A la uneCulture

Tours : La guinguette en mode pochette surprise cette année

La guinguette de Tours veut profiter du protocole sanitaire en place et des restrictions en vigueur pour proposer une programmation culturelle originale.

Ce jeudi soir, il y avait du monde pour prendre possession des 390 places autorisées à la Guinguette centrale de Tours-sur-Loire. Cette ouverture était attendue, longtemps, elle fut même compromise avant d’être autorisée en début de mois mais avec un protocole sanitaire précis et encadré : contrôle des entrées, port obligatoire du masque lors des déplacements, obligation de consommer à table, interdiction de s’ouvrir sur les bords de Loire au-delà de l’espace propre de la guinguette…

Un protocole qui bouscule également la programmation culturelle, pourtant un des meilleurs atouts de Tours-sur-Loire chaque année. Face à l’impossibilité de créer des rassemblements, l’équipe du Petit Monde en charge de l’animation culturelle, a dû s’adapter et repenser son concept et ses projets. L’occasion de tester de nouvelles choses, de revenir également à quelque chose de l’idée originelle, au temps où Le Petit Monde se dissimulait sous les bois de Chambray ou de la Gloriette. A l’époque, avec une idée d’éducation populaire, l’idée était de mélanger les genres, de perturber le public, de l’amener à découvrir et participer à des expériences parfois sans le savoir. Un concept basculé sur les bords de Loire au milieu des années 2000 mais qui petit à petit, avec le succès grandissant s’était fait plus discret.

Cette année devrait signer le retour de cette perturbation artistique. Un premier exemple a été donné ce jeudi soir avec la présence de la P4 de la Compagnie Le Muscle. Des faux gendarmes afin de faire respecter les règles sanitaires, de quoi faire passer les choses plus facilement. Et puis il y avait aussi le théâtre de l’invisible de la compagnie Liquidation Totale, dont le but est de jouer des scènes au milieu d’un public non prévenu et qui découvre au fil du spectacle que cela en est un.

Des dispositifs surprenants pour interpeller le public

Ce genre de prestations seront multiples cette année. La programmation a en effet été pensée en trois axes : une partie classique avec des propositions culturelles frontales mais adaptées (avec des petites formes ou des ateliers en petites jauges), un axe sur les arts de rue, « Les Rendez-vous dans la rue » qui devaient constituer un grand temps fort de la saison et qui est en train d’être repensé et reprogrammé. Enfin un dernier axe « Le labo du Petit Monde » et la mise en place de dispositifs inédits. L’idée en toile de fond est de proposer une forme d’art total. On retrouvera ainsi parmi les dispositifs : « Le Monde d’avant », au cours duquel un artiste ou une compagnie seront conviés à investir une vaste cage afin de réfléchir au « monde d’avant » face au public. Le théâtre de l’invisible intègre également ces dispositifs. On retrouvera aussi dans la même veine de perturber le public, « Les Insolistes », des sortes de concerts éparpillés avec des musiciens d’un même groupe éparpillés en différents endroits du site. « L’idée est d’une ambiance éclatée sous forme de tableaux visuels et sonores. Autre idée, « les Popups », des rencontres entre danse et théâtre sur la thématique des gestes ou encore un « cabaret surréaliste ».

Autant de projets qui sont pensés pour interpeller et pour lesquels aucune date précise ne devrait être annoncée, l’idée étant comme une sorte de « pochette surprise » que le public soit confronté à ces propositions sans forcément savoir sur quoi il va tomber.

Print Friendly, PDF & Email