A la unePolitique

[Municipales à Tours] Emmanuel Denis et Cathy Savourey mèneront la liste des Cogitations Citoyennes

Cathy Savourey et Emmanuel Denis, les têtes de liste désignées par "Les Cogitations Citoyennes"

Du côté des Cogitations Citoyennes, le moral est au beau fixe et l’espérance est grande. Les élections européennes, la prise de conscience générale des enjeux environnementaux ont entraîné une dynamique certaine que les Cogitations entendent bien transformer en bons résultats aux prochaines élections municipales et qui sait remporter même l’élection et la Mairie.

« C’est au tour des écologistes. » affirme-t-on ainsi du côté des membres. Pour y arriver, Les Cogitations Citoyennes vont entrer dans une nouvelle phase. Après plus de deux ans à « cogiter » pour préparer une « alternative municipale », le collectif écologiste proche d’EELV va en effet entrer dans une phase d’action plus concrète.

Emmanuel Denis choisi comme tête de liste

1ere étape de cette nouvelle phase, le dévoilement des premiers noms qui seront sur la liste. 36 colistiers, 18 femmes et 18 hommes, faisant parti du collectif depuis le départ pour certains ou l’ayant rejoint récemment pour d’autres. « Notre idée est de créer un collectif de citoyens prêts à s’impliquer. »

Des colistiers tous volontaires donc, parmi lesquels les membres du collectif ont désigné les deux têtes de liste : Emmanuel Denis, l’actuel élu d’opposition au Conseil Municipal et Cathy Savourey, urbaniste de métier.

Cathy Savourey et Emmanuel Denis

Pour le moment, « Les Cogitations Citoyennes » possèdent donc 36 noms sur leur liste. De quoi laisser une ouverture pour l’arrivée de futurs membres ou d’alliances avec les autres forces de gauche « C’est au Tour(s) du Peuple (France Insoumise, NPA) et En Avant Tours (tendance socialistes). Car si l’opportunité politique existe, elle passera à n’en pas douter par une nécessaire entente des différentes forces politiques à gauche : « Cogitations Citoyennes », « C’est au Tour(s) du Peuple », « En Avant Tours »…

Avec ces deux dernières formations, Emmanuel Denis dit croire à un accord à 3, tandis que Philippe Geiger, membre du collectif et numéro 1 à EELV dans le département va plus loin : « Ce sera un accord à trois ou rien. »

 « La ville de Tours doit participer à la lutte contre le changement climatique. »

Seules ou à plusieurs, l’ambition est claire : « Les Cogitations Citoyennes » entendent mener une alternative à la politique menée actuellement par Christophe Bouchet.

Et alors que les enjeux environnementaux seront au cœur de la campagne électorale, Emmanuel Denis de rappeler la légitimité des Cogitations sur le sujet et à l’inverse de pointer un manque de crédibilité d’autres candidats, à commencer par le maire en place Christophe Bouchet : « Il se découvre un engouement écologiste, mais rien n’a été fait pendant le mandat actuel. » Et celui qui est à la fois élu d’opposition municipal et métropolitain d’évoquer pour appuyer son propos la rénovation thermique des bâtiments publics jugée « à la traîne », et pour laquelle les Cogitations s’engagent à financer à hauteur de 15 millions d’euros par an, « de quoi réduire la facture énergétique de la ville mais aussi de créer 200 emplois locaux » ;  ou encore l’absence de plan climat à la Métropole qu’il réclame depuis plusieurs années, « depuis que le précédent s’est arrêté en 2014 ».

« La ville de Tours doit participer à la lutte contre le changement climatique et doit préparer les habitants à ce changement » appuie de son côté Cathy Savourey. « On n’a plus le choix » relance Emmanuel Denis, « le dernier rapport des experts fait craindre une montée des températures de 7°C. »

Une transition nécessaire donc pour les Cogitations et qu’ils entendent mener à travers différentes mesures : créations de voies express vélos, installation de cinq maraîchers par an dans la métropole, « pour tendre à l’autosuffisance alimentaire », passage au 100% bio dans les cantines scolaires, passage aux bus en biogaz.

Au-delà de ces mesures « classiques » des écologistes, les Cogitations entendent également répondre aux enjeux globaux comme ceux autour de la densification urbaine, ou encore la relocalisation de l’économie qui doit être « absorbatrice d’énergie et créatrice d’emplois. »

Transition démocratique encore avec la mise en place d’un droit d’interpellation, sorte de Référendum d’Initiatives Populaires local, la mise en place d’un forum ouvert pesant sur les décisions municipales, ou encore la mise en place d’un véritable budget participatif citoyen… Une transition démocratique qui passera par de nouvelles façons de travailler pour les élus. « Il n’y aura pas de cumul de fonctions exécutives » prévient-on. En clair, le maire de Tours ne pourra pas être président de la Métropole. Un poste qui pourra être alors proposé à un autre membre de la liste, issu des Cogitations ou à un(e) futur(e) partenaire de gauche…

Print Friendly, PDF & Email