• CDNT
  • CDNT

La très belle exposition de Kamcha à l’Annexe de Saint-Avertin

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

On la connaissait jusque-là comme galeriste, au sein de l’Atelier 9, rue Jules Charpentier à Tours, qu’elle a tenu pendant plusieurs années en mettant en avant le travail d’autres artistes, on redécouvre Camille Lebègue, alias Kamcha, de l’autre côté du miroir en cette fin d’année 2021. En effet, la Tourangelle expose pour la première fois son travail à la galerie l’Annexe à Saint-Avertin.

Il n’est jamais évident pour un artiste de se lancer dans le grand bain, d’oser montrer son travail au public pour la première fois, de se lancer dans une exposition forcément personnelle, avec l’impression de devoir se livrer et se dévoiler autant que ses œuvres. Cette remarque est d’autant plus vraie chez Camille Lebègue. La Tourangelle qui a mis en scène de nombreuses expositions au sein de sa galerie l’Atelier 9, qui œuvre tout au long de l’année avec des enfants et scolaires sur des projets artistiques, a pris le temps de franchir le cap et se montre encore intimidée le soir du vernissage de son exposition « Au fonds des corps, il y aura de quoi faire des histoires » à la galerie l’Annexe de Saint-Avertin.

Pudique, l’artiste l’est, « cette exposition, c’est Joao Gonçalves du service culturel de Saint-Avertin qui me l’a proposée après avoir découvert mon travail. Ce n’est absolument pas naturel pour moi » nous glisse-t-elle en partie gênée quand on lui demande ses impressions sur cette première. Talentueuse, elle l’est aussi assurément et cette exposition en est le témoin. Les dessins de Camille, alias Kamcha (un pseudo ramené d’une tournée en République Tchèque avec la Compagnie Cano-Lopez, où elle a travaillé comme scénographe), sont comme des tranches de vie, narratives, poétiques qui laissent libre cours à l’imaginaire. Des histoires dessinées dans lesquelles on suit une silhouette un peu naïve, personnage récurrent de l’œuvre de l’artiste, comme un fil rouge qui nous amène dans un univers plein de douceur.

Des dessins numériques que Camille Lebègue travaille de façon instinctive nous dit-elle selon ses inspirations du moment, mais sur lesquels elle passe beaucoup de temps : « L’avantage du numérique c’est de pouvoir revenir dessus constamment, le plus difficile c’est de savoir s’arrêter à un moment donné. »

L’outil numérique, l’artiste le travaille également sous forme vidéo, avec une animation tout en délicatesse, qui renforce l’aspect poétique de l’œuvre globale. Le numérique n’efface pas la matière et le plaisir de bosser celle-ci. Kamcha a ainsi voulu travailler également pour cette exposition la céramique, avec le soutien d’une autre artiste tourangelle, la céramiste Camille Chaleil qui lui a ouvert son atelier à Tours afin de décliner sa silhouette en petits personnages palpables, comme autant d’échos aux dessins réalisés préalablement.

A voir jusqu’au dimanche 19 décembre, à L’Annexe (Jardin des Rives au 36, rue de Rochepinard.) Ouvert du vendredi au dimanche de 15h à 18h30.

Un degré en plus : L’Atelier 9 accueille une boutique éphémère jusqu’au 05 décembre

L’Atelier 9 n’est pas totalement fermé. Du 27 novembre jusqu’au 05 décembre, la galerie de la rue Jules Charpentier à Tours accueille en effet une boutique éphémère. Organisée par Kalista, elle regroupe une quinzaine d’artistes locaux, dont Kamcha. Idéal pour trouver un cadeau original et singulier à l’approche des fêtes de fin d’année.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !