[Dossier : Habitons demain] A l’intérieur, bien évidemment

Facebook
Twitter
Email

Retrouvez le dossier principal du magazine papier 37° n°8 automne-hiver 2022 nommé « Habitons demain »

La loi interdira bientôt la location de certains logements considérés comme des passoires thermiques, ces habitations difficiles à chauffer en hiver et souvent compliquées à garder fraîches l’été. C’est un enjeu environnemental mais aussi pour le confort des personnes qui y vivent. On a trop entendu d’histoires de taudis, de marchands de sommeil ou autres arnaques autour de l’immobilier. Qu’on soit locataire ou propriétaire n’est pas vraiment la question. Vivre dans un appartement ou une maison qui s’adapte aux évolutions de la société, voire de l’humanité, est aujourd’hui devenu capital. Mais comment faire pour que ce soit accessible à tout le monde ? Comment les professionnels de l’immobilier, de la construction, de l’architecture ou de la décoration prennent-ils en compte ces mouvements ? Quelle est la réalité de leur quotidien et quel futur se dessine pour leur métier ? Ce sont ces questions que l’on a voulu aborder dans ce dossier spécial.

Bien placer un canapé, ça ne s’invente pas. Choisir la couleur d’un mur ou d’une rambarde non plus. Il y a des critères d’accords, d’harmonie, de lumière… Si tout le monde peut s’y essayer, le recours aux pros du secteur s’avère utile en cas de panne d’inspiration ou pour les chantiers les plus complexes. Reportage.

On découvre une grande maison des années 90. De l’extérieur, impossible de deviner son potentiel. Pourtant, dès qu’on passe la porte, les volumes sautent aux yeux : un séjour immense, de beaux arrondis, une coursive, une mezzanine… Il y a du gris, du blanc, du jaune, de beaux luminaires, un tableau coloré et une large ouverture sur une terrasse puis le jardin. Christine et Franck vivent là depuis un an, sur les hauteurs du quartier Paul Bert de Tours. Un cocon familial où le couple évolue avec leurs filles mais qui ne les satisfait pas complètement. Il y a notamment cette cheminée-pilier qui tombe en plein milieu du salon, geste stylistique de l’architecte en écho à un pilier extérieur similaire où on aurait pu imaginer l’installation d’un barbecue (mais il n’est jamais arrivé).

Cet ensemble prend énormément de place et bloque une partie de la lumière ; une hérésie pour une pièce orientée plein nord. Les propriétaires ont bien l’intention d’y remédier et de rajouter leur patte à ces espaces sauf qu’ils bloquent sur la façon de s’y prendre. C’est là que Daisy entre en scène.

Daisy Gadaut-Talbert est décoratrice d’intérieur. Basée à Saint-Cyr-sur-Loire, elle exerce depuis 2017 après une première carrière de 20 ans dans la métallurgie. « J’ai toujours voulu me lancer dans un métier artistique mais mes parents m’en ont dissuadée parce qu’ils avaient peur pour l’avenir », explique-t-elle. « Happée » sur le tard par la déco, elle a fini par se lancer en s’inscrivant dans une formation de 5 mois à Paris. Et la voilà maintenant qui étend des échantillons de stores et de revêtements de sol sur la table du salon. Elle déplie son ordinateur portable et commence à faire défiler les slides 3D sur lesquels elle planche depuis de longues semaines.

Penser au moindre détail

Christine et Franck ont pris la formule intégrale avec l’ambition d’aboutir à une transformation totale de leur espace de vie. Daisy ne va pas tout jeter mais le projet qu’elle dévoile est, selon ses propres termes, « assez audacieux ». Elle invite donc à ne pas hésiter sur les remarques, prenant les notes à chaud et demandant aussi un retour à froid, après réflexion et discussion familiale.

Les images de synthèse s’enchaînent sous tous les angles. Au sol, le carrelage devient parquet « pour réchauffer l’ambiance ». Sur la coursive vouée à accueillir les sessions jeux des enfants, ce sera du bolon, un matériau à base de vinyle. Le piano est toujours là, ainsi que la guitare pourtant encore dans un carton. Le poteau de la cheminée a disparu, remplacé par un poêle devant lequel on place un fauteuil-œuf suspendu. Au mur, un fil parcourt l’espace. « Le peintre risque de me haïr mais j’assume » s’amuse la professionnelle qui a pensé à moult détails : des rangements supplémentaires pour les livres qui s’accumulent à la protection en verre sous le poêle pour ne pas brûler le parquet, le genre de chose essentielle « mais qu’on ne voit pas dans les pubs ». Il y a aussi une cascade végétale sous la rambarde, pour répondre à un désir de verdure.

