Good Old Film Festival : Une première édition tourangelle réussie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Du 22 au 29 octobre s’est tenu le Good Old Film Festival (Le GOFF pour les intimes). Un événement autour de la photographie et l’audiovisuel uniquement dédié à la pellicule, organisé par les Compères Production. Un mois et demi après, Jérémy Ciepielewski, une des têtes pensantes du GOFF, revient avec nous sur cette expérience.

Quelques semaines après la fin du festival, Jérémy souffle enfin un peu. Se lancer dans un festival est en effet un exercice plutôt intense et les Compères Production ne se sont pas facilités la tâche en partant sur l’idée d’organiser un événement autour de l’argentique et de la pellicule. La particularité du GOFF était en effet de proposer à quatre photographes et quatre réalisateurs de s’essayer à ces méthodes. Un exercice qui paraîtrait presque anachronique à l’heure du tout numérique, mais qui s’avère très formateur nous explique notre interlocuteur « Cela oblige à travailler utile, de ne pas s’entêter à recommencer X fois une prise ou une photo. On réfléchit beaucoup plus en amont. Cela change le regard et l’approche de l’objectif ».

15230742_610020579206107_5308336532561600232_nPhoto argentique prise pendant le GOFF (c) Philippe de Boissezon

« Les temps de tournage constituaient le cœur du projet » explique Jérémy, « nous avons mis à disposition une petite équipe pour chaque réalisateur ainsi que le matériel nécessaire. Idem pour les photographes, on a fourni les appareils et les pellicules. La difficulté était qu’ils avaient une semaine pour sortir leur travail, et en plus avec un nombre de bobines et de pellicules limitées ». Un véritable exercice et une découverte pour les participants, aucun n’ayant auparavant tenté cette expérience. Et malgré le stress de l’épreuve, ce défi aura été apprécié par tous nous dit-on : «Beaucoup ont apprécié de travailler sur pellicule, de toucher l’objet ou de revenir à des techniques de base ».

15111007_604886729719492_6996184703910744193_o Photo de Martin Dronne, photographe primé par le public

Pour Jérémy Ciepielwski, cette première édition est une réussite à tous les niveaux. Pour les tournages donc, mais aussi pour les activités proposées à côté. « Tout ce qu’on a mis en place a bien marché. Nous sommes contents parce que le public s’est approprié l’événement ». Avec plus de 200 personnes à la soirée de clôture, plus de 110 personnes pour les conférences organisées et une exposition photographique à Mame qui a attiré beaucoup de curieux, les Compères peuvent être satisfaits en effet. Et face à la réussite du projet, ils réfléchissent désormais à la création d’une licence GOFF, avec un cahier des charges qui permettrait de décliner le concept dans d’autres villes.

Découvrez le film ayant reçu le prix du public :

Transe Humaine de Sébastien Cassen :

Un degré en plus :

> L’ensemble des photos et courts-métrages produites pendant le festival sont visibles sur la page Facebook du GOFF

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Filbleu