A la uneCulture

L’onirisme de Fabien Mérelle s’expose au CCC OD

Refuge, 2018, encre et aquarelle sur papier, 30 x 55cm, Collection Pierre Pradié

C’est un artiste tourangeau, ligérien même plutôt, mais ne vous y trompez pas, cela ne fait pas pour autant un argument de sa présence au CCC OD. Car pour Alain Julien-Laferrière, le directeur du centre d’art tourangeau, les choses sont claires : ce n’est pas parce que vous êtes de Tours que vous serez exposés. En revanche, pas question de se priver pour autant d’un talent quand le coup de coeur est là.

Fabien Mérelle fait donc partie de ces artistes locaux sélectionné par le CCC OD. L’occasion pour lui de bénéficier d’une exposition personnelle au deuxième étage de la galerie blanche, dans les galeries qui surplombent l’impressionnante salle et les tableaux d’Olivier Debré. Et avec le peintre qui a donné son nom au Centre d’art tourangeau, Fabien Mérelle partage plusieurs choses, à commencer par l’inspiration de la Loire dans son travail.

Vue de l’exposition « Abri, pierre, bois, encre, papier » de Fabien Mérelle au CCC OD de Tours © Gladys Tourette – CCC OD Tours

Cette Loire on la retrouve à travers cette sculpture de bois flotté de Loire utilisée comme prolongement d’un dessin. Oui car Fabien Mérelle est avant tout un dessinateur, talentueux assurément. Ses oeuvres ont un trait précis et détaillé et plongent le spectateur dans un univers onirique, prolongement du quotidien de l’artiste, de ses questionnements, ses doutes et ses forces aussi.

Bunker, 2018, encre et aquarelle sur papier, 28,7 x 41cm, courtesy Fabien Mérelle & Praz-Delavallade Paris/Los Angeles

Dans ses dessins, on retrouve en effet toujours le même personnage, le double que Fabien Mérelle s’est créé. Un personnage vêtu d’un pyjama rayé à travers lequel on plonge dans le quotidien et les étapes de la vie de l’artiste, à commencer par la parentalité, la vie de couple, la vie d’homme… Une sorte de chronique dessinée du quotidien où les messages se font souvent clairs et limpides, bien que les dessins soient teintés d’une forme d’hybridation, entre réalité et fantastique.

Et la Loire, donc jamais bien loin, sorte de refuge de l’artiste. Ici on retrouve Fabien Mérelle sur une île du fleuve, là dans une cabane avec ses enfants, là encore avec un fleuve sauvage présent…

Refuge, 2018, encre et aquarelle sur papier, 30 x 55cm, Collection Pierre Pradié

Une Loire inspirante et inspirée donc, en dessin ou en sculpture. Car en plus des dessins, Fabien Mérelle prolonge aujourd’hui son travail en volume. La sculpture du bois bandé de Loire en est un exemple. Deux autres se trouvent au Château du Rivau où l’artiste tourangeau est simultanément présent au sein d’une exposition collective dans le cadre des « 500 ans de la Renaissance ».

Un degré en plus :

> Du samedi 30 mars 2019 au dimanche 22 septembre 2019

Renseignements complémentaires : https://www.cccod.fr/prochainement-fabien-merelle/

Print Friendly, PDF & Email