Le couple est impressionné mais, sans surprise, trouve à y redire. Trop de couleurs différentes, par exemple. Des interrogations sur le papier-peint, aussi. Daisy n’en prend pas ombrage (« mes projets ne sont pas binaires, j’aime pouvoir en discuter et de sentir les clients s’investir »). Avec le sourire, elle promet de faire des retouches tant que nécessaire. Notamment pour coller avec les contraintes de l’espace : « Les gens ont souvent une vision idéalisée du métier. Ce qu’on voit essentiellement à la télé c’est le rendu, la partie créative, et pas la partie technique qui représente 70% du travail. C’est une partie rébarbative mais quand on rénove une cuisine ou une salle de bain on ne peut pas faire ce qu’on veut. Il faut tenir compte de l’existant comme les arrivées d’eau ou les évacuations sinon le projet ne fonctionne pas. On va aussi faire en fonction de l’orientation de la pièce : par exemple si c’est exposé au sud on n’ira pas trop vers le rouge. »

Changer uniquement ce qui est nécessaire

Les prestations de Daisy vont du simple conseil pour réagencer une pièce au relooking total de logement. Un large éventail avec une direction commune : « C’est un métier d’écoute avant tout. A chaque fois qu’on rencontre des gens c’est une nouvelle histoire. J’apprends plein de choses avec mes clients, c’est de là que je tire ma créativité. Parfois ça vient tout seul mais dans certains cas je dois tirer un peu, alors je m’inspire de l’histoire personnelle, des voyages… Mon métier consiste à surprendre, à vous amener sur un terrain sur lequel vous n’iriez pas instinctivement. La meilleure réflexion qu’on puisse me faire c’est de me dire ‘Ah oui je n’avais pas pensé à ça’. »

Pour s’inspirer, la décoratrice tourangelle passe du temps sur le réseau social Pinterest où s’empilent des photos d’intérieurs venues du monde entier. A côté de ça, elle surveille les tendances qui émergent via des salons comme Maison et Objet à Paris, épluche les catalogues de différentes enseignes et, plus inattendu, observe la décoration dans les films. Ses compétences vont de la recherche de matériaux à la sélection des luminaires parfaits en passant par la couleur idéale pour le mur situé face à la fenêtre ou l’ajout de nouveaux meubles. A la fin de sa prestation, « on repart avec une feuille de route et sa liste de courses », cette dernière étant pensée en fonction du budget défini à l’avance (de Leroy Merlin à Ikea jusqu’au mobilier sur-mesure), mais aussi de l’impact environnemental du projet : « J’essaie toujours de rechercher les matériaux les plus écoresponsables, les plus sains. Et puis je ne suis pas dans cette tendance de tout changer régulièrement, je n’aime pas l’optique de consommer pour consommer. »

« Souvent les clients me disent : ‘Je ne veux pas d’une page de magazine’ » souligne encore Daisy Gadaut-Talbert, par ailleurs peu à l’aise avec le style « hypermoderne » qu’elle définit comme « souvent froid ». Son propre intérieur saint-cyrien respecte cet adage : « J’aime les maisons qui ressemblent un peu aux logements de vacances, un métissage entre bohème, style industriel et campagne. J’aime les couleurs assez douces ce qui ne m’empêche pas de travailler des teintes intenses. » Le but reste quand même de répondre à la demande formulée : « Il y a des projets que j’imagine dans lesquels je ne me sentirais pas bien car ce n’est pas mon style mais ce sera toujours fonctionnel » éclaire la professionnelle qui laisse sa clientèle faire les travaux par ses propres moyens ou via des artisans (elle peut assurer la mise en relation si nécessaire).Mais parfois, le projet déco ça peut aussi « juste » consister à bouger des meubles, ajouter des accessoires ou remettre un coup de peinture. « On me demande beaucoup les pièces de vie » insiste Daisy qui ne se contente pas des particuliers puisqu’elle peut aussi exercer au bénéfice d’espaces de coworking ou de commerces.

Facebook
Twitter
Email
Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !