Aucard is not dead et sera de retour à l’île Aucard cet été

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

C’est une info qui circulait sous le manteau depuis quelques jours, Béton Production va ré-investir l’île Aucard, le site originel du festival éponyme, du 12 au 14 août, pour des concerts de soutien à Aucard de Tours, dont l’annulation cette année a sérieusement plombé les finances de l’association.

Aucard-1988-festivaliers-scène-1024x649Aucard de Tours sur l’île Aucard en 1988 (c) Radio Béton

La semaine dernière, par communiqué de presse, Pascal Robert, le président de Béton Prod annonçait un déficit final à hauteur de 81 000 euros. Moins que ce qui était craint au départ, les premières estimations étant de l’ordre de 180 000 euros. Oui mais entre temps, la solidarité s’était organisée et entre les nombreux festivaliers (60% des places achetées) ne demandant pas le remboursement des places, les artistes acceptant de ne pas recevoir les cachets prévus et les dons divers (avec 10 000 euros de récoltés), le trou lié aux 4 jours d’annulation du festival devenait, si ce n’est raisonnable, en tout cas moins insupportable pour la structure associative. Il n’en reste pas moins qu’il reste donc 81 000 euros à trouver.

Jamais à court d’idées, l’équipe de Béton a rapidement envisagé des concerts de soutien, à commencer par un premier évènement cet été sur un site très symbolique : l’île Aucard, là où le festival est né en 1986. Pour cela, il fallait l’accord de la mairie de Tours propriétaire du site. Une mairie qui par la voix de l’adjointe à la culture Christine Beuzelin, avait assuré son soutien à l’association et au festival et avait pris l’initiative de proposer une table ronde avec les autres collectivités, demande restée pour le moment sans réponse. La semaine dernière, une demande d’autorisation est donc parvenue dans les bureaux de l’Hôtel de ville. Mais l’île Aucard dépendant du service des sports, l’accord devait venir de Xavier Dateu, adjoint aux sports de la ville de Tours.

Volontairement prudents, les organisateurs se sont gardés de communiquer ouvertement sur cet évènement tant que les autorisations officielles ne leurs soient parvenus. C’est ainsi avec surprise qu’hier en fin d’après-midi l’équipe de Béton a pris connaissance de l’autorisation municipale par une brève de la NR. Dans celle-ci, l’adjoint aux sports y déclare : « Nous les accueillons à bras ouverts, il faut les soutenir. Seul bémol : il faudra l’autorisation de la préfecture, vis à vis de l’état d’urgence ». 

Deux jours de concerts et une journée spéciale Ilots Electroniques

Contacté par nos soins, Pascal Robert ne cachait pas sa surprise : « Nous n’avons encore rien reçu d’officiel. Nous avons découvert cela aujourd’hui comme vous dans la presse ». Difficile également pour le président de Béton Production d’en dévoiler beaucoup plus. Ce dernier nous explique néanmoins que cette sorte de mini-festival – « moins ambitieux qu’un Aucard » – se déroulera du vendredi 12 au dimanche 14 août prochain avec au programme les deux premiers jours, des concerts de groupes proches d’Aucard et des animations autour par des compagnies locales, puis le 14, une édition spéciale des Ilots Électroniques. Pas question en revanche de communiquer les détails, la programmation n’étant pas bouclée, les tarifs des entrées pas encore fixés définitivement et le budget pas encore finalisé… :  « On ne peut pas en dire beaucoup plus parce que tout est en cours de négociation. Ce serait trop tôt pour en parler » poursuit ainsi Pascal Robert.  Seule certitude, les 12 et 13 août l’entrée sera payante mais à prix raisonnable – « un peu comme pour Aucard » – et le dimanche 14, l’accès aux Ilots Electroniques sera gratuit.

3 jours de festivités dont les bénéfices seront reversés intégralement à Aucard. Mais l’argent n’est pas la seule raison de ce mini-festival comprend-on à écouter Pascal Robert. Si l’un des enjeux sera bien sûr de récolter des fonds, à Béton on sait très bien que les recettes ne seront pas à la hauteur du trou financier : « L’idée est aussi de montrer qu’Aucard is not dead, que l’on vit encore et qu’on ne compte pas que sur les collectivités pour s’en sortir ». Ce premier évènement de soutien devrait ainsi être suivi par d’autres dans les mois à venir. Preuve que l’équipe de Béton est bel et bien déterminée et plus débrouillarde que jamais.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Filbleu