A la unePolitique

Municipales à Tours : Une large union à gauche pour conquérir la Mairie.

Après des semaines de discussions, parfois de divergences affichées en public, le collectif « En Avant Tours » a finalement trouvé un accord avec la liste « Pour Demain, Tours 2020 » conduite par l’élu écologiste Emmanuel Denis, avec l’espoir de pouvoir remporter la Mairie de Tours en mars prochain…

« Emotion », « alliance historique »…

« C’est avec une vraie émotion, une vraie joie et un esprit de responsabilité que l’on vous présente aujourd’hui ce large rassemblement de la gauche, écologiste, sociale et citoyenne. »  C’est par ces mots qu’Emmanuel Denis, tête de liste de « Pour Demain, Tours 2020 » a introduit la présentation de l’accord validé entre sa liste et le collectif « En Avant Tours » proche du Parti Socialiste. Au sein de ce dernier, la cheffe de file Cathy Münsch-Masset n’allait pas dans un autre sens, évoquant « une joie sincère » mais aussi « une volonté de rassemblement qui n’a jamais faibli. »

« On montre aujourd’hui que ce n’était pas impossible, contrairement à ce qu’on a pu entendre » poursuivait-elle. Autour de la table, une vingtaine de membres des Insoumis, d’Ensemble, des écologistes, des socialistes, des militants non encartés et « citoyens » issus « d’En Avant Tours » ou des « Cogitations Citoyennes ». Autant de personnes persuadées d’incarner « un renouveau », mais aussi l’incarnation « d’un nouveau souffle » pour reprendre les propos de Cathy Savourey, des « Cogitations Citoyennes ».

Non sans un certain sentiment de satisfaction, tous sont conscients de réussir un rassemblement historique à gauche à Tours. C’est en effet la première fois qu’une liste se présente de la sorte au premier tour des élections municipales. Il y a bien sûr eu par le passé des alliances traditionnelles entre communistes et socialistes, mais jamais l’union n’avait été aussi vaste. Jusqu’à présent, les écologistes étaient même partis seuls au premier tour (2001, 2008, 2014) avant de se rallier au PS au second tour.

Pour l’heure, il manque encore le Parti Communiste avec qui les discussions se poursuivent nous dit-on, même si chez les communistes la proposition reçue avec un seul poste d’adjoint en cas d’élection a refroidi les envies d’alliance. Le symbole reste d’ores et déjà important et répond à une partie de l’électorat de gauche qui appelait à cette union. On pourra rétorquer que cette dernière restera au final partielle puisque si « Pour Demain, Tours 2020 » peut se targuer du soutien officiel de la France Insoumise, une partie des militants de ce parti ont préféré rester avec le collectif C’est au Tour(s) du Peuple porté par Claude Bourdin et qui partira de son côté pour ces municipales, jouant même le duel des deux gauches, celle de CATDP «  qui veut changer le système en profondeur » et l’autre jugée « molle » incarnée par « Pour Demain, Tours 2020.

Stratégie gagnante pour Les Cogitations Citoyennes

En claquant la porte des réunions d’accords qui se tenaient avec les autres composantes de la gauche depuis l’automne, mais aussi en inaugurant dans la foulée leur local et leur campagne sous le nom « Pour Demain, Tours 2020 », les « Cogitations Citoyennes » avaient pris le risque de conduire à l’éclatement de la gauche fin novembre. Officiellement ce départ de la table des négociations (décidé par un vote des militants) était justifié par un refus de s’enfermer dans des tractations d’appareils entre les partis et les collectifs de gauche. Emmanuel Denis et ses compagnons, ne refermaient pas la porte à une alliance, expliquaient-ils, mais sous leur nom. Chose qu’ils auront donc réussi à faire, mais non sans mal.

La position prise alors avait en effet pu agacer des membres d’autres collectifs de gauche qui dénonçaient une stratégie préparée de longue date, mais aussi une volonté hégémonique des écologistes sur la gauche.

