A la unePolitique

Municipales à Tours : Emmanuel Denis et « Pour Demain, Tours 2020 » se remettent en selle

 

Une campagne de 2e tour est d’ordinaire rapide, éclaire… à peine le temps d’une semaine, dans la foulée du 1er tour et de la dynamique des résultats obtenus. Cette année, c’est tout le contraire qui se profile en raison de la crise du coronavirus. Près de deux mois-et-demi après le 1er tour, le 15 mars, dernier, les listes qualifiées, se préparent à repartir en campagne. Une campagne qui sera inédite avec un mois supplémentaire pour convaincre les électeurs.

Premier à réenclencher publiquement la machine, alors que des deux adversaires, le maire sortant Christophe Bouchet et le candidat LREM Benoist Pierre, s’affairent plutôt en coulisses en vue d’un accord et une fusion des listes en vue du 2e tour, le candidat écologiste Emmanuel Denis a tenu une conférence de presse, lançant officiellement la nouvelle campagne qui s’annonce.

« Nous sommes prêts à faire campagne avec un esprit de responsabilité »

D’ici le 28 juin, les membres de « Pour Demain, Tours 2020 », le nom de la liste de rassemblement de gauche conduite par Emmanuel Denis et qui était arrivée en tête au soir du 1er tour avec plus de 35% des voix, vont donc redoubler d’efforts pour concrétiser le bon score du 1er tour et remporter la Mairie. Pour cela, il faudra faire preuve d’ingéniosité, la campagne ne pouvant se faire classiquement en raison des mesures de distanciation sociale encore en vigueur, bien qu’assouplies. « Les choses ont encore changé hier mais nous avons déjà réfléchi à des formes renouvelées de faire campagne » explique Emmanuel Denis en évoquant des permanences mobiles, des visites en petits comités dans les quartiers de la ville…

« Nous sommes prêts à faire campagne avec un esprit de responsabilité » poursuit-il. Cette quête de responsabilisation, on comprend rapidement qu’elle sera au centre de la stratégie à travers le discours du candidat, mais aussi dans celui de ses colistières, Cathy Munsch-Masset, Marie Quinton ou Anaëlle Schaller, qui ont pris tour à tour la parole lors de ce point presse.

Piétonisation de rues du centre-ville, bons alimentaires… : les réponses proposées à la crise

Si l’esprit général reste le même, avec une mise en avant du collectif, mais aussi le maintien intégral du programme édité il y a 3 mois, la crise du Covid étant passé par là, les membres de « Pour Demain, Tours 2020 », ont également conscience qu’il leur faudra convaincre les Tourangeaux qu’ils ont la capacité de gérer une situation de crise comme celle que l’on connaît. « Si nous sommes élus, nous serons dans la réponse à l’urgence dès le 28 juin au soir » promet Emmanuel Denis. Des paroles qu’il double avec ses colistiers de propositions réfléchies ces dernières semaines :

Mise en place d’un festival d’été hors les murs, dans les rues et à petites jauges pour soutenir la culture, proposition « d’estivales commerciales » afin de redonner de l’attractivité au centre-ville à travers des animations festives, mais aussi la piétonnisation de rues de l’hyper centre-ville le week-end durant l’été. Pour Anaëlle Schaller cela permettrait de répondre « à la nécessité adapter la ville au contexte sanitaire. Piétoniser les rues les plus passantes permettrait de fluidifier les accès aux boutiques et les trottoirs. »

Avec le même objectif, ils évoquent également la création d’un « bureau des temps » qui verrait avec les entreprises (en décalant les horaires d’arrivée et de départ des salariés) et Fil Bleu une adaptation des horaires et du trafic de transports en commun pour fluidifier ceux de pointe.

Répondre à l’urgence donc face à la crise économique et sociale qui se profile en contre-coup de la crise sanitaire, voici un enjeu majeur des élections et des futurs élus le 28 juin au soir. Bien conscients que ce sera la préoccupation première des électeurs, les membres de « Pour Demain, Tours 2020 » entendent bien séduire avec leurs propositions. « Notre avantage est que notre programme comportait déjà un grand nombre de réponses » avance de son côté en aparté un colistier.

Même son de cloche chez Cathy Munsch-Masset, numéro 2 sur la liste qui évoque la nécessité de développer des dispositifs d’accompagnement. « La période a exacerbé les inégalités, il faut donc aller encore plus loin et accélérer le développement de ces dispositifs » insiste-t-elle en évoquant l’accueil des élèves à travers le dispositif d’Etat Santé/Sport/Culture/Civisme, les jours où ils n’ont pas classe à cause du protocole sanitaire en vigueur, non sans tacler Christophe Bouchet au passage : « Je suis étonnée que le maire n’ait rien mis en place. » tandis qu’à ses côtés Marie Quinton évoque la mise en place de bons alimentaires en contre-exemple des bons d’achats proposés par Christophe Bouchet et « qui ne servent pas à l’achat alimentaire. »

Des prises de paroles derrière lesquelles se dessinent la stratégie de cette campagne du 2e tour : Prouver de la pertinence du projet sans oublier de pointer les torts estimés de la majorité sortante. Le match est lancé.

Print Friendly, PDF & Email