CultureA la une

Dans les coulisses du nouveau cabaret de Saint-Pierre-des-Corps

 

On connaissait Nello à Tours et Extravagance à Tours-Nord… Voici un nouveau venu dans la galaxie des cabarets de l’agglomération tourangelle : Ovation, à Saint-Pierre-des-Corps. Installé près de la zone des Grands Mortiers, il propose chaque week-end un spectacle qui réunit 9 artistes, mais aussi des soirées privées ou des cours de danse. Un projet mûri depuis 5 ans par Marjory et François Belenfant, le couple à l’origine de son ouverture.

Le Cabaret Ovation, c’est au total 450m², de la salle aux loges en passant par la scène. L’ancien magasin qui occupait ces locaux a été complètement dépioté et transformé. Désormais, on entre dans une vaste pièce bleutée qui peut recevoir jusqu’à 180 personnes (hors période de distanciation physique). « Marjory a déjà travaillé dans les deux cabarets de Tours et dans des troupes itinérantes. Moi je suis régisseur lumière de métier » explique François Belenfant. Le couple s’est connu au travail. Avec le temps, « on a eu envie de se poser, de proposer un travail plus complet et plus abouti que ce qu’on pouvait réaliser chez les clients. »

Ce quelque chose c’est donc un dîner spectacle assuré les jeudis, vendredis et samedis soirs. La nourriture est signée Chevalier Traiteur : un repas rythmé par les premiers numéros des 9 artistes qui composent la troupe – 7 filles et deux garçons plus 3 personnes en technique. Quand sonne 22h30, c’est parti pour 1h30 de show avec mapping (y compris mapping sur le corps) et lasers. « On avait à cœur d’intégrer les nouvelles technologies au spectacle pour se démarquer. Moderniser l’image qu’on se fait du cabaret aux décors rouges et baroques » insistent Marjory et François.

Pendant le temps de gestation du projet, « on a commencé par aller voir différents spectacles puis on n’a plus rien regardé. On s’est complètement coupé du monde. » Le résultat ce sont une vingtaine de tableaux élégants, dont celui avec les lasers, créé spécialement par un maître du genre (Théo Dari) ainsi qu’un numéro qui met en vedette Jean-Paul Gaultier (avec marinières… et plumes).

Voir naître le Cabaret Ovation n’a pas été une mince affaire : après avoir essuyé 10 refus des banques, François et Marjory se sont heurtés au coronavirus. Leur ouverture était programmée en avril… Elle a finalement eu lieu ce jeudi 10 septembre. Avec le recul, le couple y voit un avantage : les répétitions ont pu être soignées afin de travailler les moindres détails. D’autant que le mapping ou le laser « font appel à des techniques inhabituelles. Les artistes sont obligés de réfléchir à ce qui se passe techniquement ce qui est plus compliqué qu’une chorégraphie classique. »

Evidemment, la crise sanitaire oblige à des adaptations : personnel masqué (sauf sur scène), distanciation entre les tables avec organisation spécifique de la salle chaque soir selon les réservations. Sans oublier une désinfection complète des installations au quotidien. Mais les cabarets sont comme les salles de spectacle ou les restaurants : ils peuvent ouvrir, moyennant ce protocole strict, ce qui est toujours interdit aux discothèques (depuis six mois). « On met tout en œuvre pour que les gens soient en sécurité. Nous sommes également signataires de la charte Self Welcome, la même que Tours Evénements. »

Photos : Laurent Depeigne

Print Friendly, PDF & Email