A la uneCulture

Les 20 qui vont faire la Touraine en 2020

Ce n’est pas toujours facile de se plier à l’exercice de sélection. Forcément, il y a des oublis, des choix à faire… Encore moins évident quand on décide de s’arrêter à un nombre précis, qui tombe comme un couperet, alors que votre collègue, une ampoule surgissant au-dessus de sa tête s’exclame : « Oui mais attend on a oublié cette personne », vous obligeant à revoir toute la tambouille.

Bref, pour 2020 on avait décidé de vous faire un top 20 des Tourangelles et Tourangeaux qui marqueront l’année. On s’y est repris à de nombreuses fois pour arrêter cette liste. Il faut dire que la Touraine ne manque pas de talents. On a donc essayé de vous faire une sélection thématique (Sport/Culture/Economie/Société). Retenez-bien ces noms, vous risquez d’en entendre parler prochainement…


Société :

Colonel Guillaume Bourdeloux :

Nommé commandant de la Base Aérienne 705 en septembre dernier, la mission du Colonel Bourdeloux est simple : assurer la fermeture de l’Ecole de Chasse de la base tourangelle et son départ pour Cognac. Ceci tournera un chapitre de 60 ans d’histoire de la base aérienne tourangelle, mais aussi de celle de l’aéroport de Tours avec au bout du compte pour la Métropole la possibilité d’un nouvel espace à développer avec l’emprise foncière laissée par l’Armée.

De son côté, le Colonel Bourdeloux doit avant cela assurer la transition mais aussi les derniers macaronages de pilotes issus de la formation tourangelle. Cette remise de diplômes prestigieuse aura lieu pour la dernière fois en mai.

Les maires des petites communes :

2020 année électorale, année des élections municipales. Celles-ci vont bouleverser le paysage politique local et la vie des communes. Evidement on se gardera de donner des noms de (possibles) futurs maires, mais on pense particulièrement aux maires des petites communes d’Indre-et-Loire dont la tâche n’est jamais aisée. Une mission publique qui se complexifie de plus en plus, si bien que la moitié d’entre eux ont décidé de ne pas se représenter, laissant la place vacante.

Les associations féministes :

Il était difficile de placer une militante plus qu’une autre, ou encore une association en particulier. Une chose est sûre néanmoins, les associations féministes vont encore faire parler d’elles cette année. Il faut dire que les terribles chiffres de 2019 (149 femmes tuées par leur conjoint) ne favorisent pas l’optimiste, ceux du début 2020 non plus puisque depuis le 1er janvier, ce sont déjà 4 femmes qui ont été tuées dans le cercle familial. On se dit que les associations féministes ont encore du pain sur la planche pour arriver à enrayer ce fléau.

Aly Diawara :

Ces dernières semaines, la situation d’Aly Diawara, un Guinéen habitant en Touraine, nous a particulièrement marqué. Ce dernier est actuellement en voie d’expulsion vers son pays d’origine, malgré les demandes en recours de sa compagne, Ingrid, de nationalité française, avec qui il devait se marier et qui est enceinte de leur premier enfant commun. Une situation difficile qui a ému beaucoup de monde comme en témoigne les manifestations de soutien ces dernières semaines. Si la procédure d’expulsion qui aurait du avoir lieu le 02 janvier dernier a été repoussée, elle est néanmoins maintenue.

Un symbole de la lutte pour l’accueil des réfugiés en France au même titre que la question des réfugiés mineurs isolés qui fera encore parler d’elle cette année…

Ludivine Darmon :

D’ici quelques jours, Ludivine Darmon ouvrira le premier bar à chats de Tours, rue de la Victoire à la place de l’Instant Boudoir qui a fermé ses portes il y a quelques mois.  Le principe de ce concept de plus en plus populaire ? Un lieu où l’on vient consommer tranquillement, tandis qu’autour de nous plusieurs chats issus d’associations sont présents et peuvent être caressés et câlinés.


Sport :

Sarah Guyot :

Les Jeux Olympiques, Sarah Guyot les a découverts à Londres en 2012 (8e place) avant d’y reprendre goût 4 ans plus tard à Rio avec une 5e place à la clé. On lui souhaite donc de poursuivre sa progression cette année en ramenant une breloque de Tokyo où la pensionnaire du Canöe Kayak Club de Tours pourrait être alignée en simple, double, voire dans le bateau à 4.

