CultureA la une

« Ce qui nous galvanise c’est que les gens ont besoin de culture »

La Boîte Noire et Les Couleurs et les Sons se Répondent ont de nouveaux voisins : depuis le mois de juillet, Rêvons C’est l’Heure agrandit le cercle des galeries installées dans le Quartier des Arts du Vieux-Tours, entre la Place de la Victoire et la Place Plumereau. Dirigée par un couple originaire de Haute-Savoie, elle programme des expositions à la ligne éditoriale détonante.

Les librairies, les magasins de vêtements, les coiffeurs, les agences immobilières… Tous ces commerces ont obtenu l’autorisation de rouvrir samedi 28 novembre, après quatre semaines de confinement. Les galeries d’art aussi, et tant mieux. On peut y profiter gratuitement d’une bonne dose de culture, s’y laisser surprendre… Rue du Grand Marché à Tours, il faut faire connaissance avec Florence Fert et Valère Trocquenet. Ils sont originaires de Haute-Savoie, ils chérissent le Lac Léman, ils vivent à Tours depuis 5 ans et ils ont ouvert Rêvons C’est l’Heure au milieu de cet été 2020, après avoir totalement rénové les deux boutiques situées juste en dessous de leur appartement. Ça a pris deux mois, il a fallu casser un mur pour créer un seul grand espace dédié aux expositions… Le résultat est avenant, lumineux et propice à la découverte.

Valère et Florence évoluent depuis longtemps dans le monde de l’art. Elle a fait des études de lettres modernes, elle a été prof et cultive « depuis toujours » une passion pour la peinture (son père tient la galerie Fert dans la commune d’Yvoire). Lui est réalisateur de films sur des artistes. D’ailleurs ils travaillent ensemble sur ces vidéos, des documentaires ou des docus-fictions, et ils comptent bien organiser régulièrement des projections dans leur galerie… Des conférences, aussi. Et des vernissages avec un coup à boire quand ce sera de nouveau possible…

Une exposition avec un cabinet de curiosité

L’histoire de leur arrivée à Tours c’est à moitié une coïncidence et aussi une affaire de coup de cœur. C’était en 2015 : « On a essayé de trouver une ville pas trop loin de Paris. On est tombé sous le charme du patrimoine, de la proximité de la Loire… C’est une ville culturellement dynamique et on s’en échappe facilement pour se retrouver à la campagne. » A leur tour donc d’apporter leur touche dans la galaxie artistique tourangelle… Jusqu’au 13 décembre c’est avec un trio d’artistes dont Luc Thorens, issu du graphisme et qui réalise des dessins sur du carton, du bois flotté ou du papier. Des peintures, des tableaux au stylo aussi… Et surtout des œuvres où l’on peut déceler des références à de grands films (coucou Jacques Tati ou Alain Delon à sa grande époque) : « Un mélange de mélancolie, de solitude et de tristesse. Quelque chose de drôle, d’inattendu, de singulier. » Ajoutons au passage que l’artiste complète sa panoplie de talents par une maîtrise de la musique jazz, donc il assure aussi l’ambiance musicale des lieux. A ses côtés, on trouve sculpteur Marc Héricher et ses productions réalisés avec une imprimante 3D, posées sur des socles en béton. On admire aussi les mobiles et tableaux-néons de la designeuse Catherine Fouchard.

« Cet espace est amené à bouger, à changer. On veut que les gens rentrent facilement car ils ont souvent une appréhension à venir dans une galerie d’art, il faut rappeler qu’on peut entrer sans forcément acheter » rappellent Florence et Valère. C’est d’autant plus simple d’entrer dans leur commerce qu’il y a deux portes !

Des ambitions pour le Quartier des Arts du Vieux-Tours

En venant chez Rêvons C’est l’Heure, il faut donc emporter sa curiosité et son ouverture d’esprit. Dès le 15 décembre, c’est une expositions baptisée Territoires Etranges qui occupera les murs pendant deux mois… 5 artistes, 5 univers… Et un cabinet de curiosité façon Renaissance sous la verrière avec « des artistes qui travaillent sur des matières singulières comme les sculptures en végétaux (Lydie Belde Moret) ou de la peinture sur des os (Julie Dalmon). » Précisons qu’à chaque fois, le couple souhaite mettre en avant des personnalités qui feront leur première expo entre ses murs, « jeune ou moins jeune. » Le prochain sera Anthony Sibinovic qui sort tout juste des Beaux-Arts de Tours.

« Ce qui nous galvanise c’est que les gens ont besoin de culture » se félicitent Florence et Valère quand on fait le point de leurs premiers mois d’activité, entre deux confinements. Ils s’en sont rendus compte en vendant quelques œuvres via Internet ces dernières semaines où en constatant la curiosité pour leur vitrine restée illuminée ces dernières semaines, avec un renouvellement fréquent des œuvres exposées.

Rêvons C’est l’Heure apporte donc une dose supplémentaire d’audace et de nouveauté dans le Vieux-Tours artistique et ses fondateurs ont bien l’intention de s’impliquer dans la vie de ce Quartier des Arts (l’association qui le fait vivre s’active depuis 8 ans). Leurs ambitions : travailler de concert avec les autres galeries, pourquoi pas sur des expos thématiques. Imaginer également un parcours plus pérenne à la rencontre des personnalités des rues environnantes en partenariat avec l’Office du Tourisme qui s’est dit intéressé par cette démarche. A la fois pour faire venir les Tourangeaux et attirer les touristes de passage…


Un degré en plus :

Des infos supplémentaires sur le site www.revons-cest-lheure.com