Culture

Avec Mathieu Dufois, le CCC OD s’exporte en Egypte

Mathieu Dufois s’apprête à partir en Egypte. Cet artiste vivant à Tours, adepte du dessin, de la vidéo ou encore de bande son, va en effet partir pendant trois mois en résidence dans le désert de Fayoum, dans le cadre d’un projet porté par le CCC OD.

Pour le CCC OD, cette résidence est la première pierre d’un projet d’implantation à l’international. « Tours est au centre du monde et nous voulons mettre Tours à l’extérieur. Je me moque de l’aspect local ou global, il faut casser les frontières. L’important c’est la pertinence du travail effectué. » s’exclame Alain Julien-Laferrière pour expliquer cette démarche d’internationalisation du centre d’art tourangeau.

Un directeur du CCC OD qui vise particulièrement le Moyen-Orient, et discute actuellement de partenariats avec 5 pays de cette région du Monde. Premier acte de ce développement à l’étranger, cette résidence de l’artiste Mathieu Dufois, en Egypte, dans le désert de Fayoum, à deux heures du Caire.

Pour l’artiste, c’est une deuxième résidence d’envergure après celle passée en Dordogne au centre d’art pariétal dans les grottes de Lascaux IV l’an passé. « J’ai travaillé sur le thème des copies de la Préhistoire, avec l’ambition de voir si la copie, le fac-similé peut être plus vrai que l’original ». Un travail sur l’image et le transfert entre la photo et le dessin que le jeune artiste vivant à Tours va renouveler en Egypte.

3 mois d’immersion dans le désert du Fayoum

Mathieu Dufois devant une de ses oeuvres – photo Pierre JL

En ce début octobre, il part donc trois mois en immersion dans le Fayoum, une région connue pour posséder « une vallée des baleines », soit une quinzaine de baleines fossilisées en plein désert, mais aussi « Les portraits de Fayoum », des portraits funéraires datant du 1er siècle ap.JC et considérés comme les plus anciens portraits connus au monde. Un choix de lieu pas anodin, tant Mathieu Dufois aime travailler sur le thème du retour aux origines, mais « sans volonté d’hommage » précise-t-il. « Je veux créer un nouveau langage, une matière singulière et originale en revenant aux origines ». Pour arriver à ce nouveau langage, l’artiste compile de nombreuses photos, prises de jour ou de nuit puis compose des dessins à partir de cette première étape. Des dessins par lesquels « on est happé » explique Alain Julien-Laferrière, pour décrire le travail du jeune artiste : « Il y a une véritable profondeur dans son travail ».

Adepte des dessins d’un noir intense, Mathieu Dufois part donc dans un décor fait de lumières, dans un désert blanc. Un désert qui l’inspire « par son côté mystique » explique-t-il et dans lequel il veut se plonger pour en livrer sa substance. Le public pourra découvrir son travail à son retour. Une exposition est en effet prévue dans la deuxième partie de l’année 2019 au CCC OD.

Print Friendly, PDF & Email