A la uneCulture

La Compagnie Off poursuit son « permis de rêver » au Burning Man

Depuis 30 ans la Compagnie Off a joué dans tous les festivals, s’est produite partout dans le monde. Adepte des grandes formes et des spectacles monumentaux, la compagnie d’arts de rue tourangelle, créée par le fantasque Philippe Freslon, est animée par une vision : celle du rêve et du permis de rêver.

La Compagnie Off c’est une des plus grandes compagnies françaises d’arts de rue de ces trente dernières années. Une compagnie qui s’apprête aujourd’hui à relever un nouveau défi en s’envolant cette année pour le célèbre Burning Man, dans le désert du Nevada aux Etats-Unis.

Le Burning Man : un événement unique.

Plus qu’un simple festival, le Burning Man est un événement unique au monde. Un rendez-vous sur une semaine artistique, une expérience humaine également dans ce Black Rock City, ville éphémère de 70 000 personnes.

Un événement que Philippe Freslon a découvert en 2016 en y étant invité. L’homme de culture en est alors reparti avec la ferme envie d’y revenir avec sa compagnie. « Pour un ancien comme moi qui a été un temps hippie dans sa jeunesse du côté de San Fransisco, je me retrouve totalement dans l’esprit de l’événement ». Avec ses 10 principes comme autant de règles d’or comme l’ouverture à tous, l’autonomie, le respect de la nature ( le « leave no trace », c’est à dire rendre le site comme auparavant en récupérant tout y compris les eaux usées, les traces de savon…), le don sans retour… le Burning Man est une véritable expérience humaine, autant qu’une expérience artistique unique. Sur place, les arts fourmillent en effet, entre sculptures monumentales, expériences artistiques… le tout sur des allures de fête géante. « Une véritable utopie humaine et artistique » pour Philippe Freslon.

Les Roues de Couleurs vont reprendre vie (c) Compagnie Off / Nicolas Costil

Un événement démesuré auquel la Compagnie Off participera pour la première fois en 2018 (du 26 août au 03 septembre). Déjà sélectionnée en 2017, la compagnie tourangelle avait du renoncer pour cause de tournée de Wild Side Story à Aurillac. « Nous ne pouvions mener les deux projets de front ». Retenus de nouveau cette année, parmi 500 candidatures (76 projets sont retenus au final dont 14 internationaux), les Off iront bel et bien cette fois se frotter au désert du Nevada et partiront pour un périple total de 3 semaines en comptant l’amont et le retour. Une opportunité unique, la compagnie étant la seule française qui sera sur place, que les Off entendent bien profiter. Pour cela ils ont concocté une nouvelle version de leurs roues de couleurs géantes. 10 roues luminescentes, faisant entre 2 et 11 mètres de diamètre, vont être acheminées. L’oeuvre renommée « Color wheels/Led generation » mêlera exploration plastique et performance vivante : « Les roues vont être équipées de LED et prendront vie à la tombée de la nuit pour guider le peuple de glaise » explique Philippe Freslon.

Un appel au public via une campagne de financement participatif

Reste la question du financement. Et Philippe Freslon de se montrer pragmatique : « Les institutions ne financent plus les arts de rue, il faut donc trouver d’autres leviers ». Ces autres leviers, c’est d’un côté le mécénat d’entreprises que la Compagnie Off a expérimenté pour la première fois avec Vinci pour son spectacle Wild Side Story : « Il nous ont financé sans rien demander en retour, sans un regard sur l’artistique » justifie Philippe Freslon. Le mécénat d’un côté et le public de l’autre également pour cette tournée au Burning Man. « Pour le Burning Man nous avons une bourse de 20 000 dollars mais devons faire face à un budget de 55 000 euros. Nous demandons pour la première fois au public de nous aider via une campagne de crowfunding pour laquelle nous demandons 10 000 euros. Pendant 30 ans, on a énormément donné au public. Aujourd’hui on a besoin d’un petit coup de pouce pour poursuivre le rêve. On espère que le public nous soutiendra. »

La volonté de poursuivre le rêve

Philippe Freslon (c) Mathieu Giua

Philippe Freslon nous expliquait l’an dernier, à l’occasion des 30 ans de sa compagnie, croire toujours dans les formes monumentales et dans les débordements poétiques comme il les appelle, mais l’homme sait aussi que cela devient de plus en plus compliqué à mettre en place. En cause, des difficultés de plus en plus grandes à financer ces grands spectacles, conduisant les arts de rue à se muer vers des formats plus modestes. « Le risque est de tomber de plus en plus dans de « l’animatoire » nous déclarait-il ainsi. Des difficultés pour produire et pour vendre les spectacles qui conduisent également selon le directeur de la Compagnie Off a une certaine standardisation des arts de rue : « Il y a moins d’aspérité, moins de frottement ». Un constat qui avait amené la Compagnie Off à l’occasion de ses 30 ans à convier les plus grandes compagnies françaises pour un temps d’échange sur l’avenir du monumental justement. Les directeurs des plus grandes compagnies françaises s’étaient ainsi réunis pour dresser une anatomie des formes monumentales, entre bilan et perspectives, non sans un certain scepticisme.

Paradoxal à l’heure où les arts de rue paraissent au contraire plutôt florissants avec des festivals qui ne cessent d’attirer un public plus nombreux comme Aurillac, Chalon-sur-Saône ou encore à l’échelle locale Joué-lès-Tours et ses Années Joué ? « Ce n’est plus dans ces endroits que l’on peut oser. Cela devient consensuel, mais le propre des arts de rue c’est d’être justement dans la frontière permanente entre le correct et l’incorrect » poursuit aujourd’hui Philippe Freslon qui croit encore malgré tout en la force « du débordement poétique » et dans le permis de rêver. « Des événements comme Burning Man sont exceptionnels par leur état d’esprit. C’est dans ce type d’événements que tout se passe aujourd’hui parce qu’ils rendent possibles les rêves les plus fous » conclue celui qui continue après 30 ans d’arts de rue, de croire encore à ses rêves.

Un degré en plus :

>Pour aider la Compagnie Off c’est ici : https://fr.ulule.com/colorwheels/

Print Friendly, PDF & Email