A la unePolitique

[Municipales à Tours] Les communistes attendent un geste de la liste « Pour Demain, Tours 2020 »

A moins d’un mois du dépôt des listes (le 25 février au plus tard), les membres du Parti Communiste de Tours, restent dans l’incertitude. Entre besoin d’exister dans ces élections et la nécessité de ne pas se faire absorber par les listes et mouvements déclarés, le PCF n’a pour l’heure toujours pas acté sa position dans ces élections à Tours, sur fond d’attente d’un geste fort de la part de la liste « Pour Demain, Tours 2020 » conduite par Emmanuel Denis.

Les communistes tourangeaux pour le moment amers

Ces derniers jours, c’est plus l’amertume qui règne chez les communistes de Tours. La raison : le sentiment d’être mis sur la touche par la liste de rassemblement de la gauche conduite par Emmanuel Denis. Si des discussions se sont bien déroulés jusqu’en fin d’année 2019, depuis les liens, bien que jamais rompus, se sont sérieusement délités. Pour Florent Petit, chef de file des communistes à Tours, c’est ainsi un sentiment de manque de respect envers son parti qui prime. « Nous réclamions deux postes éligibles et pour l’heure, on ne nous en propose qu’un seul, ainsi que deux autres places sur la liste, au-delà de la 42e place, soit en position non-éligible, ce n’est pas acceptable » explique-t-il aux côtés de Marie-Pierre Cuvier et Maxime Bongard (tous trois en photo), les deux autres communistes pressentis pour intégrer la liste d’Emmanuel Denis.

Si Florent Petit se montre particulièrement déçu c’est aussi parce qu’il a le sentiment que les communistes ont joué l’alliance depuis le départ. « Nous avons initié et accueilli les réunions transpartisanes du lundi soir entre les différentes forces de gauche pendant 8 semaines. » Et ce dernier de préciser sa pensée et notamment d’insister sur le fait que le PCF « n’a jamais voulu de discussions bilatérales mais des discussions d’ensemble sur une base programmatique. C’est ce qui a permis de définir 32 points de convergence entre toutes les forces de gauche, de C’est au Tour(s) du Peuple au Parti Socialiste, en passant par les écologistes. »

Oui mais problème : depuis, le collectif porté par Emmanuel Denis a rallié d’autres organisations au cas par cas (Ensemble !, Génération.S, la France Insoumise, En Avant Tours…), avec à chaque fois des places protégées sur la liste. Et à force, les places se font forcément chères et les communistes passent désormais après les autres. « On aurait pu faire autrement, mais pour nous aujourd’hui, le minimum est d’avoir deux places éligibles, dont un adjoint » réaffirme Florent Petit pour qui cela correspondrait à « la hauteur de la représentation effective de notre force politique. »

Que fera le PCF sans accord avec les écologistes ?

Et le secrétaire de la section de Tours du Parti Communiste Français de prévenir : « Nos militants feront leur choix le 06 février prochain mais si on reste en l’état, il y a de fortes chances qu’ils décident d’arrêter les discussions avec Pour Demain, Tours 2020. »

Et si les militants décidaient finalement d’en rester là, quelle serait alors la position du Parti Communiste dans ces élections municipales à Tours ? « Nous avons des discussions avec les deux autres listes de gauche, celle « Projet Citoyen pour Tours » conduite par Mickaël Cortot et celle de « C’est au Tour(s) du Peuple » de Claude Bourdin » précise Florent Petit, qui rappelle au passage que les communistes à Tours, c’est une cinquantaine de militants, une force de frappe qui peut ne pas être négligeable dans une campagne. Une chose est sûre, « les communistes ne partiront pas seuls » insiste le chef de file de l’ancien premier parti de France, bien déterminé à continuer de faire peser le Parti Communiste sur l’échiquier politique local. Et ce dernier de conclure :  « La gauche a besoin de toutes ses composantes pour gagner. »

Print Friendly, PDF & Email