« Precious Kitchen » veut démocratiser le réemploi des déchets

Facebook
Twitter
Email

Artisans, artistes, designers, personnes lambda… il y avait du monde pour l’inauguration de la chutothèque lancée par l’association « Precious Kitchen » rue Nationale à Tours. Un signe de l’intérêt grandissant pour les projets circulaires et la lutte pour la réduction des déchets.

« Precious Kitchen », c’est au départ une rencontre, celle de Rebecca Fezard et Élodie Michaud, fondatrices de l’agence de matière design Hors Studio (dont nous vous avions déjà parlé ici) et de Catherine Lenoble, directrice du Fab Lab à Tours. Les trois Tourangelles partagent une vision, celle de la nécessité d’agir sur les déchets et que leurs domaines de compétences peuvent leur permettre de le faire concrètement.

Elles imaginent alors « Precious Kitchen », une plateforme en ligne collaborative, recensant et cartographiant les chutes de production des entreprises, dans l’idée de fournir une matière prête à être réemployée. Le mouvement consiste en une transformation et valorisation des déchets dans de nouveaux projets qui redonneront une certaine noblesse aux matériaux et produits initialement destinés à être jetés.  

« On a des entreprises partenaires qui fournissent des chutes que l’on classe par typologie ensuite » explique Rebecca Fezard. « L’idée est de mettre à disposition ces chutes pour les transformer dans des projets personnels, de design ou dans des ateliers d’upcycling et de transformation. »

Car la plateforme « Precious Kitchen » est complètement open source et collaborative. Des recettes et idées de réemplois y sont indiquées par exemple. Mais comme le numérique ne suffit pas forcément, les trois collaboratrices ont souhaité ouvrir un lieu physique : la chutothèque. Ouvert depuis la semaine dernière à la place de l’ancienne maison du projet « Porte de Loire », en haut de la rue Nationale, le lieu permet « de mutualiser les chutes dans un seul espace pour les usagers puissent venir se servir. »

Organisé en association, « Precious Kitchen » est ouvert à tout le monde, une fois s’être acquis d’une adhésion de 20 euros à l’association et d’un abonnement de 10 euros supplémentaire pour l’abonnement annuel à la chutothèque. Une fois avoir cotisé, chacun peut alors récupérer gratuitement les chutes disponibles dans un nombre important de matières : bois, matières plastiques, osier, nextone, acétate de cellulose… A la chutothèque, des recettes sont également proposées systématiquement sur des fiches à côté de chaque matériau pour donner des exemples de réemplois.

 L’équipe « Precious Kitchen » dispense par ailleurs des ateliers physiques, comme récemment au CCC OD ou encore dans des centres de loisirs, afin d’accompagner les usagers dans la démarche, faire de la pédagogie et partager des infos sur « le comment faire ».

Avec l’idée d’un cercle vertueux et circulaire, les fondatrices de « Precious Kitchen » souhaitent travailler avant tout en local, auprès des entreprises proches. « L’objectif est d’avoir un bilan carbone le plus bas possible, c’est n’est donc pas l’objectif d’avoir des chutes venant de plusieurs centaines de kilomètres ». La chutothèque tourangelle est d’ailleurs vue comme une première expérimentation qui permettra la mise en place d’un modèle duplicable dans les autres régions, nous confie Rebecca Fezard. La prochaine pourrait voir le jour du côté d’Angers en lien avec des associations locales et l’écoles des Beaux-Arts.

Un degré en plus : La chutothèque « Precious Kitchen » est située au 13 rue Nationale à Tours. Elle est ouvert les mardis et jeudi de 14h à 18h et chaque mercredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h. La plateforme numérique est ici : https://precious.kitchen/

Facebook
Twitter
Email
Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !