A la unePolitique

Tours Métropole : Un nouveau président et une opposition marquée…

La séance du Conseil Métropolitain de ce dimanche 11 juillet a ouvert un nouveau chapitre tourmenté dans l’histoire de l’intercommunalité de l’agglomération tourangelle. Un an après l’élection de Wilfried Schwartz sous un consensus apparent mais qui a montré ses limites au fil des mois, place à la gouvernance Frédéric Augis, élu à la faveur d’Emmanuel Denis par ses pairs. Une gouvernance qui a débuté par un coup de théâtre avec le départ précipité de 37 élus de sensibilité de gauche en pleine séance… De quoi promettre des prochaines semaines et mois agités.

Quelques minutes après l’élection de Frédéric Augis à la présidence de Tours Métropole, la séance de ce dimanche 11 juillet a pris un tournant politique inattendu au premier regard, mais finalement peu surprenant tant la tension était palpable.

Face à la volonté du nouveau président de n’accorder que 3 vice-présidences aux élus de la majorité de la ville de Tours, le maire de la ville-centre a pris la parole pour évoquer « un hold-up » démocratique. « Ma sensibilité représente 45% de l’assemblée, nous devons avoir autant de vice-présidences » s’est-il exprimé en demandant à Frédéric Augis de revoir sa copie. Face au refus de ce dernier, 37 élus dont les 30 de la majorité de gauche du maire de Tours, ainsi que des élus de gauche de Ballan-Miré, Joué-lès-Tours, La Riche (Armelle Audin), Notre-Dame d’Oé ou encore l’écologiste élu à Chambray, Didier Vallée ont alors quitté la séance « refusant de participer au saccage de la métropole » a affirmé Emmanuel Denis.

Frédéric Augis s’est toujours montré partisan d’une métropole plus politisée, estimant que la co-gestion avait montré ses limites. Se faisant élire avec comme thème « la métropole des maires », ce dernier avait annoncé la couleur : si la ville-centre doit avoir une place importante, la primauté revient pour lui aux maires des 22 communes sur un pied d’égalité. Pas question donc de sacrifier certains d’entre eux pour les postes clés des vice-présidents pour donner plus de responsabilités à la ville de Tours.

Un coup dur pour Emmanuel Denis qui se retrouve affaibli avec cette nouvelle gouvernance, d’autant plus qu’avec les finances difficiles de la ville de Tours, il peut difficilement se passer de la Métropole pour mettre en place et faire avancer certains de ses projets. En quittant la séance, le maire de Tours et ses alliés se sont ainsi clairement mis dans le camp de l’opposition politique au nouveau président, se laissant quelque part piégés par une partie de la droite qui n’en attendait pas moins pour les isoler politiquement.

Cela n’a pas empêché Frédéric Augis de proposer tout de même les noms d’Emmanuel Denis et ses deux adjoints Alice Wanneroy et Martin Cohen comme 18e, 19e et 20e vice-présidents, respectivement à la transition énergétique et écologique, à la propreté urbaine et à la collecte et la vie circulaire des déchets. Un acte à prendre comme une volonté d’apaiser les choses ? Peut-être, quoiqu’il en soit, rien ne dit à l’heure actuelle que ces postes soient acceptés par les intéressés.

La droite locale reprend donc les rênes de la Métropole, bien que son nouveau président se défende de vouloir faire une gouvernance uniquement politique. « Il y a des maires qui n’ont pas d’étiquettes, c’est une métropole des territoires, les maires en sont la pièce essentielle » nous expliquait-il ainsi à l’issue de la séance (A lire ce lundi une interview complète de Frédéric Augis sur notre site).

Reste tout de même une impression de reprise en main de la droite locale avec un coup de main de quelques élus de gauche comme le maire de Chambray-lès-Tours, Christian Gatard ou celui de La Riche, Wilfried Schwartz, respectivement élus vice-présidents aux finances et aux mobilités, deux postes clés, mais aussi d’élus de l’opposition municipale de Tours, récompensés également par deux vice-présidences : Thibault Coulon au développement économique et Benoist Pierre à l’enseignement supérieur… Difficile de ne pas y voir un affront de plus pour le maire de Tours…