CultureA la une

A quoi va ressembler la rentrée culturelle 2020 ?

 

Les spectacles reprennent petit à petit en Indre-et-Loire. Souvent en plein air, toujours avec de petites jauges, le port du masque étant bien souvent la règle dans le public. Nous vivons un été particulier, avec des artistes et compagnies en manque de propositions pour se produire ou qui doivent adapter leurs prestations aux conditions sanitaires. Qu’en sera-t-il à la rentrée, quand les salles rouvriront pour proposer leur saison culturelle 2020-2021 sous la menace d’une deuxième vague de Covid-19 ? Il est trop tôt pour le dire tant les consignes gouvernementales peuvent évoluer d’une semaine à l’autre, voire d’un jour à l’autre. En attendant de (sa)voir, les théâtres et les salles commencent à annoncer la couleur des prochains mois…

Le confinement a surgi à quelques jours du festival WET qui consacre habituellement les jeunes créations françaises au Théâtre Olympia de Tours et dans ses lieux partenaires. Un événement qui gagne chaque année en ampleur et en respectabilité. Finalement, l’année 2020-2021 n’échappera pas à la règle puisqu’il y aura deux WET : un à l’automne pour compenser celui qui aurait dû donner le coup d’envoi du printemps, puis un autre début 2021 à ses dates habituelles. Deux autres spectacles impossibles à présenter avant l’été figurent également dans le programme de la nouvelle année. On a manqué 6 mois de théâtre, mais tout n’est pas perdu.

« On va vous présenter la saison telle qu’on l’a imaginée » raconte le directeur du T° Jacques Vincey dans une vidéo de présentation sans public. « On a décidé de poursuivre dans notre rêve par lucidité et engagement par rapport aux équipes qu’on accueille et pour qui il est extrêmement important de rejouer dès le mois de septembre. Nous sommes un théâtre de service public et grâce à nos partenaires publics nous pouvons être solidaires » poursuit celui qui ouvrira le bal avec sa dernière mise en scène à partir d’un texte de Marie Ndiaye, Les Serpents, « un coup de cœur comme on en a rarement. Chaque fois que je la relis j’ai l’impression de redécouvrir des choses. C’est une pièce animale et organique, mais aussi allégorique en creusant au cœur de nos peurs enfantines ou de nos cauchemars. »

Ce sera sur scène dès le 29 septembre et jusqu’au 8 octobre. Le reste de la saison du Théâtre Olympia est à découvrir sur son site Internet. Attention : les réservations ne sont pas encore possibles, ce sera seulement à partir de fin août.

Stéphane Eicher à Joué-lès-Tours, Monica Bellucci à Saint-Avertin

Autre salle qui a dévoilé son programme des mois à venir, là-encore sans lancer sa billetterie : l’Espace Malraux à Joué-lès-Tours. Après la venue de D’jal et celle de Jérémy Ferrari en septembre (deux show complets), la saison propre du lieu débutera par le festival Blague à Part, nouvel événement autour de l’humour qui verra arriver pour le premier soir Le Cabaret de l’Oiseau Bleu et Arnaud Aymard pour une création originale présentée en avant-première dans la commune. L’événement en partenariat avec AZ Prod se poursuivra jusqu’au 18 octobre avec, en tête d’affiche, le trublion de France Inter et de Quotidien sur TMC : Pablo Mira, mais aussi Audrey Vernon avec son spectacle Billion dollar baby.

A la fin du mois, Stéphane Eicher est attendu à Malraux, Carla Bley Trio le 20 novembre puis Claire Diterzi et l’Orchestre Symphonique de Tours 4 jours plus tard pour Je garde le chien et l’orchestre, un concert qu’on nous promet aussi audacieux qu’humoristique, autour des reprises des titres forts de l’artiste. Quant à la danse, on pourra en voir le 5 décembre avec une création de Thomas Lebrun du centre chorégraphique de Tours baptisée Dans ce monde.

Des annonces encore en attente

Dans la série des salles dont la programmation est toujours scrutée avec intérêt, il y a Saint-Avertin et les réjouissances du Nouvel Atrium. Entre le 1er spectacle de Monica Bellucci (dès le 9 octobre pour la lecture de lettres de Maria Callas), un concert du toujours très attendu Miossec (16 avril) ou des pontes de la scène comme Pierre Palmade et Olivier de Benoist, celle-ci frappe encore assez fort. On y retrouvera une fois de plus Claire Diterzi au début du mois de février, période du traditionnel Intime Festival qui verra également passer Magenta en Touraine (c’est un ex de Fauve, groupe sensation mais trop éphémère des années 2010).

Et ailleurs ? Pour le Bateau Ivre de Tours, on sait que ça commencera le 8 octobre mais on ignore comment. Pas encore d’annonce pour la saison 2020-2021 d’Oésia à Notre-Dame-d’Oé (hormis un concert avec Gaël Faye le 9 avril, en soutien à Terres du Son), ni pour le Grand Théâtre de Tours où le climat social est tendu. A Joué, le Temps Machine a déjà booké quelques dates (King Khan le 5 novembre, Hypnose le 22 octobre, Isaac Delusion le 30).

A La Riche, La Pleïade a programmé plusieurs spectacles de rentrée dont un double passage en résidence de la compagnie tourangelle Jabberwock autour d’une pièce de Vincent Farasse (Dans les murs) pour deux comédiens. « Le dispositif scénique emprunte aux codes du film noir, rappelant les grandes heures de Hitchcock pour créer un écrin stylisé et précis résonnant avec une direction d’acteur rythmique et musicale » nous promet-on avec une sortie de résidence le 17 septembre (un jeudi) à 19h. Quant à Saint-Cyr-sur-Loire, on aura droit à la présentation complète des spectacles annoncés à l’Escale le 24 septembre avant d’assister à 11/11/11 à 11h11, étonnant non ?, qui mettra Pierre Desproges à l’honneur.

Print Friendly, PDF & Email