A la uneCulture

Les Années Joué, le 1er grand festival tourangeau de l’été

Année record pour cette 22e édition des Années Joué : malgré un dimanche plus timide, le Parc de la Rabière et ses environs ont débordé de monde pendant trois jours. 55 000 spectateurs au long des 3 jours selon les organisateurs. Des gens du quartier, de la ville, de l’agglo ou d’ailleurs… Toutes et tous en balade pour le plaisir de découvrir des spectacles d’art de rue, pour profiter de la fête foraine, de la fraîcheur à l’ombre des arbres ou des gourmandises vendues le long des allées.

Nul doute que ce week-end laissera des souvenirs forts dans de nombreuses têtes. On l’a su samedi soir, en observant les regards et les sourires sur la Place Nelson Mandela, alors que Transe Express mettait en place son dancefloor géant avec orchestre suspendu autour d’un lustre monumental. Des moments intenses vécus également par les élèves de l’école de musique, les habitants qui ont prêté leur maison quelques minutes pour les comédiens déménageurs, les petites mains qui ont soutenu la déambulation de la Cie Artonik… « Il y a ma grand-mère au balcon » s’exclamait par exemple une porteuse de lumière, avec sa fierté d’adolescente.

L’édition 2019 des Années Joué a donc été une fois de plus pleinement participative. A tous les niveaux, comme en témoigne le spectacle Vendredi qui invite même les plus frileux à danser, ou Balllad, une marche avec casque sur les oreilles.

On s’est délecté aussi de cet humour toujours sans limites des artistes d’art de rue, quitte à vous incruster des chansons complètement ridicules dans la tête comme le refrain « Groseille et Mandarine, coiffure pour hommes » de La Dieselle Compagnie ou « alcool cigarettes, cigarettes alcool » de Déracinemoa. L’improbable n’empêche pas le fond, loin de là. Les valeurs féministes étaient ainsi dignement représentées par plusieurs compagnies, par l’absurde dans La Femme canon ou en convoquant Beyonce et Nina Simone avec Qui dirige le monde ?

Forcément tout ne peut pas nous plaire, mais comment pourrait-il en être autrement quand une masse de 100 représentations émaille le week-end ? Chacune et chacun conservera donc ses propres souvenirs, et pour la plupart sans doute ceux d’un festival qualitatif, artistiquement exigeant, délicieusement populaire.

Découvrez ci-dessous le bilan vidéo des Années Joué 2019 :

Print Friendly, PDF & Email