CultureA la une

Clara Luciani : concert intense en prévision à Terres du Son

Son tube La Grenade trotte dans la tête de beaucoup de monde, son clip Nue avec un membre de Feu! Chatterton tourne partout sur le net et ses concerts attirent des foules convaincues par avance depuis sa Victoire de la Musique dans la catégorie « Révélation scène ». Dimanche 14 juillet, Clara Luciani sera à Terres du Son, avec le statut de tête d’affiche. Un rôle qu’elle accepte volontiers, qui l’honore, mais qui ne lui fait pas oublier la longue route pour arriver jusque-là. Nous avions pu la croiser au Printemps de Bourges…

Une jeunesse difficile qui a forgé son caractère :

« J’ai beaucoup souffert d’être grande, d’avoir une voix grave. Finalement j’ai réussi à retourner la situation avec la persévérance. J’ai été victime de harcèlement quand j’étais plus jeune, en particulier à l’école primaire. Bizarrement, c’est ce qui m’a poussé à faire le métier que je fais aujourd’hui. Ça a créé une solitude qui a favorisé mon intérêt pour l’écriture, l’art, la lecture… Il y a toujours plusieurs façons de réagir à un événement un peu malheureux. Je n’irai pas jusqu’à dire que ça a été une bonne chose mais ça a forgé mon caractère. »

L’écriture de l’album Sainte-Victoire :

« Cela s’est fait en deux temps. J’ai commencé à écrire des chansons en français et en solo après une rupture amoureuse. Il y a donc eu une première phase d’écriture de chansons vraiment désespérées. Puis il y a eu la reconstruction : j’ai commencé à écrire des chansons plus conquérantes, avec quelque chose de plus lumineux, plus solaire. J’aime écrire sur mes failles, sur ce qui ne va pas. Je ne suis pas sûre que ça change un jour après ça n’empêche pas qu’il y ait des chansons plus solaires que d’autres mais je ne suis pas certaine de me mettre à écrire du jour au lendemain que des trucs sur la plage, le soleil… Même si on a besoin d’entendre ces chansons-là. »

« J’écris dans deux endroits : chez moi à Paris, ou chez mes parents dans le sud de la France, un endroit très précieux pour moi, c’est un peu mon berceau. C’est pour ça que j’ai appelé cet album Sainte-Victoire, comme le nom d’une montagne près d’Aix-en-Provence. »

La Grenade :

« L’enjeu de base était de réussir un morceau dansant sans enlever de poids au sujet. Je disais toujours à Yuksek et Benjamin Lebeau – qui l’ont accompagnée sur la création de l’album, ndlr – que je voulais un titre disco-dark. Qu’on puisse danser dessus mais que ce soit aussi une chanson poussant à l’introspection, à la réflexion. »

C Lucianin Francos 18-2591

Le clip Nue avec Feu! Chatterton :

« C’était une collaboration très joyeuse. Je ne suis pas très actrice et je me serais sentie mal à l’aise de tourner ces scènes-là avec un acteur que je n’aurais pas connu. Là c’était super : parfois j’oubliais qu’on faisait un clip, j’étais avec un pote, c’était naturel. »

La réaction des fans sur Instagram :

« Ils sont drôles, notamment un compte qui détourne toutes les bêtises que je dis. C’est vraiment comique ! »

Sa carrière :

« Je crois que ma carrière s’est développée sainement. Tout est allé lentement. C’est une chance ! Je crois que je n’aurais pas eu les épaules pour vivre un buzz comme certains propulsés superstars du jour au lendemain. Moi ça fait 7 ans que je fais de la musique à Paris, que j’essaie de construire quelque chose. Finalement, d’un point de vue extérieur je me rends compte que beaucoup de gens pensent que tout s’est passé très vite, que j’ai fait plein de choses en un an. Mais je pense qu’ils ne voient pas tout ce qui a été fait en amont, toutes ces années de galère et de travail. »

Les décors maison de ses concerts :

« Ce sont mes dessins associés à des chansons de l’album : La Grenade, Des Fleurs, et une sorte de blason ‘SV’ pour Sainte-Victoire. Aussi un profil que j’utilise quand je signe mes autographes parce que je ne savais pas trop comment signer. J’en suis fière parce que je ne pensais pas qu’on pourrait rendre ce projet réalité. Je suis tombée sur quelqu’un de génial – Antoine Jaurel – qui a eu une idée merveilleuse : agrandir mes dessins puis les faire découper au laser sur du tissu. C’est tellement bien fait ! Je tremble, beaucoup, tout le temps. Quand je dessine on le voit un peu. Quand je me retourne sur scène, je vois exactement mon trait. Je suis heureuse d’avoir quelque chose qui me ressemble autant, en accord avec mes chansons très intimes. »

Clara Luciani-5569

Envie de duo avec… :

« Françoise Hardy ! Je l’admire tellement que je n’ai jamais osé reprendre une de ses chansons. »

Une passion… :

« Je suis très fidèle en musique. Quand je parle d’un disque, et que je revois la personne 5 ans après, je peux encore être en train d’écouter le même album. Par exemple je suis une inconditionnelle de Nick Cave. Je n’écoute presque que ça, je suis fascinée. Je me nourris beaucoup de son esthétique sur scène. »

Print Friendly, PDF & Email