Culture

[Cinéma] Regards #28 Good time

Dans Regards, retrouvez l’avis de Stéphanie Joye sur quelques films à l’affiche dans les cinémas tourangeaux. Histoire de vous donner envie, à votre tour, d’aller passer un moment dans les salles obscures.

Good time (Thriller policier américain – luxembourgeois)

De Ben Safdie, Joshua Safdie

Avec Robert Pattinson, Ben Safdie, Jennifer Jason Leigh 

En sélection officielle au Festival de Cannes 2018

Interdit aux moins de 12 ans

A New York, dans le Queens, tout semble bien parti dans le hold up organisé par Connie en duo avec son frère, dont il a la fierté de l’aimer et de le porter haut ainsi, malgré le handicap mental de ce dernier. Sauf que Nick se fait arrêter tandis que Connie réussit sa fuite sans rien voir. Recherché par la police, Nick blessé et incarcéré de son côté, Connie cherche une caution, pour finalement se rendre à l’évidence : il faut qu’il fasse évader son frère. Commence alors un speed-bad-trip nocturne dans lequel Connie n’a aucun répit …

Ultra moderne, Good time sidère par son efficacité, par son graphisme, par son esthétisme background. Le scénario est très précis, il ne lâche rien. La mise en scène est brillante. Il y a le son (l’électro d’Oneohtrix Point Never), ce rythme telle une entaille à vif, tout en longueur, qui tient le film, et nos souffles en haleine. Il y a la photo, la chromatique et la lumière, qui sont d’une maîtrise hallucinante (les plans aériens de la ville illuminée, dans laquelle la voiture défile, offrent des fuyantes inédites). L’univers stylistique est donc impressionnant et démarqué. Il y a Ben Safdie (l’un des deux réalisateurs !), ébahissant dans son rôle d’autiste. Et il y a Robert Pattinson, donnant au plus réel, oscarisable voire palmable au vu de sa prestation. L’acteur fait, certes, des choix de carrière audacieux, mais ne cesse de surprendre et trouve ici son meilleur rôle, le positionnant dans la veine de Léonardo Di Caprio. Le duo des frères, au-delà de la fougue animant la cavale, au-delà de son identité lose pouilleuse, s’avère être un questionnement autour de l’intime. Ce qui donne au film un caractère profond, véritable clou de cette pépite. Sixième long-métrage des frères Ben et Joshua Safdie, Good time est un bad trip clouant au fauteuil, lequel restera sans miettes au final. Ce thriller vénal si énergique est foudroyant, phénoménal.

Un film à l’affiche aux Cinémas Studio (Toutes les informations utiles sur leur site internet) et aussi dans les cinémas CGR de l’agglomération (toutes les informations utiles sur leur site internet).


Print Friendly, PDF & Email