Le débrief du 1er tour des élections législatives en Indre-et-Loire

Facebook
Twitter
Email

Ce dimanche 12 juin 440 000 personnes étaient appelées aux urnes pour choisir les finalistes de Touraine pouvant briguer un mandat à l’Assemblée Nationale (poste valable pour 5 ans). Le département était découpé en 5 territoires, voici le débrief circonscription par circonscription mais aussi les grands enseignements à tirer de ces résultats.

1ère circonscription (la ville de Tours, sauf la partie à l’Ouest de l’Avenue Maginot) :

9 candidates et candidats se présentaient pour ce 1er tour et deux peuvent se maintenir au second : d’une part le vice-président du Conseil Régional du Centre-Val de Loire Charles Fournier, encarté au parti EELV et représentant de l’alliance NUPES (gauche-écologistes) avec 39,6% des voix, et d’autre part le député macroniste sortant élu en 2017 Philippe Chalumeau qui termine 2e avec 27,38% des suffrages exprimés soit 4 000 voix de moins que son rival.

Pourtant bien connu car il est conseiller municipal, ex-adjoint au maire chargé de la sécurité et conseiller départemental de Tours-Sud, le militant des Républicains Olivier Lebreton n’est que 3e, à 11,85%. Il devance de peu son concurrent du Rassemblement National François Ducamp qui réalise un score dans la moyenne de son parti sur la ville (9,33%). Score dans la moyenne de son mouvement aussi pour Sophie de Lanouvelle (Reconquête, Eric Zemmour) à 4,38%.

Derrière, gros écart : l’écologiste indépendante Inès Laurent dont c’est la première en politique est à 3,19%, le double de l’autre écologiste indépendante et dissident du conseil municipal gauche-écologiste Bertrand Rouzier (1,66%). Stéphanie Moreau du Parti Animaliste, présent pour la première fois à ce scrutin est 8e à 1,43% devant Lutte Ouvrière (1,19% pour Thomas Jouhannaud.

Notre analyse : lors de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron étaient au coude-à-coude au 1er tour. Le fait que la gauche et les écologistes se soient rassemblés a donné une forte dynamique en faveur de la NUPES, reléguant à distance le candidat Renaissance macroniste Philippe Chalumeau qui doit espérer de gros reports de voix pour l’emporter dimanche prochain et conserver son siège.

Derrière, on constate que Les Républicains sont plus hauts qu’à la Présidentielle grâce à l’ancrage d’Olivier Lebreton mais demeurent faibles (leur candidate de 2017 Céline Ballesteros avait aussi été sortie dès le 1er tour). Un drame alors que cette circonscription a longtemps été acquise à la droite.

2e circonscription (Amboise, Vouvray, Château-Renault…) :

Le député sortant Daniel Labaronne (Renaissance, soutien d’Emmanuel Macron) est en tête du 1er tour sur 8 candidats, dépassant les 15 000 bulletins à son nom avec 32,4% des voix, nettement devant Christelle Gobert issue de La France Insoumise et représentant l’alliance NUPES (gauche-écologiste) qui est à 25,82% soit environ 12 000 suffrages. Un temps en mesure de se qualifier au second tour vu ses résultats dans les petites communes, le candidat du Rassemblement National Christophe Guestault réalise un bon score (21,93%) mais en raison de la forte abstention (48%) il ne recueille pas les votes de 12,5% des inscrits et donc ne peut pas solliciter une triangulaire.

Les 5 autres candidats sont très loin derrière : Svetlana Nicolaeff est à 7,7% (elle représente Les Républicains), Dominique Daillet du parti Reconquête d’Eric Zemmour réalise un score dans la moyenne de son mouvement (4,36%). L’écologiste indépendant Christophe Lannoy est à 3,57%, la candidate de droite dissidente de LR Angélique Delahaye rate son pari et termine 7e à 2,78% tandis que Lutte Ouvrière fait 1,37% avec Anne Brunet.

Notre analyse : Daniel Labaronne est favori pour le second tour, réalisant au passage le meilleur score des élus sortants du département. La NUPES est plutôt haute, et le RN aussi même si il rate son pari de se qualifier au second tour dans une circonscription où il pensait figurer en bonne place. Un temps représenté par la droite via l’ancienne ministre Claude Greff, le territoire est aujourd’hui clairement centriste puisque LR s’effondre, réalisant son plus mauvais score parmi les 4 circonscriptions où il est présent.

