Culture

Culture à Tours : une rentrée en fanfare

C’est au son de la fanfare de la Saugrenue que les acteurs culturels de Tours ont été accueillis hier matin sur le site Mame pour la conférence de rentrée culturelle de la ville. Face à 200 invités, Serge Babary puis Christine Beuzelin ont détaillé le projet culturel de la ville pour la période 2015-2020, avec quelques nouveautés et surprises au passage.

Christine Beuzelin se faisait discrète depuis quelques mois, l’adjointe à la culture était plutôt absente des médias et ses prises de paroles publiques se faisaient rares. En coulisses, elle encaissait les coups sur la gestion de certains projets (Bateau Ivre, Compagnie Cano-Lopez, festival Rayons Frais) mais surtout préparait son projet culturel. Hier matin, au pupitre, face à la quasi-totalité des acteurs du territoire, Christine Beuzelin est apparue décidée, prête à répondre aux critiques et est passée à son tour à l’offensive pour défendre sa vision. « On ne fait pas de politique en se basant sur les pétitions ou les articles plus ou moins malveillants parus dans la presse » clame-t-elle quasiment dès le début de son discours, « Comment parler d’innovation si on reconduit et sanctuarise les mêmes personnes et les mêmes projets année après année ? ». Des mots qui font office de mise au point avant la mise en place du futur projet concocté par ses services.

« Depuis 1985 et la création de la direction des affaires culturelles, il n’y avait jamais eu de projet écrit global » annonce l’élue. Ce sera maintenant chose faite. L’équipe municipale entend donner une ligne de conduite à sa politique culturelle et celle-ci passera par ce dossier de projet culturel pour les cinq prochaines années. « Un projet préparé en concertation avec les acteurs du territoire que nous avons rencontrés et avec qui nous avons échangé » annonce l’adjointe à la culture pour faire taire tout de suite ceux qui seraient tentés de voir en ce projet un énième dossier technocratique.

Pour justifier sa mise en place, Christine Beuzelin explique : « Nous voulons donner une lisibilité et une cohérence à nos actions », avant de détailler certaines des mesures phares. Quelques minutes auparavant Serge Babary avait néanmoins prévenu : « Même si nous voulons maintenir un certain niveau pour la culture, les deux prochaines années seront difficiles au niveau du budget, nous devons avoir une gestion plus rigoureuse ».

A lire également : Tours : Les mesures phares du projet culturel 

Print Friendly, PDF & Email