ChroniquesChroniques-Politique

[Dans la tête de…] Fréderic Augis, le maire libéré

Inaugurations, prises de parole publiques… Dans ces instants, les politiques sont au sommet de leur art et se mettent en scène, n’hésitant pas à partager le tout sur leurs réseaux sociaux. Des instants de com’ privilégiés qui se répètent à l’envie. Mais que se passe-t-il dans leur tête au moment de la photo ? A la rédaction de 37 degrés, on est du genre indiscrets et on a trouvé le moyen de s’infiltrer dans le cerveau de nos élu(e)s pour humer le fond de leurs pensées. On a longuement hésité avant de conclure qu’on ne pouvait pas garder ça pour nous… Évidemment les photos sont réelles, les commentaires moins…

Aujourd’hui, que pense le maire LR de Joué-lès-Tours Frédéric Augis au moment de la prise de ce cliché ?

« J’ai révisé pendant trois mois pour réussir à maîtriser correctement ce geste sur une photo. Dans mon smartphone il y a 94 selfies ratés, et trois vidéos où j’échoue lamentablement à faire un dab. Mes enfants sont tombés dessus, il parait que ça fait rire tous leurs copains dans la cour de récréation. Si ça peut me rendre populaire auprès de leurs parents, ça me va. Après tout, encore heureux qu’ils sont pas tombés sur les autres photos que j’ai dans mon téléphone. Il y en a des sacrées. Quand je vois, la réaction il y a 4 ans quand j’ai fait un bisou à Franck Mouget aux Autos Enjouées. Heureusement qu’ils ne voient pas tout.

Non là je suis bien, l’air cool, sans fausse note, ça fait élu qui s’intéresse à la culture. En plus je suis libéré des instances LR, ça enlève un poids. Faut pas déconner non plus, j’allais tout de même pas devoir officiellement soutenir la ligne Wauquiez. C’est pas bon pour les affaires cette connerie, surtout à moins de deux ans des Municipales. A Joué ça serait pas passé c’est sûr.

Il n’y a pas que ma gestuelle so 2018 qui me rend fier de cette photo. Franchement, comment ne pas s’émouvoir de cet extraordinaire anniversaire de l’Espace Malraux ? Et puis faut dire que c’est toujours mieux qu’au Temps Machine avec mes copains Cédric, Philippe et Wilfried. Bon ce soir là on avait un peu abusé, c’est vrai. Le coup de la chenille c’était un peu tout much, pas assez cultureux de gauche, pas assez rassembleur. Faut le dire. »

Un degré en plus :

Découvrez nos autres immersions dans la tête des élus tourangeaux en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email