Claire Pontlevoy :

Gymnaste du club d’Avoine, Claire Pontlevoy fait partie de la jeune génération de l’Equipe de France. Après avoir vécu sa première grande compétition internationale à l’automne 2019, en prenant part aux championnats du Monde à Stutgart, avec à la clé une 5e place et une qualification pour les JO de 2020 en équipe, la jeune gymnaste de 15 ans, rêve désormais du Japon et de Tokyo, mais surtout d’une médaille au tour du cou.

Nourredine El Ouardani :

L’entraîneur du Tours FC est devenu incontestablement une figure majeure du sport tourangeau. Après avoir mené le désormais ex centre de formation du Tours FC sur les plus hautes marches du football hexagonal en jeunes (et notamment une finale de coupe Gambardella en 2018), Nourredine El Ouardani est resté fidèle au Tours FC malgré sa descente aux enfers. Il a repris en effet la tête de l’équipe première en Nationale 3 qu’il mène de manière admirable depuis le début de saison. Un beau parcours qu’il faudra poursuivre en 2020 pour remonter en Nationale 2. L’homme de la renaissance du Tours FC.

Hubert Henno :

Il a quitté les terrains de volley en mai 2019 avec un énième titre personnel comme libéro du TVB. Depuis il est passé de l’autre côté de la barrière pour prendre en main l’équipe tourangelle comme coach principal. Hubert Henno a parfaitement réussi sa transition et entend mener ses anciens partenaires vers les mêmes sommets qu’il a connu en tant que joueur. Cela passe en 2020 par le titre national, la coupe de France, mais aussi un beau parcours en Coupe d’Europe. On a connu plus simple pour débuter, mais pas de quoi faire peur à cet homme de défis.

Ahmed Doumbia :

En 2020, le capitaine de l’UTBM aimerait bien continuer à lever les bras en signe de victoire après les matchs. Arrivé en 2018, l’arrière de 30 ans connaît en effet une belle saison. Avec ses camarades Vincent Pourchot, Marius Chambre ou encore Fabien Ateba… Ahmed Doumbia connait une saison pleine permettant à l’UTBM de pointer actuellement à la 4e place de la première phase de Nationale 1. De quoi avoir les play-offs en ligne de mire et qui sait la Pro B à l’horizon…


Economie :

Gilles Roger :

Le tissu économique régional regorge de PME dynamiques. Parmi celles-ci Source Recrutement fait régulièrement parler d’elle. A sa tête on retrouve Gilles Roger qui a créé cette entreprise en 2016 après avoir travaillé dans les ressources humaines. Son idée ? Adapter les méthodes de recrutement aux nouveaux outils technologiques mais aussi à travers une approche directe à 360°.

Et cela fonctionne, moins de 4 ans après son lancement la petite entreprise tourangelle emploie 8 personnes et a ouvert un bureau à Nantes en 2019.

Magali Frontero :

Elle a créé Ecophyse en 2006, une entreprise spécialisée dans la valorisation des déchets, à Neuvy-le-Roi. Aujourd’hui installée dans le Pôle Aire sur cette même commune, que Magali Frontero a elle-même impulsé et créé, son entreprise compte huit salariés et est présente dans plusieurs pays européens. Par ailleurs, la dynamique dirigeante a lancé  Happy Loop, sa marque de collecteurs de tri pour les entreprises. A l’heure où les consciences environnementales s’élèvent, nul doute que Magali Frontero et Ecophyse n’ont pas fini de faire parler d’eux.

