mémoire, l’ensemble de musique Renaissance qui a connu un grand succès avec son spectacle sur François 1er.

E : comme l’Espace Malraux de Joué-lès-Tours, la salle municipale jocondienne qui varie les plaisirs avec une programmation métissée et dense, sans oublier le volet pédagogique envers le jeune public. A saluer.

F : comme festivals à commencer par ceux d’Aucard et de Terres du Son, les deux locomotives du 37 qui dans leur sillage (deux éditions records) entraînent de plus en plus d’évènements festivaliers vers le haut du panier. Ce n’est pas le public qui s’en plaindra.

G : comme guinguettes, que ce soit celle de Tours ou celle de Saint-Avertin, deux lieux aux esthétiques différentes mais ayant trouvé leur place dans l’offre culturelle estivale en Touraine grâce à deux programmations riches et soigneusement travaillées pour faire de ces lieux, plus qu’un simple endroit de consommations.

H : comme (Dj)Halouf, accompagné de sidi habibi, dj igor, slip man, el nino le petit cocon et pink panther qui avec le concept de Charcuterie Musicale ont enflammé les évènements musicaux de la région cette année.

I : comme les Ilots Electroniques. Toujours plus forts, toujours plus nombreux, les Ilots ont encore enchanté de nombreux dimanches tourangeaux cette année en attirant encore plus de monde dans des lieux encore plus originaux.

J : comme José Manuel Cano Lopez, le charismatique directeur du Plessis-théâtre qui avec énergie a lutté pour continuer ses activités au sein du château du Plessis malgré la volonté municipale de récupérer le lieu. Une lutte qui n’aura pas été vaine, la Compagnie Cano Lopez pouvant finalement y terminer sa saison en attendant une solution pérenne.

K : comme les Kampagn’arts, le festival de Saint-Paterne de Racan. Malgré des difficultés en 2014, les organisateurs ont réussi à passer le cap prouvant ainsi que loin de l’agglomération, des évènements de qualité peuvent attirer du monde.

L : comme Lazy Company, la série créée par Alexandre Philipp et Samuel Bodin qui s’est achevée cette année avec une troisième saison tournée au domaine de Candé. Une saison lauréate du prix de meilleure série TV 26 minutes au festival de La Rochelle. Une série qui a également eu le bonheur d’être adaptée en BD. On ne peut difficilement mieux faire en une seule année.

M : comme la Maison des Ecritures de Neuvy-le-Roy qui a eu la formidable idée d’inviter en résidence l’écrivain malien Ousmane Diarra, auteur de « La route des clameurs » et dont la présence et la justesse de ses propos humanistes face aux montées de l’Islamisme dans le monde ont pris un sens supplémentaire après le 13 novembre.

N : comme [email protected] le portail mis en place par le Conseil Départemental en partenariat avec les bibliothèques de l’ensemble du département. Un portail numérique permettant l’accès à des milliers de ressources gratuites.

O : comme Olivier Rousseau, le directeur de la galerie tourangelle éponyme. En un peu plus d’un an de temps, Olivier Rousseau a su nous enchanter avec ses choix audacieux qui apportent un vent de renouveau dans les arts plastiques en Touraine.

P : comme le Point Haut, le lieu de création des arts urbains financé par Tour(s) Plus qui abrite la Compagnie Off et le Polau. Un lieu qui a ouvert ses portes lors d’une impressionnante inauguration en avril dernier et dont le potentiel a déjà bluffé plus d’un visiteur.

Q : comme « Quelques gouttes suffisent… », le premier projet de la toute jeune association des Compères Production. Un film sur les préjugés, à portée pédagogique, nous ne pouvions que saluer l’initiative.

R : comme Robert Capa, dont les oeuvres en couleurs sont à découvrir en ce moment au château de Tours. Une exposition exceptionnelle à ne pas manquer.

S : comme Saint-Avertin, ville à la riche programmation culturelle grâce à une équipe de passionnés et une belle mise en valeur des lieux communaux. On aimerait qu’il en soit ainsi dans toutes les villes de Touraine.

T : Comme Le Temps Machine, la salle de musiques actuelles qui a connu une année 2015 riche en terme musical mais aussi en coulisses avec une refonte de l’équipe de Travaux Publics puis la désignation d’une nouvelle délégation pour 2016.

U : comme Ubmnfetap rceoicsseh oactlndaabrrn, une lettres tirage possible au championnat de France de Scrabble qui s’est tenu à Tours. Oui car on a beau dire ou se moquer mais à voir le niveau des candidats présents au Vinci, on ne peut que s’incliner devant la dose de culture nécessaire pour remporter cette compétition.

V : comme Voyages Sonores, le beau projet mené conjointement par le service d’action culturelle du Temps Machine, le Musée des Beaux-Arts de Tours et le Centre Oreste, centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP) pour adolescents.

W : comme What, le premier panier culturel en Touraine proposé par une pétillante équipe de drôles de dames.

X : comme X-Press la compagnie d’Abderzak Houmi qui avec ses différents projets en cours, crève l’écran.

Y : comme le Théâtre Olympia. Bon ok, cela ne commence pas par un « Y » mais on n’avait rien en stock et il aurait été dommage de ne pas citer le futur ex-CDRT qui va passer Centre Dramatique National. Une juste reconnaissance pour un lieu qui sous la direction de Gilles Bouillon puis depuis deux ans de Jacques Vincey a su se faire une place avec des programmations ambitieuses et de qualité.

Z : comme zéro, le nombre de week-ends où il n’y a rien à faire en Touraine. L’offre culturelle est riche et n’importe quel curieux peut y trouver son bonheur dans des disciplines variées. La culture comme art de vivre et comme garant du vivre ensemble, voilà un crédo qu’il faut veiller à défendre, peut-être plus que jamais en 2016.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Filbleu