A la unePolitique

Tours : le premier conseil municipal a donné le « La » du mandat

Les têtes ont changé, les rôles également pour celles et ceux qui étaient déjà élus, pourtant, le premier conseil municipal de la mandature à Tours a pris la même tournure que ceux du mandat précédent. Sans round d’observation, les oppositions verbales ont rythmé la séance qui a duré de nombreuses heures.

Les indemnités agitent le débat

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour assister à la première passe d’arme entre élus d’opposition et ceux de la majorité. A peine quelques minutes, le temps que Benoist Pierre, ancienne tête de liste LREM, désormais chef du groupe d’opposition « Les Progressistes » (où on retrouve aussi  Barbara Darnet-Malaquin, Céline Delagarde et Pierre Commandeur), demande la parole. Après avoir commencé son propos en indiquant souhaité incarner « une opposition constructive et une 3e voie », Benoist Pierre a directement attaqué le début du mandat d’Emmanuel Denis en évoquant « de mauvais signaux ». Le premier, la nationalisation du débat selon lui avec la venue d’une vingtaine de maires de gauche mardi dernier à Tours. Les deux autres : la hausse des indemnités à la Métropole et les problèmes de sécurité avec plusieurs faits-divers ces derniers jours.

Lire à ce sujet notre article sur Info Tours

C’était attendu, la question des indemnités aura agité ce premier conseil. La baisse voulue par Emmanuel Denis de sa rémunération de maire (de l’ordre de 1000 euros afin de mieux répartir entre les élus), a été court-circuitée car dans le même temps, les indemnités à la Métropole vont augmenter suite à un vote la semaine précédente de la majorité des élus métropolitains dont Emmanuel Denis… Le sujet agite les débats depuis une semaine, « Ce que vous économisez d’un côté, vous l’augmentez de l’autre côté avec une hausse de 30% à la Métropole. C’est le même argent pour le contribuable » a insisté Benoist Pierre, rejoignant sur ce sujet les critiques de Thibault Coulon, ancien adjoint sous le mandat précédent et désormais dans le groupe d’opposition « Tours Nous rassemble » conduit par Christophe Bouchet (et où on retrouve aussi Marion Cabane, Alexandra Shalke-Petitot, Romain Brutineau, Olivier Lebreton, Cécile Chevillard et Mélanie Fortier).

Lire sur Info Tours : C’est quoi le problème avec les indemnités ?

2 groupes d’opposition bien distincts

Au cours de ce premier conseil municipal, les échanges parfois courtois, parfois plus tendus, auront permis de dessiner les nouvelles lignes politiques au sein du nouveau Conseil Municipal. Il apparaît clairement que si Benoist Pierre et Christophe Bouchet avaient fait liste commune pour le 2e tour des élections, désormais chacun avec ses colistiers du 1er tour, avance de son côté. Il y a bien deux groupes d’opposition distincts avec deux lignes différentes et chacun essaye d’incarner son rôle d’opposant et de trouver son espace politique.

Pour la majorité, c’est donc face à cette double lame qu’il faudra défendre ses positions et engagements pris. D’engagements et de positions il en a d’ailleurs été souvent question ce vendredi soir. Il faut dire que la campagne municipale est encore fraiche tout comme les promesses faites. « Vous avez promis plus de transparence et un renouveau démocratique avec une meilleure intégration de l’opposition dans les décisions municipales, on ne le voit pas aujourd’hui » a insisté à plusieurs reprises Benoist Pierre, cherchant à mettre en contradiction le nouveau maire avec ses déclarations.

Ancienne et nouvelle majorités face à face

Dans cette nouvelle assemblée, chacun prend ainsi ses marques pour trouver son rôle. Les échanges entre la nouvelle majorité et les membres de l’ancienne (groupe Tours Nous Rassemble), en furent d’ailleurs symboliques. Il faut dire que ce premier conseil était forcément particulier avec une partie de l’ordre du jour préparé par l’ancienne majorité. Dès lors, les anciens adjoints ou maire avaient forcément la tentation de dresser un comparatif avec ce qu’ils ont fait ou ce qu’ils auraient fait. Ce fut le cas sur les répartitions des différentes commissions pour Marion Cabane, sur la sécurité pour Olivier Lebreton, ou encore sur l’économie pour Thibault Coulon.

« Nous n’avons pas les mêmes choix que vous » a parfois commenté laconiquement Emmanuel Denis, soucieux de ne pas laisser les débats s’éterniser et trop glisser sur un terrain politicien et comparatif. « Nous mettrons en place ce que nous avons annoncé » a rappelé ainsi le nouveau maire. Pour ce premier conseil ce fut le cas notamment des Inattendus, l’événement culturel de l’été, des Estivales commerçantes, ou encore de la piétonisation du pont Wilson à partir de 13 août afin de tester une nouvelle piste cyclable transitoire. Autant de marqueurs forts de la nouvelle politique municipale et d’une majorité qui souhaite aller vite en ce début de mandat et qui n’entend pas se laisser piéger par « la théâtralisation des débats » comme certains de ses membres les appelaient à l’issue du conseil.

Lire sur Info Tours : Le pont Wilson fermé aux voitures à partir du 13 août

Print Friendly, PDF & Email