A la unePolitique

Municipales à Tours : Les écologistes feront campagne de leur côté…

Cathy Savourey et Emmanuel Denis, les têtes de liste désignées par "Les Cogitations Citoyennes"

« Il y a beaucoup de sujets à se mettre d’accord pour réaliser un accord, mais tant qu’aucune organisation n’a claqué la porte des discussions, on peut considérer que cela avance dans le bon sens ». Ces quelques mots issus d’une discussion informelle que nous avons eu la semaine dernière avec un représentant d’une organisation de gauche à Tours, n’auront finalement été une vérité de courte durée.

Cette semaine le collectif « Pour demain Tours 2020 », nouveau nom des Cogitations Citoyennes a annoncé qu’il se retirait des discussions que différentes organisations de gauche* avaient organisé depuis plusieurs semaines en vue d’un accord et d’une liste commune aux élections municipales à Tours.

* Parti Communiste, France Insoumise, Génération.s, Ensemble, En Avant Tours, C’est au Tour(s) du Peuple, Projet Citoyen pour Tours, Cogitations Citoyennes…

« Si ces discussions laissent entrevoir des convergences programmatiques propices à un rassemblement de second tour, les conditions d’un accord de premier tour n’ont pu être établies. Sans plus attendre, à l’issue d’un vote interne à la plénière des Cogitations Citoyennes, le mouvement citoyen Pour Demain Tours 2020 et ses deux têtes de liste Emmanuel Denis et Cathy Savourey ont décidé de lancer leur campagne électorale » indique ainsi le communiqué envoyé à la presse ce jeudi.

Pourtant trois jours plus tôt, ce lundi dernier encore, les représentants de ce collectif étaient encore à la table des discussions. « Ce choix est issu d’un vote interne » indique Emmanuel Denis, tête de liste désignée par les membres des Cogitations. Pour l’actuel élu municipal et métropolitain, c’est le cadre des discussions qui a montré ses limites : « L’essence de notre mouvement était de dépasser le cadre des partis politiques et les logiques d’appareils, mais la manière dont on discutait dans les rendez-vous avec les autres organisations ressemblait à cela, il y a un décalage des cultures. »

Une décision regrettable pour des membres d’autres organisations de gauche 

Si des points de convergence avaient bien été mis en avant entre les différents collectifs, la tête de liste écologiste avance également des divergences importantes quand on regarde plus en détails. « Cela a avancé oui mais pas suffisamment. Par exemple sur la gratuité des transports publics, nous n’étions pas pour, car nous savons que nous pourrons le réaliser d’ici la fin du mandat, nous ne voulions donc pas l’inscrire dans le programme. »

Dans les autres collectifs de gauche, Claude Bourdin de C’est au Tour(s) du Peuple confirme que si des points de convergence ont été actés, il reste également des désaccords programmatiques comme sur les transports publics, l’aéroport ou encore la question des régies publiques. Et s’il juge « regrettable » la décision de « Pour demain, Tours 2020 », Claude Bourdin estime que « ces discussions n’ont pas servi à rien. » « C’est la première fois qu’autant de forces de gauche discutent ensemble et certains accords programmatiques pourront servir pour la suite, en vue d’un rassemblement au deuxième tour. Aujourd’hui personne ne peut savoir en avance quelle est la meilleure formule : partir ensemble avec un consensus serré ou que chacun développe son projet. »

Les écologistes appellent désormais au ralliement derrière eux

« On lance notre campagne parce qu’on ne pouvait plus perdre de temps, mais nous le faisons tout en continuant de discuter avec les autres organisations » affirme de son côté Emmanuel Denis, en évoquant également ce deuxième tour espéré.

« Pour Demain Tours 2020 », laisse ainsi la porte ouverte à celles et ceux qui voudraient les rejoindre. Le mouvement « Ensemble », pourtant co-fondateur de C’est au Tour(s) du Peuple en 2014, est le premier à le faire. Une décision jugée « de basse manœuvre » par Claude Bourdin, mais assumée pleinement par Antonin Béranger d’Ensemble : « Nous pensons qu’Emmanuel Denis et Cathy Savourey sont les plus rassembleurs. L’unité peut se faire dans ce cadre-là. »

En clair, l’unité oui mais derrière le mouvement initié par les Cogitations Citoyennes, les membres de celui-ci étant persuadés d’avoir la dynamique de leur côté et ainsi d’être les plus à même à porter le rassemblement à gauche qui permettrait de gagner la mairie. Pour un membre des désormais ex-Cogitations Citoyennes, la situation est même claire : « Nous avons désigné Emmanuel Denis parce que nous pensons que c’est le candidat le plus efficace pour remporter la Mairie. »

Pour Jean-Patrick Gille, cette stratégie de « Pour Demain, Tours 2020 » est une « stratégie de ralliement. Le rassemblement ce n’est pas cela. » Et l’ancien élu municipal membre du collectif « En Avant Tours » d’espérer : « que cette annonce n’est pas irrévocable » et de préciser : « Nous allons continuer notre démarche de rassemblement. » Un collectif « En Avant Tours » qui propose aujourd’hui « de mettre en place un sondage ou une primaire citoyenne pour désigner la tête de liste commune, qui portera les espoirs d’un renouveau pour Tours. »

Une proposition qui a néanmoins de fortes chances de rester lettre morte. Ce n’est d’ailleurs certainement pas un hasard si « Pour Demain Tours 2020 » fait son annonce cette semaine, alors que pour la première fois, la question des places sur la liste et notamment celle des têtes de liste a été abordée lundi dernier entre les organisations de gauche…

Print Friendly, PDF & Email