Jérôme Roy :

Le chef Jérôme Roy est revenu sur ses terres de Touraine en novembre dernier pour reprendre le restaurant l’Opidom à Fondettes avec sa femme. Jérôme Roy n’est pas un inconnu du monde de la gastronomie, puisqu’il a reçu une étoile de la part du Guide Michelin en 2016 pour le restaurant Le Couvent des Minimes en Provence où il exerçait. Auparavant il a officié en cuisine à Saint-Tropez (2010-2012), en Corée du Sud (de 2008 à 2010), à Courchevel ou dans un triple étoilé de Roanne de 2004 à 2007.  Son retour en Touraine est une bonne nouvelle qui marque le renouveau de la gastronomie tourangelle, aux côtés des autres chefs Maximilien Bridier ou encore Gaëtan Evrard…

Sébastien David :

En 2019, le vigneron Sébastien David a fait l’actualité à ses dépens. La faute à un conflit avec l’Etat et une décision des services d’hygiène déclarant impropre à la consommation sa cuvée Coef. Un épisode de sa vie professionnelle qu’il a décidé de se servir pour se lancer en compagnie d’un vigneron nantais dans la création d’un « syndicat de défense des vins nature’L ». L’objectif : adopter une charte pour ces vins actuellement sans reconnaissance officielle. Il faudra pour cela convaincre les autorités, mais nul doute que le combatif vigneron est prêt à se battre une nouvelle fois…

Annick Lartigue :

Elle est depuis 2025 à la tête d’une des entreprises du terroir de Touraine, les plus prolifiques : la Coopérative laitière de Verneuil. Une belle coopérative de plus de 100 ans d’existence et qui a su s’adapter tout en gardant son identité et sa philosophie. Suffisamment rare pour être salué, d’autant plus que cela fonctionne avec des ventes en hausse.


Culture

Isabelle Reiher :

Elle est arrivée mi-décembre en remplacement d’Alain Julien-Laferrière, parti à la retraite. Isabelle Reiher est la nouvelle directrice du Centre de Création Contemporaine Olivier Debré et à ce titre devrait faire parler d’elle cette année. S’inscrivant dans la continuité fait jusqu’à présent, la nouvelle directrice entend également imprimer sa marque avec un projet reposant sur deux grands axes : la création contemporaine internationale et l’œuvre d’Olivier Debré à travers le regard d’artistes contemporains.

Carole Lebrun (et le collectif Ohé du Bateau) :

10 ans, c’est le temps qu’il aura fallu au collectif Ohé du Bateau pour rouvrir la salle de la rue Edouard Vaillant. En avril prochain, le rêve deviendra en effet réalité pour les sociétaires de la coopérative Ohé, propriétaire des lieux et qui a procédé aux premiers travaux permettant la réouverture de la salle de spectacles que beaucoup attendent. A la tête de la SCIC, la présidente Carole Lebrun sera forcément aux premières loges, nous la citons aujourd’hui, mais c’est tout le collectif qui fera 2020 et on peut leur tirer notre chapeau, au vu de leur abnégation durant ces années.

Julien Lavergne :

L’année 2020 s’annonce belle pour le fondateur de la société de production AZ Prod. Outre les activités traditionnelles de sa société, le dirigeant tourangeau marque un grand coup avec la venue de Sting à Chambord pour un concert exceptionnel dans le parc du domaine royal. Une date qui pourrait en annoncer d’autres à l’avenir, Julien Lavergne souhaitant en effet pérenniser ce dispositif dans les années futures.

Sébastien Manuel et le Festival Yzeures N Rock :

C’est un festival niché dans le sud Touraine, se tenant au croisement de juillet et août en plein été… Pas l’idéal à première vue. Et pourtant Yzeures’N’Rock réussit depuis plusieurs années à faire le plein. Tout ça grâce à une programmation ambitieuse, faisant la part belle aux têtes d’affiche. En effet après Orelsan l’an dernier, l’équipe de bénévoles emmenée par le co-président du festival Sébastien Manuel, a réussi le tour de force de faire venir -M- pour son édition 2020. Un gros coup qui devrait assurément attirer un public encore nombreux.

La scène musicale locale :

Encore cette année, les groupes locaux devraient montrer toute l’étendue de leur talent. Toukan Toukan, Thé Vanille, Grande, First Drafts, Strawberry Seas… et on en passe, la scène régionale ne manque pas en effet de musiciens et de projets talentueux. Nous la mettrons en avant encore cette année dans nos colonnes mais aussi à l’occasion de la désormais traditionnelle Soirée Cuvée Scène Locale, en partenariat avec les médiathèques de l’agglomération, le Temps Machine, Radio Campus et Prog. Cette année elle aura lieu le 12 mars. Retenez-bien la date !

Print Friendly, PDF & Email