CultureDossier du mois

Centre Chorégraphique National de Tours : une saison ouverte et dense

Nouveauté sur 37°, chaque mois nous vous proposerons désormais un dossier spécial sur plusieurs jours, sur une thématique précise. Pour le mois de septembre, nous vous proposons un dossier spécial : « Rentrée culturelle dans l’agglomération ».

septembre 20171

C’est une institution culturelle encore trop méconnue par le grand public et pourtant elle contribue à la richesse artistique de la Touraine. Le CCNT, quatre lettres pour un acronyme signifiant Centre Chorégraphique National de Tours, est en effet une de ces institutions, œuvrant à la diversité culturelle de qualité et exigeante.

Nés au début des années 80, sous le ministre de la culture Jack Lang, dans le cadre de la politique de décentralisation culturelle, les centres chorégraphiques nationaux sont au nombre aujourd’hui de 19 sur l’ensemble du territoire national. Celui de Tours est né en 1989, lieu de production, de formation et de diffusion artistique, le CCNT a comme tout Centre Chorégraphique National, comme vocation première d’encourager la création en danse contemporaine à travers différentes missions fléchées par l’Etat : La création d’œuvres chorégraphiques, la diffusion de ces œuvres, au niveau local, régional, national et international, la sensibilisation des publics à l’art de la danse, la formation  et l’accueil de compagnies et structures extérieures dans ses locaux.

Pendant du Théâtre Olympia – Centre Dramatique National de Tours, pour la danse, le CCNT peine néanmoins a avoir la même reconnaissance du grand public. La faute à une discipline plus méconnue que le théâtre ? Peut-être. La faute à des locaux peu esthétiques, cachés dans le quartier Giraudeau  et exigus ? Certainement. Un dernier point qui ne sera bientôt plus que passé, la Mairie ayant annoncé la construction de nouveaux locaux, plus fonctionnels et spacieux dans le nouveau quartier Beaumont-Chauveau qui doit voir le jour.

34518-2016-09-08_matthieu_rogerL’actuel CCNT / (c) Matthieu Roger-CCNT

Mais en attendant 2020, date annoncée pour l’inauguration du nouveau CCNT, l’équipe menée actuellement par le talentueux Thomas Lebrun ne ménage pas ses efforts pour résoudre la première problématique : ouvrir le monde de la danse contemporaine au grand public, tout en satisfaisant les passionnés. Un travail d’équilibriste que l’équipe du CCNT s’attache avec brio à renouveler chaque année. La programmation de la saison 2017-2018, dévoilée le week-end dernier lors de l’ouverture de la saison en est une nouvelle preuve.

Une belle place pour les créations régionales

Au long de la saison, les Tourangeaux pourront ainsi découvrir pas moins d’une dizaine de créations , dont la dernière de Thomas Lebrun «  Another Look at memory » partiellement présentée lors de l’ouverture de la saison, mais aussi celles des compagnies régionales, sur qui l’accent est mis encore plus que les années précédentes. Le Spot #1 du 14 au 16 décembre sera ainsi un rendez-vous à ne pas manquer. Dédié entièrement à la scène chorégraphique régionale, en partenariat entre autres avec La Belle Orange, le public est invité à découvrir trois créations aux univers variés : entre « clin d’œil à nos voisins bretons, pureté de l’écriture et hip hop poétique ».

De hip hop il en sera question également plus tôt dans la saison, le 04 octobre à la salle Thélème dans le cadre du partenariat avec les Rencontres de Danse Urbaine pour un spectacle intitulé Génération H.I.P H.O.P #2 des origines à la reconnaissance (Chorégraphie d’Hamid Ben Mahi et Philippe Mourrat). Des partenariats il en sera question cette année encore, Thomas Lebrun et l’équipe du CCNT s’inscrivant dans la mouvance actuelle des acteurs culturels locaux de faire tomber les barrières et briser les frontières. Citons les collaborations avec Le Petit Faucheux ou le CCC OD ou encore La Pléiade où Thomas Lebrun présentera de nouveau sa création de 2016 « Les rois de la piste ».

anotherlookatmemory-photo-frdric-iovino_0194«  Another Look at memory » de Thomas Lebrun

De création il en sera question, nous le disions, encore une fois cette année. Outre « Another Look at memory » qui sera présenté à cinq reprises en novembre, il y aura aussi la création de l’artiste associée Gaëlle Bourges, « Le Bain » qui sera montrée au public en janvier.

Quant à Thomas Lebrun et sa compagnie, le quotidien se partagera entre Tours et ailleurs, puisque 70 représentations sont programmées en France et à l’étranger. Des voyages qui vont contribuer à l’échange autour de la danse, ce qui sera le cas également à Tours puisque cette saison, le CCNT accueille huit compagnies dans le cadre de l’accueil studio ainsi qu’une autre en résidence de création.

Enfin, parmi les temps forts de la saison, il y aura le festival Tours d’Horizons qui depuis 2012 revient au mois de juin avec l’objectif de promouvoir la richesse de l’art chorégraphique.

Un degré en plus :

> Le site du CCNT

> La programmation complète

Print Friendly, PDF & Email