ChroniquesChroniques-Culture

[Cinéma] Regards #24 Valérian

Dans Regards, retrouvez l’avis de Stéphanie Joye sur quelques films à l’affiche dans les cinémas tourangeaux. Histoire de vous donner envie, à votre tour, d’aller passer un moment dans les salles obscures.

Valérian et la cité des mille planètes (Science fiction, Aventure, Action)

De Luc Besson

Avec Dane DeHaanCara DelevingneClive Owen, Ethan Hawke, Rihanna, Alain Chabat

D’après l’œuvre « Valérian », bandes dessinées de Jean-Claude Mézières et Pierre Cristin

VALERIAN_Int'l Payoff France_120x160 @25%.indd

Nous sommes sept siècles plus tard. Le Ministre de la Défense envoie en mission deux agents spatiaux (le major Valérian et sa co-équipière Laureline), maintenir la paix de l’Humanité. La Cité intergalactique des mille planètes est peuplée de créatures provenant de toute part, intégrées à nos identités et à notre système culturel. Les deux agents secrets doivent mener une course – poursuite impitoyable pour éradiquer une terrible menace qui plane sur l’Univers.

Travail titanesque. Effets spéciaux de pointe, 3D, imagerie de synthèse, motion capture, maîtrise de cascades impressionnantes, belle orchestration véhémente, bestiaire multiple, décors baroques, costumes sublimes de Jean-Paul Gaultier : une créativité dingue. Un avant – goût d’Avatar (copier / coller ?), de Abyss, de Minority Report… mais on est bien loin de ces types d’inventivité authentique. Pire, le scénario (écrit par Besson d’après la BD) est si light … Valerian ne passionne pas. Il manque de souffle, c’est trop rythmé. Pas le temps de se laisser captiver. La ville – plage du sublime peuple indigène (totalement avatarien …), empruntant l’architecture Art Nouveau de Gaudi à Barcelone, brillant et perlant au soleil bleu azur sur lit de mer turquoise est la plus belle réussite du film. Une bonne surprise est également à retenir : la sublimation et l’humour autour de la chanteuse Rihanna lors de ses métamorphoses et scènes de danse. Et puis, voilà. Valérian est un très beau spectacle à défaut d’être un très bon film. Même si Luc réalise toujours ses rêves de gosse, qu’on se le dise, Le dernier combat, Subway, Le Grand Bleu ou Nikita représentent le vrai, l’unique et l’à jamais inoubliable style Besson.

(NB : Valerian est le plus gros budget de l’histoire du cinéma français, avec 180 millions d’euros d’investissement en production et … cela se voit).

En salles dans les cinémas CGR de l’agglomération (toutes les informations utiles sur leur site internet).

Véhément véhémence : Impétuosité, mouvement violent; Éloquence vigoureuse

Print Friendly, PDF & Email