Culture

«C’est pas connu, mais c’est vachement bien (ET ça passe à Tours)» Feu ! Chatterton au Temps Machine

On va bien souvent voir en concert des groupes et des chanteurs qu’on connaît depuis longtemps ou dont on a beaucoup entendu parler à la télé et à la radio. Et si pour une fois, on allait découvrir directement quelqu’un qu’on ne connaît pas sur une scène tourangelle ?

La programmation musicale locale est très riche et diversifiée et on passe bien souvent à côté de belles découvertes. Nous vous proposons notre sélection furieusement subjective, avec un zoom de temps en temps sur un groupe/artiste qui va passer par ici dans peu de temps. »

Feu ! Chatterton au Temps Machine le jeudi 4 février

Tic tac, chaque seconde qui passe menace la pertinence du choix de ce groupe dans cette rubrique : Feu ! Chatterton est en passe de devenir le groupe français de l’année, voire de toute une génération ; des responsables culturels locaux que nous n’aurons pas l’indécence de nommer ont même fait pression sur notre rédaction pour nous expliquer que «mais si !» Feu Chatterton sont «vachement connus» (sic), mais comme on est têtus comme des mules chez 37 degrés – et que notre street sondage rapide s’est révélé ultra négatif – on parle de Feu ! Chatterton dans cette rubrique quand même. Non mais.

feu chatterton(1)

A l’instar de Fauve, Feu ! Chatterton sont déjà entrés dans la catégorie des groupes qu’on adore ou qu’on déteste, mais contrairement à Fauve – qui donne une telle prépondérance aux textes (puissants certes, mais tout de même assez monolithiques et tous tournés autour de la longue auto-complainte d’une génération) qu’on en oublie leurs accompagnements, relégués au second plan – la force de frappe des compositions de Feu ! Chatterton sur le plan instrumental les place d’emblée dans la cour des grands.

Les malins qui seront au Temps Machine jeudi soir pourront dire dans 5, 10 ou 15 ans qu’ils ont assisté à la naissance d’un phénomène comme il n’en naît que deux ou trois fois par décennie (on tient les paris, hein, ça ne mange pas de pain) : un vrai groupe de rock’n’roll qui chante en français, affublé d’un chanteur qui n’a peur de rien, ni des mots, ni de leur sonorité, ni de ses propres intonations virevoltantes qu’il semble parfois ne pas maîtriser tout à fait – oiseaux sauvages imprévisibles – et qui, cerise sur la forêt noire, n’a pas la gueule d’un gendre idéal, ce qui nous fait des vacances.

Sans se risquer aux sempiternelles références (ici encore plus réductrices que d’habitude, tant la palette est vaste – on a fait le pari de ne pas citer le moindre groupe ou artiste du passé… bon, à part Fauve, ok, mais ce n’était pas du tout pour parler du fond donc on a le droit), on peut se contenter de regarder les yeux dans les yeux une écriture sans garde-fou, des diamants bruts extraits des heures les plus compliquées du rock français (années 50, 60 principalement), passés à diverses moulinettes (principalement celle des années 80) et prendre tout ça pour argent comptant.

Pour faire court, un gamin de 15 ans peut aujourd’hui découvrir la chanson française par Feu ! Chatterton et en jouir pleinement sans rien rater de vraiment essentiel de la discothèque – pas forcément aussi digeste qu’elle en  a l’air – de ses parents et de ses grands-parents réunis : langage universel, action directe, sons crades & sons léchés entremêlés, chœurs indécents, parlé-chanté efficace, envolées symphoniques fugaces, coups de sang punkisants, paroles sculptées sans fioritures…

Toute la syntaxe du rock de chez nous est ici malaxée à tel point que si les gros excités de l’identité française avaient en plus un cerveau et une culture musicale, ils porteraient sans nul doute Feu ! Chatterton aux nues et en feraient leurs porte-étendard (sanglant et levé). En attendant qu’une telle éventualité se présente, on se les garde bien au chaud, rien que pour nous.

> Concert au Temps Machine, jeudi 4 février 2016 à 20h30, de 17 à 24 € la soirée (deux groupes) – Réservation en ligne OK.

Print Friendly, PDF & Email