• Tours Métropole
  • CDNT
  • Tours Métropole
  • CDNT

Les Assemblées de Loire veulent donner la parole au fleuve

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Cette semaine, la Loire sera au centre des attentions à Tours. Pendant 4 jours (du 09 au 12 septembre), le Polau (le pôle des arts & urbanisme) basé au Point H^ut à Saint-Pierre-des-Corps) organise et pilote en effet « Les Assemblées de Loire », un événement public afin de s’interroger sur notre rapport au fleuve royal à travers une série de débats, spectacles, réflexions et événements festifs…

Il y a deux ans, dans le cadre de « Devenir Tours », le vaste appel à projets urbains lancé par la ville de Tours, le Polau lançait l’idée d’un « Parlement de Loire ». Entouré d’architectes, designers, artistes… le Polau, imaginait alors un vaste bâtiment circulaire au niveau de la sortie de l’A10, au carrefour entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps. Un bâtiment totem pour marquer et renouer les liens avec la Loire, mais aussi et surtout pour reconnaître le fleuve royal.

Reconnaître, au sens juridique, à la manière du fleuve Whanganui en Nouvelle Zélande qui s’est vu accorder en 2017 le statut de personnalité juridique avec des droits. « Cette reconnaissance est le point de départ de notre réflexion, car cela change la façon de voir les choses en replaçant le fleuve au centre des enjeux. Il ne s’agit plus seulement de s’intéresser à notre rapport au fleuve mais aussi du rapport du fleuve aux humains » explique Maud Le Floc’h, la directrice et fondatrice du Polau.

Depuis cette démarche lancée il y a deux ans, le Parlement de Loire a fait son chemin avec des auditions publiques, tables-rondes, ateliers, rencontres…. autour des nouvelles manières de cohabiter avec le fleuve. Autant de rendez-vous qui ont été mis en récit par Camille de Toledo à qui le Polau a confié la restitution à travers un livre qui sort à l’occasion de ces Assemblées de Loire.

« Considérer le fleuve non pas comme un objet mais comme un acteur. »  

Une démarche centrée sur le cheminement intellectuel mais pas seulement. Depuis plus de 10 ans maintenant, le Polau s’est en effet fait expert dans le mélange des genres et des domaines. « L’un des objets du POLAU est de prendre à bras-le-corps un enjeu urbain et d’y associer différents domaines de compétences dont celui artistique » rappelle Maud Le Floc’h qui n’imaginait pas autrement « Les Assemblées de Loire ». « L’idée est de mélanger les savoirs scientifiques, festifs, sensibles… et impulser un foisonnement d’initiatives en faveur d’un retournement de perspectives. »

Ce retournement de perspectives c’est donc la façon de voir et penser le fleuve, et « pas seulement dans son aspect linéaire » poursuit la directrice du Polau, « mais dans son ensemble, car le bassin de la Loire représente 1/5 du territoire de la France. »

« Inviter la Loire à la table des négociations »

« Nous changeons le paradigme en sortant de la réflexion anthropologique. Par exemple, la Ville de Tours veut travailler sur les usages interdits comme par exemple la baignade à travers les éléments de sécurité, de risques ou de santé sur les humains… Notre réflexion s’intéresse de notre côté aux conséquences de la baignade sur le fleuve. On n’est pas dans une démarche militante, car on ne préjuge pas du résultat, cela peut être positif ou négatif. L’important est d’être dans une démarche ouverte qui considère le fleuve non pas comme un objet mais comme un acteur. »  

« Donner la parole au fleuve », « inviter la Loire à la table des négociations », autant d’expressions qu’emploie Maud Le Floc’h et qui habiteront « Les Assemblées de Loire » du jeudi 9 au dimanche 12 septembre avec l’esprit d’une grande célébration du fleuve dans laquelle on retrouvera des expositions, des tables-rondes, mais aussi des événements festifs avec des concerts (et notamment une grande soirée à l’île Aucard le samedi soir), un spectacle de funambule là où le Polau avait imaginé installe le Parlement de Loire (site Ere 21, carrefour des Français Libre), ou encore le départ de la remontée du fleuve avec 30 bateaux et 80 mariniers en partance pour Orléans et le Festival de Loire de la capitale régionale fin septembre, en lien avec L’école de Loire La Rabouilleuse, la Mission Val de Loire, L’Université Populaire, le Petit Monde, la Maison des sciences de l’homme Val de Loire… Car c’est aussi ça « Les Assemblées de Loire », pour Maud Le Floc’h : un moment fédérateur avant tout, mettant en lien de multiples acteurs autour d’une réflexion commune et d’avenir.  

Un degré en plus : Le programme complet des Assemblées de Loire est à voir ici : https://www.assembleesdeloire.com/

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !