A la unePolitique

Municipales à Tours : Une tentative de conciliation entre les candidats à l’investiture LREM

La course à l’investiture La République En Marche pour les élections Municipales n’en finit plus de faire parler d’elle à Tours. La faute à une décision qui tarde à tomber et qui échauffe les esprits entre candidats à cette investiture.

Nous le rappelions la semaine dernière, ils sont trois à demander l’onction du parti présidentiel. Le maire sortant Christophe Bouchet, membre du mouvement radical, et à ce titre allié de LREM. Benoist Pierre, membre de LREM en Indre-et-Loire et candidat ayant obtenu l’investiture des instances départementales du parti centriste. Et enfin Françoise Amiot, l’ancienne adjointe aux finances de la ville de Tours et membre de LREM depuis janvier 2017.

Et si tout ce petit monde décidait d’y aller ensemble ? La question peut paraître incongrue, voire même impensable tant les relations sont fraîches entre les différentes parties. Pourtant, la Commission Nationale d’Investiture a réuni une confrontation entre Christophe Bouchet (entouré de Laurent Hénart, le président du Mouvement Radical) d’un côté et Benoist Pierre (entouré du député de Tours, LREM Philippe Chalumeau) de l’autre. Une sorte de conciliation dont l’enjeu était simple : voir si un arrangement était possible. Sans surprise, selon nos informations, cet échange entre les deux candidats potentiels n’a rien donné de concluant.

Benoist Pierre et ses partisans n’ont jusque-là jamais caché leur opposition au maire actuel, expliquant être en désaccords avec les méthodes et la politique menée par Christophe Bouchet et sa majorité. Difficile dès lors d’imaginer un rassemblement et ce même si Christophe Bouchet, dans sa recherche de conduire une large liste allant du centre à la droite, répète être favorable et « ouvert à un large rassemblement. »

Pourtant, l’hypothèse Christophe Bouchet est loin d’être refermée chez LREM. Car le parti présidentiel dans sa volonté de s’implanter localement entend s’appuyer sur ses partenaires et notamment ceux qui ont fait partie de la Liste Renaissance des dernières élections européennes : Le Modem, Agir et le Mouvement Radical.

Dans les discussions sur les alliances aux prochaines élections municipales, la question des villes aujourd’hui gérées par ces partenaires est essentielle. Du côté du Mouvement Radical, il y a Niort, Montélimar, Bourges, Nancy et Tours donc, la plus grande des communes en termes d’habitants. On imagine aisément que cela pèse dans les discussions avec notamment la volonté des radicaux de ne pas s’effacer au profit d’une tête de liste En Marche…

En attendant la décision provenant de la commission nationale d’investiture, du côté des marcheurs locaux on continue de préparer la campagne. Prochaine échéance, le 10 septembre avec la restitution des propositions issues de la Grande Marche des Municipales à Tours qui avait été lancée l’an dernier. Benoist Pierre avait alors été désigné coordinateur de celle-ci…

Print Friendly, PDF & Email