Un « quadrinôme » pour animer la campagne

Alors que jusqu’à présent « Pour Demain, Tours 2020 » mettait en avant un binôme composé d’Emmanuel Denis (pour les écologistes) et Cathy Savourey (pour la partie citoyenne) pour animer la campagne (avec une place de 1 et 2 sur la liste), l’ouverture à d’autres composantes de gauche a rebattu les cartes. Désormais, ils évoquent un quadrinôme composé des deux cités plus haut, ainsi que de la socialiste Cathy Münsch-Masset (qui se retrouve en deuxième position sur la liste) et de l’Insoumis Bertrand Renaud.

Dans le détail, « En Avant Tours » obtiendrait 12 places (5 pour les membres du Parti Socialiste, 7 pour les non-encartés. L’intégralité de la liste sera présentée le 11 février prochain.

Malgré tout, Les désormais ex-Cogitations Citoyennes, réussissaient tôt à rallier « Ensemble ! », « Génération.s » et des militants de la France Insoumise. Un premier pas qu’il fallait élargir, notamment vers « En Avant Tours », proche idéologiquement. Chez ces derniers, on ne cachait pas d’ailleurs une volonté d’alliance mais pas de ralliement. « On a pratiquement le même programme, les gens ne comprendraient pas que l’on fasse campagne séparément » expliquaient ainsi début décembre les socialistes Cathy Munsch-Masset et Jean-Patrick Gille alors qu’ils tentaient une proposition d’accord avec les écologistes et leurs proches, acceptant même de lâcher la tête de liste en faveur d’Emmanuel Denis.

Pour réussir à rassembler sous son nom « Pour Demain, Tours 2020 » se devait de son côté de contenter tous les partenaires et se montrer ouverts. En effet même si la prose utilisée par tous est une façon de mettre en avant la démarche citoyenne de la liste (ce qui est vrai), chaque entité politique garde une importance et pour ces dernières le besoin d’exister dans la sphère publique et politique reste forte.

C’est pourquoi les discussions sur les représentations au sein d’une liste unie se justifiaient. A ce jeu, « En Avant Tours » et « Pour Demain, Tours 2020 » ont avancé chacun leurs propositions et leurs volontés et il aura fallu quelques semaines supplémentaires de discussions pour arriver à trouver un accord satisfaisant pour tout le monde, citoyens non encartés compris. Un temps nécessaire aussi pour partir dans une dynamique commune et écarter toute anicroche.  « Le résultat est plus tardif qu’espéré, mais nous entrons seulement dans la campagne » reconnaissait Emmanuel Denis ces derniers jours.

Rassembler pour gagner, mais aussi rassembler pour gérer

Car rassembler pour gagner la Mairie est une chose, mais dans cette perspective, il convient aussi de préparer l’après-élection et le devoir de gestion d’une commune de 140 000 habitants. Les exemples récents prouvent que ce n’est pas toujours évident, d’autant plus avec un rassemblement allant des Insoumis à la social-démocratie et les idéaux de société parfois différents qui vont avec.

Les pièces du puzzle réunies, il faut ainsi désormais les assembler correctement et faire en sorte que chacun trouve non seulement sa place, mais aussi sa fonction et son rôle.  Quoiqu’il en soit, ce rassemblement porte en lui un véritable espoir, celui de reprendre la Mairie à la droite, après une défaite amère en 2014, toujours pas digérée à gauche six ans après.

Les axes du programme :

Si le programme complet n’est pas encore dévoilé, plusieurs idées sont déjà annoncés :

  • Transports : Révision des tarifs sociaux. Ddévelopper plus fortement un réseau structuré de tramway mais aussi cyclable.
  • Eau : Mise en place d’un tarif progressif en fonction de la consommation avec une gratuité pour les premiers 10m3 consommés. Réflexion autour de la mise en place d’une régie publique de l’eau à l’échelle de la Métropole.
  • Alimentation : Rendre ambitieux le Plan Alimentaire Territorial, installation de nouveaux maraichers dans la Métropole. Faire de Tours, une capitale agricole en lien avec la Chambre d’Agriculture, l’université et les lycées agricoles.
  • Transition énergétique : rénovation des bâtiments publics énergivores. Aides aux particuliers.
  • Culture : « Rompre avec une politique événementielle hors-sol » et implique les acteurs locaux dans les événements sur le territoire.
  • Egalité Femmes-Hommes : Grande cause du mandat, avec des propositions à venir.
Print Friendly, PDF & Email