3e circonscription (Loches, Chambray, Saint-Avertin, Saint-Pierre-des-Corps) :

Longtemps l’issue du premier tour a été incertain sur la 3e circonscription. Longtemps donnée qualifiée pour le 2e tour de dimanche prochain (19 juin), la députée UDI sortante, Sophie Métadier, échoue finalement à la 3e place avec 20,81% des voix. Elle perd donc le duel de centristes qui l’opposait au candidat représentant la majorité présidentielle Henri Alfandari (maire de Genillé, représentant du parti Horizons de l’ex-1er ministre Edouard Philippe), qui se paye même le luxe d’arriver en tête avec 25,26% des voix, devançant ainsi de 500 voix la candidate de la NUPES, Roxane Sirven qui se qualifie en deuxième position avec 24,15%.

Derrière, la candidate du Rassemblement National arrive en 4e position (19,59% pour Irène Protin). Les 6 autres se partagent les miettes soit 10% des voix dont 3,6% pour l’écologiste indépendante Maria Loire et 2,77% pour Sylvie Patte de Reconquête (Eric Zemmour), très basse rapport à la moyenne du mouvement.

Notre analyse : Henri Alfandari a remporté ce premier match et le duel qui l’opposait à la députée sortante. De son côté Roxane Sirven réalise non pas un exploit, mais une belle élection, sa qualification au deuxième tour n’étant pas acquise d’avance. Néanmoins, au regard des reports de voix potentiels, elle ne partira pas favorite face à son adversaire…

4e circonscription (Joué-lès-Tours, La Riche, Chinon…) :

La députée sortante Fabienne Colboc issue du parti macroniste Renaissance arrive en tête d’un cheveu avec 30%, tandis que le socialiste Laurent Baumel député de 2012 à 2017 et battu au second tour il y a 5 ans fait 29,55% donc à peine 200 voix de moins que sa rivale (13 666 contre 13 461).

En 3e position, le Rassemblement National représenté par Jean-Christophe Bellanger n’atteint pas 20% ni les 12,5% de votes des inscrits (réglementaires pour se qualifier au second tour). Il est donc éliminé. La droite républicaine est plus forte qu’à la présidentielle mais très en dessous de ses scores d’autant, l’élue chinonaise Sophie Lagrée atteignant seulement 9,55% et se classant 4e. Derrière, le candidat Reconquête (Eric Zemmour) Olivier de la Ferté fait quasi jeu égal avec l’écologiste indépendante Caroline Deforge, la devançant de peu. L’indépendant Kévin Gardeau est à 1,25%, Jacques Masset à 1,09%, Nesrine Ben Lahcen de l’Union des Démocrates Musulmans fait un score très faible à 0,34% (153 voix) devançant tout de même Francis Chambers à 0,14% (65 voix).

Notre analyse : avec une abstention qui frôle les 50%, Fabienne Colboc rebondit, elle qui avait échoué aux Municipales de 2020 à Chinon alors que Laurent Baumel s’était qualifié au second tour. Néanmoins, le duel s’annonce très serré.

5e circonscription (Tours-Nord-Ouest, Fondettes, Saint-Cyr, Langeais, Bourgueil…) :

La députée sortante Sabine Thillaye, soutien du président Macron et adhérente au MoDem de François Bayrou, vire en tête avec 29,15 %, devançant le Rassemblement National de la jeune Ambre Louisin (première campagne de cette ampleur pour elle) qui totalise 21,08 % des suffrages. Ce seront les deux candidates du second tour, la NUPES terminant 3e à 19,38 % pour la communiste Françoise Langlade, qui devance tout de même Fabrice Boigard des Républicains, au 2e tour en 2017 mais cette fois à 4e avec 13,45% des suffrages exprimés.

Derrière, l’écologiste indépendant Charles Girardin devance Reconquête avec Bruno Julien, Patrick Martinez, Christine Delarue et Emilien Cousin-Hamelal (Parti Animaliste) complètent la liste.

Notre analyse : ce territoire est le seul où le Rassemblement National réussit à se hisser au second tour, c’est aussi celui où il avait réalisé ses meilleurs scores au 1er et au second tour de la Présidentielle donc c’est assez logique, il poursuit sur sa dynamique et challenge la candidate du chef de l’Etat. La gauche y figure en assez bonne place mais la droite sous-performe dans une circonscription où elle a longtemps été reine avec le maire de Saint-Cyr-sur-Loire Philippe Briand, retraité du Palais Bourbon depuis 2017.

A retenir aussi : une abstention forte entre 47 et 50% en moyenne sur les 5 circonscriptions, mais tout de même un peu moins importante qu’au niveau national et plus basse que la moyenne régionale.

Facebook
Twitter
Email
Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !