Culture

Grand cru régional à Aucard de Tours

Ce jeudi soir à Aucard avait une belle saveur régionale. Avec une carte blanche à la Fracama (La fédération régionale des musiques actuelles) et son dispositif Propul’Son c’était pas moins de trois groupes de la région qui étaient programmés.

- Aucard de Tours 2017 - A sec - © Maxime Hillairaud     (c) Maxime Hillairaud – La Click Tourangelle

Premiers à entrer dans la danse, le duo vendômois vivant à Tours : Ropoporose. Le duo de frangins composé de Pauline et Romain montaient étonnamment pour la première fois sur la scène d’Aucard. L’erreur est donc réparée et de belle manière. Au soleil couchant, la douceur du duo a en effet produit son effet. Esthètes de la musique aux influences à la PJ Harvey ou Sonic Youth, les Ropoporose prennent corps sur scène et emmènent le public dans leur univers sans artifices, et avec un naturel évident. Pas de chichis, Romain et Pauline font ce qu’ils savent faire, jouer de concert, avec une complicité qui saute aux yeux. Avec leur deuxième album sorti en début d’année (revoir notre émission Micro Faune consacrée au groupe) les Ropoporose ont donné encore plus de corps à leur musique qui n’en manquait pourtant pas. De ruptures en continuité, de montées en descentes, leur pop-rock-folk-noise (rayez la mention inutile) s’en retrouve que plus puissante. Chez Ropoporose, la complexité des arrangements paraît d’une simplicité évidente et nous laisse forcément d’admiration.

- Aucard de Tours 2017 - A sec - © Maxime Hillairaud

- Aucard de Tours 2017 - A sec - © Maxime Hillairaud    (c) Maxime Hillairaud – La Click Tourangelle

Autre figure locale d’une scène tourangelle qui n’en finit pas de sortir des pépites, Chevalien était invité également de cette carte blanche. Malgré quelques soucis techniques, l’inclassable Chevalien a livré une nouvelle prestation scénique puissante et tribale. Entouré de deux nouveaux musiciens, Chevalien pousse le vice de sa musique à son firmament. En deux ans de temps, depuis sa labellisation « Coup de Coeur Terres du Son », la progression est impressionnante, tant le volume pris par Chevalien sur scène est marquant. A chaque chanson c’est une véritable bataille des ténèbres qui s’opère avec en guise de vainqueur la Bath Music : entre métal, électro et hip-hop. Au final inclassable, et c’est tant mieux. Et tant pis pour les Inouïs du Printemps de Bourges qui ne l’ont pas sélectionné pour cette raison cette année, car Chevalien a l’avenir devant lui. Le monde est prêt pour s’ouvrir aux ténèbres…

- Aucard de Tours 2017 - A sec - © Maxime Hillairaud

- Aucard de Tours 2017 - A sec - © Maxime Hillairaud    (c) Maxime Hillairaud – La Click Tourangelle

Troisième groupe régional programmé hier soir, les Bo Bun Fever. Est-ce parce qu’il vient d’Orléans que ce groupe se plaît à s’évader dans des voyages musicaux emmenant le public tantôt en Inde, tantôt aux Caraïbes, au Brésil ou ailleurs ? En tant que Tourangeau on n’aurait bien la réponse:-) Blague à part, la scène orléanaise barrée se porte bien et les Bo Bun Fever ne sont pas, dans leur folie, sans rappeler Perox, un autre groupe déglingo venu de la cité dite de Jeanne d’Arc. Ici tout est show et tout est chaud… Passée la surprise, le set passe finalement tout seul, comme dans une teuf trop arrosée. Un grand cru on vous a dit cette scène régionale.

IMG_2243

IMG_2250    (c) Mathieu Giua

Print Friendly, PDF & Email