A la uneCulture

Le Plessis propose un été culturel à La Riche

L’équipe du château du Plessis et la Ville de La Riche veulent faire profiter de l’été à la population à travers une programmation culturelle variée dans le parc du château.

Il va y avoir de la vie cet été au château du Plessis. Après trois mois de fermeture, liée au coronavirus, le lieu culturel, tenu et géré par la Compagnie Cano Lopez (devenu Groupe K) va retrouver artistes et publics.

« Il m’était impossible de laisser ce lieu sans aucune proposition pendant six mois. Nous nous sommes appelés avec le maire de La Riche et avons donc imaginé une programmation culturelle estivale inattendue et inédite. » explique José Manuel Cano Lopez, ravi de pouvoir rouvrir le lieu.

Des liens renforcés au sein du territoire de La Riche

Bien que le lieu appartienne avec la ville de Tours, c’est du côté de la commune de La Riche, où se situe le château, que les liens se font. Un partenariat naturel finalement, le service culturel de la commune, notamment par le biais de La Pléiade ayant l’habitude de collaborer avec les équipes du Plessis.

Le maire de La Riche, Wilfried Schwartz s’est dit « heureux que le déconfinement culturel se passe à La Riche » lors de la présentation, tout en précisant que sa commune a débloqué 9.000 euros pour l’occasion, tandis que Tours Métropole versera de son côté 4.300 euros pour permettre à cet été culturel de se tenir.

Pour le maire de La Riche, cette programmation estivale est importante pour les habitants, d’autant plus que la saison culturelle portée notamment par la salle La Pléiade a été arrêtée comme partout prématurément, mais aussi que le festival de la ville Itinéraires Bis qui devait se tenir en juin est annulé cette année (voir encadré).

Cet été culturel au sein du Plessis est ainsi salutaire et nommé malicieusement « en attendant les beaux jours », c’est-à-dire le retour à des conditions de travail plus simples pour les acteurs de la culture, toujours soumis à des difficultés liées à la distanciation sociale en vigueur, mais aussi de nombreuses incertitudes et inconnues : absence de décret pour les intermittents, absence de cadre clair sur les capacités d’accueil…

Itinéraires Bis reviendra en 2021 avec Keziah Jones.

L’annonce n’avait pas encore été faite officiellement, mais l’édition 2020 du festival Itinéraires Bis qui rassemble chaque année plusieurs milliers de personnes dans le centre de La Riche n’aura pas lieu. Cette année, la tête d’affiche de la soirée concerts était le chanteur Keziah Jones. Wilfried Schwartz et Sandra Cany on néanmoins annoncé que le chanteur nigérien adepte du blues et du funk devrait être présent pour l’édition 2021.

Entre le 26 juin et le 26 juillet, le lieu sera ouvert chaque week-end en plein-air. La programmation pensée non pas comme une succession de spectacles, mais plutôt comme des temps de respiration invitant à la convivialité, se fera uniquement en extérieur. « Il y aura de nombreux producteurs locaux à qui on pourrait acheter pour consommer sur place, mais le public pourra aussi venir avec son panier pique-nique » explique le directeur du Groupe K.

On l’a compris, l’idée est donc avant tout de faire du Plessis un lieu de vie, un lieu solidaire aussi, en soutien à la culture locale. 25 propositions artistiques sont ainsi programmées avec de nombreux artistes ou collectifs locaux seront en effet présents. De Toukan Toukan à Goat Cheese ou encore Rubin Steiner en musique, Ciné Off pour le cinéma en plein air, le Collectif les Yeux Ouverts en théâtre jeune public, l’Ensemble Parchemins, l’Orchestre des Jeunes du Centre… Le Temps Machine est également associé à l’initiative et accueillera une soirée musique le 18 juillet (Dj Koko et Coco et Hémisphères Sud).

Un projet qui regarde vers l’avenir…

L’autre enjeu est la mise en avant du Plessis et de son domaine verdoyant. Situé au cœur de La Riche, la commune mais aussi la Compagnie Cano-Lopez souhaiteraient l’ouvrir plus à la population voisine à l’avenir, pour qu’il devienne un véritable lieu de vie dans la commune. Pour cela, les idées ne manquent pas, mais les relations difficiles entre la Ville de Tours et les occupants des lieux ces dernières années, compliquent les choses. Concernant l’avenir, José-Manuel Cano Lopez, porte toujours avec l’association Plessis-Cultures-Communes, le projet de transformation du lieu en Centre Culturel de Rencontres (CCR) mais explique être toujours dans l’inconnue, la convention le liant à la ville de Tours qui se termine fin août n’ayant pas encore été renouvelée.

Rappelons qu’il y a quelques années, la Ville de Tours avait souhaité mettre en vente le domaine, avant finalement de faire volte-face. Dans le même temps, le nouveau PLU (Plan Local d’Urbanisme) adopté par la ville de La Riche avait « sanctuarisé » le domaine, empêchant toute vente pour transformation autre que patrimoniale ou culturelle.

Saison 2020-2021 : un premier trimestre atypique  

La prochaine saison culturelle a encore son lot d’incertitudes, notamment sur ce qui pourra être fait, des jauges autorisées… Pour palier à cela et anticiper, le service culturel de la commune, sous l’égide de sa directrice Sandra Cany, a préparé une saison en différents temps. Sans en dévoiler les détails, cette dernière explique que le premier trimestre sera l’occasion de tester de nouvelles formes de spectacles : « La rentrée s’annonce inédite, on a donc essayé de préparer un projet différent avec l’idée d’aller à la rencontre de l’autre et du public ». On devrait retrouver des spectacles sous petites formes, à l’extérieur de la Pléiade notamment dans différents lieux de la commune, voire chez l’habitant. Pour contenter un maximum de personnes, les spectacles seront filmés et retransmis sur le web. La programmation « classique » devrait elle être de retour à partir de janvier 2021.

Un degré en plus :

Toutes les informations utiles et programmation sur le site de La Riche

A noter que la plupart des propositions sont gratuites.

Print Friendly, PDF & Email