Culture

Bachar Mar Khalifé vient envouter le Temps Machine

L’artiste franco-libanais Bachar Mar Khalifé sera sur la scène du Temps Machine ce vendredi 09 novembre dans le cadre de la tournée « The Water Wheel », faisant suite à l’album du même nom en hommage au musicien égyptien Hamza El Din.

Pour Bachar Mar Khalifé, Hamza El Din c’est avant tout une découverte à l’adolescence qui a marqué son existence et son goût pour la musique. Un registre des émotions à travers lequel l’artiste franco-libanais se retrouve pleinement. C’est donc tout naturellement que quand le Festival Botanique de Bruxelles lui propose une carte blanche il y a deux ans que Bachar se tourne vers une adaptation personnelle de celui qui est mort en 2006. « Je n’avais jamais songé à reprendre ses chansons mais ce fut un choix du coeur ».

Un projet d’abord essaimé dans les festivals estivaux (en compagnie de la chanteuse soudanaise Alsarah) où il surprendra autant qu’il sera apprécié. « C’est vrai que c’est quelque chose d’assez audacieux de la part des festivals de nous programmer. Je me demande toujours ce que je fais là dans ce genre de festivals où notre musique n’est pas la plus attendue ». Pourtant si Bachar Mar Khalifé préfère l’intimité des salles fermées, cette première tournée va lui permettre de voir que le projet séduit. De quoi retourner en studio pour enregistrer l’album, son quatrième personnel. Un album où cet artiste méticuleux va revisiter le répértoire d’Hmaza El Din en y apportant une patte personnelle très contemporaine, avec des pointes électro et rock mais aussi en jouant sur la douceur originelle. Il en ressort des chansons très progressives qui montent en rythme et en intensité. « Le côté progressif, c’est comme ça que je percevais sa musique. Je voulais reprendre un même motif rythmique et mélodique que le oud de départ en y ajoutant une intention grandissante avec une envolée. »

Des envolées comme pour mieux jouer sur le registre des émotions et de la spiritualité, un classique de l’oeuvre de Bachar depuis son premier album « Oil Slick » en 2010. « Tout était déjà là dans mon premier titre, mon identité, ma musique ». Avec une écriture très cinématographique, Bachar Mar Kahlifé a en effet construit un univers singulier, autant mélange des cultures pour reprendre l’expression fourre-tout, que de mix entre classique et musiques actuelles. Une écriture singulière prenante et vibrante. « J’ai du mal à concevoir la musique que comme une succession de notes. C’est des détails pour moi cela » explique-t-il aujourd’hui. « Ce qui me pousse dans la musique c’est plus les raisons extra-musicales justement. C’est le partage, l’aspect philosophie de vie que tu peux échanger avec le public, même furtivement pendant un concert ou après ».

Un sens du partage à retrouver donc vendredi soir au Temps Machine, à Joué-lès-Tours.

> Informations et réservations sur le site du Temps Machine.

Print Friendly, PDF & Email